Journal intime de Clématix

Venez partager et détailler les aventures de vos personnages !

Journal intime de Clématix

Messagepar ferrovipathe » Ven Nov 19, 2010 10:17 pm

Je voudrais faire un grand MERCI à Alan !

Si, si, ton perso m'a redonné enfin, surtout qu'un pur mago d'une espèce que je n'avais pas encore pratiquée, c'était trop tentant !

Alors, je suis encore tombé dans la marmite de Lilith, en recommençant un druide ! Ou plutôt une druidesse (plus jolie à regarder, elle crie bien mieux, bref, je préfère): Clématix. Une petite fleur dans un monde de brutes.

Bon, en EBMI d'emblée naturellement, sinon la soupe est fade!

Journal intime de Clématix

Le début: comme toujours, comme je l'ai expliqué, un arc, et un gourdin (je n'avais rien d'autre sous la main).
Avec l'arc, les araignées le long de la rivière, puis vers le centre. Un sanglier solitaire au dessus du cimetière, puis quelques uns un peu téméraires, et hop, niveau 2.
Bon, homme-tempête.
Cela dépote tout de suite beaucoup mieux. Exploration par la droite pour voir si la souche est dans le coin, elle y est. Et zou, le robe de Zara, et sa régénération de vie d'enfer.
Nettoyage de la forêt, sanglier dangereux au niveau 3, (c'est le miracle du MIEB, on est au 3 juste avant le premier boss !!).
Je refais toute la zone une seconde fois pour arriver presque niveau 5, et sortie vers la seconde partie.

Toujours par la gauche, il y a des loups dans le coin. Remontée vers la droite le long du torrent, élimination des loups avant le pont, et petit tir à la cible.
Je me sentais bien chaud avec cet arc, alors, des crocodiles, une limace, une tortue trop curieuse, et une troisième groupe de fleurs un peu sur la droite.
Bon, cela suffit, je suis niveau 7.

Alors, la suite: en un mot RAS. La forêt, le souterrain, Xia, sans gros bobo.
Là, maintenant, abandon de l'arc pour un bon vieux bâton, c'est plus mon truc.
Pour les petits malins venant me chatouiller, je puise sans aucun remords dans mon Vault, où une lance des trappeurs verte n'attend que moi.

Donc, les highlands, même pas peur. Cela me change de d'habitude, aucun des 4 boss ne m'a vraiment embêté pour de bon.

Le passage sombre: Welamas si em$&dant d'habitude, ne demande qu'une potion. Bref, tout va bien.

Et hop, le chemin des morts.
Bon les violets sont comme d'habitude très très violents.
Mais cela passe. Et je finis (j'ai mis du temps, hein!) par comprendre que c'est coeur de chêne qui me booste comme cela. Avec la robe de Zara, il y a une telle quantité de vie à régénération rapide qu'il faut vraiment faire l'imbécile pour ne pas y arriver.
La suite, le cimetière, le tombeau, les marécages, le plan des morts, d'une traite.
Fin de la séance.

Ce perso tient drôlement bien la route.

Comme on en parle, je reprends par la route d'élendar à donf, et le bois maudit.
Là, je ne sais pas si c'est l'enthousiasme, le perso, ou moi, 1 RIP (quelle honte, je me couvre la tête de cendres...) avec RUK les trahis. Ah, les belles saletés, ils m'ont attaqués à deux, et ils tapent comme des malades. :cry:
Mes larmes séchées (n'oublions pas, c'est une fille fragile (?)), je suis reparti à l'assaut.
Et là, à malheur quelque chose est bon, ces malotrus se trouvaient en contre bas d'une falaise. Inutile de vous dire que j'en ai lâchement profité, à coups d'éclairs, cela leur apprendra.
Ma mauvaise action a dû être remarquée, car je n'ai pas eu le coeur pur.

Pour me consoler, les falaise, et le bastion.
Alors là, surprise, GOS facile, mais facile... Et au bâton, je vous prie.
Méthode: Il faut tirer DERRIÈRE GOS, sans que son nom n'apparaisse (sinon, on le vise, et on le rate). Avec des matières spectrales partout sur le corps, sa mana est descendue à zéro en un rien de temps. Il faut quand même faire attention à son renvoi de dégâts, et ne jamais faire la bétise que j'avais fais un autre jour, renvoyer également les dégâts. Parceque ceux là aussi il les renvoit... Le meilleur moyen de se tuer tout seul.
Et une fois plus de mana, plus de renvoi de dégât, et hop, exit GOS.
Kolopos:
On sent qu'il est pas content qu'on vienne le voir, il doit nous prendre pour un démarcheur. Mais, il s'est fait une raison, lui et son jumeau. Ils sont tellement gros qu'ils n'attaquent pas ensembles.

Le gouffre: au pas de course, selon un chemin maintenant bien établi: entrée de gauche, on monte, à droite, on monte, Shaa. On continue tout droit, on nettoie le sous-sol (coffres), on revient vers Apim, puis ORG et son gros coffre, pour finir par quelques bestioles vers la sortie. Ces boss sont cantonnés dans leur salle. Une fois provoqués, on les canarde tranquillement du seuil, un peu en retrait, et ils ne font pas un pli.

La suite, comme je le fais toujours: le bord de la plage jusqu'à Astéria, petit tour de ville pour activer les quêtes et le portail, sauf celle du débarquement.
Retour en arrière jusqu'au père de Willy, le restpoint, et le sauvetage. Comme ça, en revenant en ville (drôlement rapide, le père... pour revenir en ville), une quête validée.

Comme j'avais du temps, en avant pour le débarquement.
Toujours pareil (il y a un film sur mon site), je fais le tour par la gauche jusqu'au restpoint, là où sont les premiers squelettes. Quel plaisir, ce doux craquement sec des osselets qui se brisent, hum..., je me régale.
Une fois un peu après le palmier incliné à droite, retour en arrière pour aller chercher les soldats au cas où.
Et j'ai bien fait, car Tigath, ce maniaque, voulait me faire subir des outrages inavouables avec ses grosses mains qu'il veux me coller partout . Il tape très très fort en plus. Heureusement, les soldats m'ont bien aider à garder ma vertu. Il est quand même bien costaud, et régénère sa mana bougrement vite... Pas un tendre cet amiral...

Et pour fêter cela, le trèfle.
Là aussi, les boss étaient pas contents du tout, et surtout, je finis toujours par ressortir dehors, car on finit par ne plus rien voir dans ces souterrains, ni sur quoi on tire, ni même où on est.

Fin pour hier: Bois Maudit Astéria Trèfle.

Aujourd'hui, en route pour de nouvelles aventures:
Le bois d'élendar, le village de Tanthon (tiens, j'ai découvert encore un bon endroit pour se planquer, l'enclos à l'entrée du village: les arbres buttent dans la clôture, mais pas mes tirs !

Le grand lac: avec prudence.

La montée de la promenade: décidément, le brin de tempête tient bien la route, comme je le pensais.
Pour le grand vilain poilu à mauvaise haleine du pont, j'ai appelé du renfort, des sorcières. ET couic, le grand vilain !
Le reste de la promenade à toute vitesse. Jamais monté à cette vitesse là en Mieb. Il faut dire que j'ai sorti mes réserves du vault, et que cela se marrie plus que bien avec le druide.
Le passage secret
Même les golems ne font pas un pli. Bon les boss, je les ai canardé derrière le mur, je ne suis pas fou quand même, et un mago, c'est fragile ! Et puis c'est pas interdit !

Et le manoir, oui, le manoir: dans un rêve. Tout laminé, tout passé au presse-purée en trois tours de manivelle. Les boss, lamentables. Un ton en dessous, ou alors c'est moi qui suis un ton au dessus.

Et Elendar, vous n'allez pas le croire: PAS UNE POTION. Et AAR-Baal, qui peut être une vraie teigne, le petit brin s'en est bien occupé. L'autre chassait les mouches au ralenti, en me tournant le dos. Pas croyable ! Il m' a déçu aujourd'hui, très déçu.

Le temple, et hop.

Les égouts: j'ai recommencé à boire, les rats sont plus toxiques. Mais les couloirs aident bien , il y en a peu qui passent derrière.

Et tant qu'à faire, le village d'Elendar:
Pas un pli, sans potion non plus. Tous mes trucs et astuces de mago ont fait merveille avec ce perso.

Alors, j'ai décidé de faire Mistol.

Et là, surprise, plus rien ne va. Je me prend des valises, je picole comme un fou. Je recule à l'abri, je réfléchis et je m'aperçoit que j'avais oublié de remettre mon effrayante du lynx, en laissant en place mon médaillon du druide pour booster ma nymphe. Non, mais quel idiot ! Pas étonnant que je fatigue !
Je repars, et tout va mieux. Juste quelques potions, mais rien de méchant. Drago, comme d'hab: on peut l'avoir derrière la haie, avec prudence. Il y a quelques trous pour les tirs, mais il renvoie les dégâts lui aussi. Enfin, c'est fait.

Total du jour: le bois, Tanthon, le grand lac, le manoir, Elendar, son temple, ses égouts, son village, puis Mistol. Belle balade, niveau 36, 1 seul RIP, à fond dans le Vault (que du vert, sauf la robe de Zara) et tout en MIEB.

Alors oui, merci Alan, ce perso tient diablement bien la route :clap:

Aujourd'hui, en route pour le Siran. J'en ai assez des réflexions du genre "comment, Mistol AVANT les MI, la citadelle, etc ?". A croire que j'ai commis une hérésie... Et puis, comme toutes les femmes (c'est mon perso qui parle, entendez bien), c'est moi qui ai raison. De toute façon, c'est ma délicate peau de pêche qui est en jeu, pas la vôtre couverte de poils. ;)

L'arène: l'étripeuse noire, pareille à elle même, violente, virevoltante, mais bon, couiquée. 1 potion.
Les 2 autres boss, même pas eu mal. Ils sont trop lents.
Un petit oubli vite réparé: le mausolée, décidément devenu sans grand intérêt depuis le bug du passage secret. Ah, si, un unique dont je n'ai pas l'usage. Cela fait une croix de plus dans le journal (et pas de remarques, hein!)

Jonas: Une mention spéciale pour lui. Tout d'abord, préparation de rigueur. Surtout, aucun renvoi de dégâts supplémentaire. J'enlève mes bagues, et exit ma formule mystique (voile d'ombre), sinon, je peux me tuer moi-même. Je l'ai déjà appris plusieurs fois à mes dépens face à ce genre de bestiole.Soit on tape extrêmement fort,(et encore, je ne suis pas sûr que cela marche) d'un coup, genre coup critique effaçant sa vie et surtout sa mana d'un coup, et on s'en sort, sinon, on reprend tout dans la figure avec élan.
Il faudra un jour que j'essaie Jonas avec un parchemin de la destruction, pour voir si je ne survis ou non. Mais je pense que non.
Bien que je sache comment aller jusqu'au Siran sans le rencontrer (merci Mostal), j'ai voulu le tester pour voir. Parce qu'il ne présente vraiment aucun intérêt pour un magicien, très rapide, tapant très fort, avec renvoi des dégâts en plus, et ne donnant qu'un casque inutile tant aux archers qu'aux magiciens.

Bon, Jonas. Je le provoque en lui tirant la langue, il est pas content du tout, je cavale jusqu'à sa limite d'action, et je l'attaque. Et là, j'ai eu une belle surprise: un poil trop lent, il me touche, un seul coup de sa part, et j'étais dans le rouge rouge. Heureusement que j'avais de la vie, sinon, couic. Cela commence bien ! Non mais quelle idée j'ai eu, aller chatouiller un super vilain qui ne donne qu'un peu d'XP en échange d'une mort trop précoce ! :ranting: Le coup était passé si prêt que mon chapeau tomba ! (Cela me dit quelque chose...).

En regardant de plus prêt, il portait un marteau blanc pointu, un unique, qui s'est révélé être Engelure... Pas étonnant ! Mais quelle saleté celui là ! Un boss pareil avec en plus un unique! Bon, j'ai enlevé pulsion de tempête pour diminuer encore mes coups, donc ses renvois, et hop, technique harcellement: je m'avance d'un pas, il accourt à fond, les yeux injectés de sang, un coup de bâton et je recule. Avec la nymphe et le brin de tempête, il finit par se calmer.

De mémoire, les boss à renvoi de dégâts dans Lilith sont: Gos, Drago, Jonas, Toxeus au fond de sa prison. Je ne pense pas en avoir oubliés.

Le Siran. Des démons, des chauves souris, des morts vivants! Ah, les os qui craquent ! Avec tous mes bijoux (ils me vont si bien au teint...) et effigie du feu céleste en échange de voile d'ombre, attention, tenez vous prêtsl les bestioles, j'arrive.
Ces pauvres malheureux, lvl 26-27 contre un 36. Cela n'a pas été humain (d'ailleurs, ils ne l'étaient pas). Et caoutchouteux au possible, avec très très peu de viande sur les os (pour ceux qui en avaient).

Les mines: j'ai eu beau leur demander gentiment de me laisser passer, rien à faire. La barrière de la langue sans doute. Les blancs, les jaunes, même combat, un coup et dodo. Seules les chauves souris jaunes demandent un peu plus.

Les boss
: A la régulière, face à face. Ils ne m'ont pas du tout aimé, surtout les éclairs mortels. Il doit y avoir maintenant mon portrait partout dans ces mines avec un beau contrat à la clé. Qu'ils y viennent donc, je voulais juste passer. Mais s'ils cherchent la bagarre....
Bref: ce qui a été le plus long, ce fut la collecte des coffres et le tri des verts. Jonas-les mines: 1 heure 20.

Le plateau du Siran. Pas trop de résistance non plus. Les archers sont de vrai poison comme d'habitude, mais paradoxalement pas les boss archers: ils fuient dès le premier coup, il suffit d'attendre, et hop, ils en redemandent tout seuls.

Les salles spéciales. Là, j'ai sorti mes armes secrètes, en particulier un résistant du lynx boostant mes résistances primaires sans toucher à ma vitesse. L'important ici, ce sont la vitesse et les résistances.

Le pénitent. Un truc rigolo, en tournant du pot (si je peux dire), l'invincible a ripé 2 fois le gardien du levier. Dommage collatéral pour Lilith ! Si ses sbires facilitent le travail, où va t'on, je vous jure. Il n'y a vraiment plus de petit personnel !

Les douleurs: il faut courir vite, en louvoyant pour éviter les projectiles. Comme toujours, un jet de froid m'a atteint, presque impossible à l'éviter celui-là.
Après, il suffit de longer la paroi de droite sans aller sur les 3 cercles blancs, et cela passe tout seul. Les deux ossos étaient bien là, et ont été éliminés avec 1 potion.

La salle des tortures: Là, il faut que je vous raconte, car j'ai trouvé aujourd'hui une méthode pour ne presque pas risquer inutilement sa peau dans cet endroit très très mal fammé. Et je vous avoue que je suis assez content de moi. Quand je vous disais que Lilith était un jeu intellectuel !
Je vous explique: Il faut aller chercher 8 pierres une par une pour les ramener au centre de la pièce afin d'ouvrir le portail donnant vers la sphère d'éternité. Le seul problème, c'est qu'on passe obligatoirement devant un pylône maléfique générant à chaque tour un osso invincible et vindicatif. Alors 1 ou 2, ça va, mais 6 à 8, cela fait beaucoup, car il faut passer à côté du pylône à l'aller ET au retour.
J'avais déjà expliqué qu'en se téléportant, on évitait à chaque fois un retour. Mais il y a mieux, beaucoup mieux, et plus rapide.
Foncez d'un côté, passez à côté du pylône, prenez une pierre, faites un portail et envolez vous pour le siran (ou ailleurs).
Déposez votre pierre au pied du portail du Siran. Reprenez le portail pour retourner dans la salle. Les sacs d'os n'en reviennent pas, ils n'ont pas l'habitude de voir quelqu'un revenir par là, et hop prenez l'autre pierre sous leur nez et foncez vers les pierres situées sur les côtés où les bestioles ne vous suivent pas. Là, vous êtes tranquille.
Nouveau portail, déposez aussi cette pierre et allez chercher les deux qui trainent dans la salle à coté de vous de la même manière.
Bilan: 1 passage devant le pylône, maximum 3 bestioles autour de celui-ci qui vous ignorent superbement ou presque, et 4 pierres ramassées, 3 au dehors au Siran, et une dans la poche.
Refaites depuis l'extérieur le chemin vers cette salle, et hop, vous êtes au centre en train de déposer une pierre. Un côté fini!
Même technique pour le second côté.
Maintenant le final que vous devinez. Vous avez déposé deux pierres au centre, et il y en a 6 dehors. Un portail au centre, quelques téléportations (6), et voilà, c'est fini ! Vous êtes passé 2 fois devant un pylône d'enfer, et c'est tout. Presque pas de bobos, et presque aussi rapide que la méthode du catch and run imposée par Lilith. J'espère qu'elle s'étrangle de rage devant son échec flagrant de nous peler comme un oignon.
Je me demande si cette salle ne devrait pas être rebaptisée la salle des dupes.

Bon c'est pas tout ça, j'ai un livre à aller chercher, juste le temps d'éliminer les "protecteurs". Le plus long a été d'attendre entre chaque vague, parce que, côté résistance, plutôt faiblards, même les boss.

Une fois le livre ramené, les MI.

Les galeries inexplorées: seul obstacle notable, le boss: 1 potion.

Ce personnage est grisant, en plus le petit rire de la nymphe rend tout guilleret, il va falloir que je fasse quand même attention, sinon gare aux bobos.

Les MI: le temps d'aller au premier restpoint, quelques oiseaux et araignées, et hop, lvl 38.
J'ai commencé par la gauche, Gigia. Ce qui a de bien avec elle, c'est qu'elle n'arrête pas de créer de petites araignées qui font bien monter l'xp.
Après, directement à Fulia, dont la nymphe est bien peu solide. Je remonte un peu, et paf retour Windows. Pas grave.
je repars cette fois-ci par la droite, comme d'habitude. Les boss les uns derrière les autres,X, le refuge avec Mona,remontée vers Sturg, toujours aussi difficile comme tous les dragons à toucher, la caverne du recommencement ou caverne de Moebius (tiens, cela aurait pu être le nom d'un boss) où Safiana m'a gratifié d'une chute de neige dont je ne me rappellai pas,Orgor et Wagnera a qui j'ai chanté une berceuse, Oddontrix (qui est un démon !), le second restpoint, et Antéo qui manquait au tableau. Un petit tour dans la caverne de vie et hop, retour Windows de nouveau une fois sortie.

Il y a un problème connu avec cette carte, qu'on l'aborde par le pont en haut, ou par en bas, il y a un petit tressaillement dans l'image qui indique petit souci.

Aucune importance, le monastère que je me débarrasse des MI où je commence à m'ennuyer, c'est du tir à la cible, et je n'ai même pas soif.
Alors à fond: 25 minutes tout compris (avec le matériel ramassé, et il n'y en avait pas beaucoup pour les magos).
Les golems, 2 coups. Les gigantes 3 (ils sont quand même plus gros). Avec de l'antidémon, aucune bestiole du monastère n'a résisté à un coup, sauf Hékaline, quand même, qui s'est faite grillée par le raie de lumière.
Les boss finaux: presque tous se précipitent sur le perso, et ont une limite d'action, ce qui rend tout facile.
Scubulo: à force de chercher les ennuis, il les a trouvés.
Erras, lui est très lent, donc pas de problème non plus.
Gazus est comme Gos, il faut tirer derrière lui sans afficher son nom. Comme il ne renvoit pas les dégâts, facile.
Golden skin, même tactique de harcellement.
Le seul un peu plus difficile est Grum, qui pompe méchamment la vie, fait tomber le plafond et envoie des démons. Lui a nécessité une potion et de l'attention.

Une petite remarque en passant: Les 3 premiers boss meurent en lançant un cercle de très mauvaise augure. Je ne sais ce que c'est, mais à distance c'est beaucoup mieux pour le teint. Attention, les CàC.

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. Fin LVL 39 (vivement le 40, on monte d'un cran dans l'efficacité), toujours un seul RIP (il faudra que je revois comment finir RUK sans RIP, c'est agaçant). L'équipement n'a pratiquement pas bougé, sauf la formule mystique.

Maintenant que Maître Mostal est satisfait, ai-je l'autorisation d'aller m'amuser à la citadelle? :hin: S'il te plait, dis oui :fler:


Bon, il y avait un messager l'autre jour me demandant de revenir à Astéria d'urgence ! Peut-être un nouveau débarquement? On n'est jamais tranquille dans cette île, pas croyable, jamais le temps de contempler les paysages, de collecter des herbes, le temps de rien quoi.
Et bien non, pas cette fois. Je crois qu'ils ont compris que ce n'était pas la peine de revenir par là. Ils sont en train d'assaillir la citadelle pour passer de l'autre côté.
Et Seonnim avait une requête personnelle: sa fille avait été enlevée par une certaine Hécate, une sorcière semble-t-il. Sans doute une petite vengeance personnelle de Lilith, ce qui est décidément bien bas. S'en prendre aux enfants (il faut dire quand même que c'est une habitude chez elle, s'en prendre aux enfants) pour punir les parents est un acte vraiment digne d'elle.

Alors, en route pour l'île d'effroi.
C'est plutôt sinistre, il fait froid et sombre. Et il y a plein de corbeaux.
Hou là, dès leur premier assaut, j'en ai pris plein la figure. Ils sont très rapides et très violents. Et ils attaquent en bande ! Il faut que je revois mon équipement, sinon, ils vont me manger toute crue. Et ils visent les yeux en premier.
Alors, exit effigie du feu céleste, reprise de voile d'ombre, comme ça, s'ils me touchent, surprise. Et puis c'est le moment de sortir le bâton de mon ancien maître, un bâton du druide du traître, pas très puissant, mais redonnant plein de vigueur.
Retour à l'île. Cette fois ci, cela va beaucoup mieux. Même à 6, ces satanés volatiles ne font pas le poids bien longtemps. A 8, c'est autre chose, et j'ai dû boire une potion quand toute une bande est apparue tout à coup autour de moi. Là, ils m'avaient cueillie, mais j'ai bien résistée.
Enfin, j'arrive à l'autre bout de l'île. A peine ai-je aperçu Hécate que je me fait attaquer par ses chiens. Des démons, ses chiens sont des démons, sans doute un petit cadeau de Lilith. Allez-hop, à la niche tout le monde.
Bon, Hécate est occupée à je ne sais quelle incantation devant la pauvre Léopoldina crucifiée à un arbre. Moi, les sorcières, je m'en méfie beaucoup, car elles détournent les bienfaits de la nature dans des objectifs malfaisants, et la nature est très puissante.
Je vais commencer par lui enlever ses pouvoirs si je peux, après on s'expliquera.
Alors, de la matière spectrale partout, un bel abandonné du balbuzard, et en avant, juste à la limite de tir. Mes pets assurent, surtout le brave brin de tempête, qui lui bourdonne aux oreilles, et l'empêche de réfléchir.
Zut, je suis un poil trop loin. Un pas de plus, et elle me lance un éclair d'une violence qui réduit ma pauvre Nymphe en cendres. Et paf, une grosse claque dans mon brin, et il disparait.
Cela ne va pas se passer comme cela, Madame la détourneuse de Dame Nature, c'est entre vous et moi, maintenant, et j'ai horreur que l'on fasse du mal à mes petites bêtes.
Elle aime pas du tout, mais alors pas du tout mes jets de feu, ni surtout le pompage de mana. Elle me balance encore des éclairs, mais ils sont quelque part un peu mes copains, donc pas trop de bobos, juste une grosse odeur d'ozone.
Et voilà, plus de mana, plus de pouvoirs, plus de protection, et mes coups triplent en puissance. J'ai vengé mes pets.
Elle avait encore des chiens dans le coin, ils sont aller la rejoindre. Et j'ai récupéré Leopoldina, malade, fatiguée, une vraie loque. Je fouille un peu les alentours dans les bricoles de cette malfaisante, et je tombe sur un parchemin avec une recette de potion miracle.
Bon, il fait froid ici, la petite est frigorifiée, je la ramène à son père.

Il est à la fois content de la retrouver, et horrifié de son état. A la vue du parchemin qu'il a fait analysé par ses spécialistes, voilà qu'il me demande maintenant d'aller chercher des ingrédients d'une rareté extrême, à l'autre bout du monde. Encore du boulot, toujours du boulot, rien que du boulot, il ne peut pas y aller lui même, là bas, chercher ses trucs. Et bien non, c'est encore à moi de tout faire.
Je pars me renseigner auprès du capitaine qui connait le chemin, encore une complication: plus d'équipage, disparu dans la vallée d'Hudra lors d'une autre attaque des armées de Lilith. Toujours des complications...

Un bon prétexte pour m'éclipser, moi, je veux partir de cet endroit de fou, et retrouver mes amis sur le continent. Donc, je repars pour éliminer le Grand Maître démoniaque qui semble d'après Mordak être à l'origine de tout. Une fois éliminé, je pourrais sans doute partir.

Zut, avec tout ça, j'allai oublié ma promesse d'aller aider à la citadelle. Une promesse est une promesse. Et puis, il doit y avoir plein de squelettes à broyer.

Donc, depuis la croisée, je prend l'autre chemin, vers la forteresse. Quelques soldats égarés, ou en mouvement vers Elendar, je ne sais pas, mais il y avait un officier avec eux. Pas des troupes d'élites, en tout cas.
Il parait que le seul chemin passe par la grotte des pleurs. Je me demande pourquoi..... Aie !, des moustiques, et pas des tendres ! Ils me sucent avec avidité.... Mais cette grotte en est remplie ...
Houlà, mais ce ne va pas être simple. Il faut dire qu'ils n'ont pas dû avoir grand chose à se mettre sous la dent avec tous ces squelettes !
Et la nymphe qui va les titiller... Arrête, idiote, et c'est pas la peine de rire comme ça, ils vont te croquer ... trop tard. Elle prend tout trop à la rigolade, celle-là.
Bon, aux grands maux les grands remèdes, rafale va tout nettoyer, mais ça va être long.
Voilà, c'est fait, enfin dehors. Au moins, il fait beau, et en plus on a une vue superbe. Ils ont l'air tranquille, en bas, pas de monstres, ils pêchent ou cueillent des fruits, c'était peut être une fausse alerte.
Et bien non, tout plein de méchants sur le plateau.
Les lamias n'ont pas posés de problème. Le boss, bof, 1 potion. Il faut dire qu'il retourne de l'autre côté du pont dès qu'il le peut, le lâche.
Pendant la descente du soleil, Lvl 40, chouette. Là, cela faire mal. Je ressors les bijoux de ma mère Mysterix, et hop, en route pour la gloire.

Allez, des araignées qui gardent l'entrée! Elles ne font pas le poids.
Tiens, un des trucs bizarres dont m'a parlé Fulia... Hum, essayons...
Encore de ces trucs déments qui abondent dans cette île: et un monstre de plus, la Justice qu'il s'appelle!
Heureusement qu'il ne courre pas vite, parce qu'il est plutôt résistant, et raide ! Il porte bien son nom, tiens.
Cela ne fait rien, avec de la patience, on arrive à tout.

Alors cette citadelle, ça arrive, ou il va falloir encore galoper longtemps comme ça!

Ça y est, c'est vrai qu'il y a matière! C'est là que les athéniens s'atteignirent, comme disait mon vieux maître. Là, pas de négociations, on fonce dans le tas.
D'ailleurs, tout a été filmé, le dégagement de l'entrée, et pas une potion. Il parait que je rend bien sur l'écran, pas eu le temps de me voir. De toute façon, du moment qu'il y a une jolie fille, les films sont toujours bien qu'ils disent. Je ne sais pas comment il faut prendre cela. Mais du moment qu'ils paient l'équipement....
Bon, certains jaloux diront que c'était risqué, sans filet, plus que téméraire même, mais à vaincre sans péril, il n'y a pas de gloire! J'ai une réputation de famille à défendre, moi.

Ce perso est vraiment très très puissant, le druide est parfaitement adapté à l'EBMI, à mon humble avis de ferro plutôt versé caster, c'est le meilleur magicien de ce jeu ! Et j'en ai essayé, mais c'est vrai, pas avec nature.

Après le nettoyage de l'entrée, retour à la sagesse: l'aile droite d'abord, plus facile d'accès (on y voit mieux), on tombe très vite sur Bohort (le plus faible des trois chevaliers).
A la sortie, on est d'emblée en plus dans le feu ( ;) ) de l'action, et cet hors d'oeuvre avalé, le restpoint est tout de suite là.
Après, l'aile gauche en revenant, plus facile.
Et pour finir, la plateforme avec toutes les machines de guerre, mais avec une position dominante, une certaine protection par l'escalier, bref, plus facile à nettoyer.

Allez, le final, les 2 boss principaux, qui n'ont pas du tout été à la hauteur de leur réputation vraiment usurpée. Lvl 41 avec Chillar.

Bref, presque une promenade de santé, seule la justice a été à la hauteur, résistante et longue.

Clématix, druidesse, Lvl 41, EBMI normal, Vault, 1 RIP.

Ah, oui, le film: http://www.dedikam.com/telechargement.p ... d5d8beea1d (117Mo)

Aujourd'hui,après une bonne nuit de sommeil, il va falloir continuer.
Fulia m'a donnée une quête de plus, l'autre jour, j'avais essayé, et j'avais failli me faire écharper par cet espèce de monstre lent, mais très résistant.
J'espère que les autres ne sont pas du même acabit.
J'avais déjà vu ces cercles quelque part..., ha oui, aux highlands, au chemin des morts, dans la promenade et à Mistol.
Maintenant que j'ai de nouveaux copains pleins d'entrain, allons voir ça.

Bon, les highlands, pas costaud la sauterelle.
Le chemin des morts: de nouveau rempli de bestioles, mais je suis trop forte pour elles. Par contre, au cercle, une belle dame, pas gentille du tout, en réalité un démon camouflé. Je sais bien que c'est Halloween, mais quand même, un démon déguisé en dame, il fallait le faire!
La promenade: Un type bloqué par mes copains, et vite éliminé.
Mistol: de nouveau envahi par les sbires de Lilith. Il ont dû passer par le temple, parce que la citadelle a tenu. Et cette fois-ci, un magicien avec des chauves-souris, et utilisant voile d'ombre. Bon, il suffit de s'en éloigner assez, et de le canarder à distance de sécurité en lui pompant la mana. C'est très efficace comme méthode.

Cela fait, allons libérer le temple.
Le passage du pénitent: Tout plein de golems, rapides ceux-ci, très nombreux, mais pas très résistants. Mais cela fait une poussière d'enfer, j'ai failli étouffer avec ça, moi.

Maintenant, un tunnel dans la montagne, avec des chevaux démons. Comme si s'était un endroit pour les faire paître. Lilith fait n'importe quoi, des chevaux, c'est au prés, par en sous-sol.

J'arrive aux jardins, avec le gardien au bout. Plein de démons pengs, avec des griffes acérées, heureusement que j'ai de l'anti- démon.
Alors, ce fameux gardien, où est-il? C'est ce truc avec des ailes, une queue pleine de piquants. Mais c'est qu'il tape fort, le bestiau. Attends voir, j'ai un beau bâton du traître, tu peux taper tant que tu veux, moi aussi, sauf que moi, je te pompe ce que tu me prends, et tu vas perdre...C'est toi et moi face à face, sans les copains que j'ai renvoyés à la maison.
Et tu as perdu, surtout que j'avais atteint le niveau 42 juste avant le combat...

Alors, et ce temple: Des squelettes, des gorgones, des minotaures, un vrai bestaire.
Ce qu'il y a de bien avec le brin de tempête, c'est que c'est un vrai détecteur de trucs cachés. Il a trouvé la clé de la fin.
Et un passage secret, avec plein de morts-vivants bleus, fragiles, mais fragiles, mais faisant bien monter l'XP.
Un autre truc très pratique, les pylône à monstres. Il suffit de se mettre à bonne distance, avec un bon angle de tir, et ça envoie sans arrêt des monstres pas solides, mais en quantité industrielle. Avec un peu de patience, l'xp monte, monte mais monte à des sommets.
Et un autre cercle de Fulia dans une cour. Pas solide le démon, mais bien accompagné des son harem. Il y en a ...
Bref, juste avant le grand maître démoniaque, LVL 43. Avec ça, il a rien pu faire.

La cour: jolie au milieu, mais avec plein d'oiseaux envoyant des éclairs, ce qui ne me dérange pas trop, ils sont copains.

Tiens, c'est vrai, j'ai récupéré des clefs. Alors, un petit détour par la montagne, et hop, un beau parchemin IX. Je commence à en avoir une collection...

Allons, bon, dans la cour, la porte de la chapelle est fermée. C'est un problème, je ne peux pas la défoncer. Mordak va peut-être pouvoir m'aider...
Non, mais quel cachotier, celui là, garder la clé de la chapelle dans sa poche. Je vous jure, c'est sans doute l'âge.

Allez, la chapelle: Des squelettes rapides, des troupes d'élite sans doute, et dans un recoin, une pauvre soeur toute apeurée...Je t'ai nettoyé tout ça vite fait avec les copains, une chapelle est un lieu de recueillement, pas de campement.

En suivant les couloirs, on est arrivé à l'asile. Ben, heureusement que j'avais le plan, parce que l'architecte, il devait être un peu fada.
Donc, méthodiquement, à droite, les sous-sols. Puis on remonte un peu, on traverse à mi hauteur, on redescend vers la cave, au cas où Gobbosh y ferait sa cure d'œnologie.
Non, il n'y est pas.
Donc, on remonte jusqu'à la porte verrouillée, demi-tour, et les salles du milieu donnant sur le couloir central. Un petit tour vers les cellules pas loin de l'entrée, on remonte par le couloir, les escaliers, et on arrive au premier, au restpoint. Là, salle après salle. Gobbosh était dans son boudoir du haut, il a bien essayé de discuter un peu, mais sans son jumeau, pas fait le poids. Et puis, juste avant de le rencontrer, LVL 44.
Allez, vite vers la sortie pour sortir de cette enfilade de couloirs et d'escaliers, et hop, la vallée d'Hudra.
Pas d'équipage dans le coin. J'avais vu une prison dans la cour, ils y sont peut-être...

Et bien je comprends pourquoi certains bestioles y étaient. Complètement ingérables et indisciplinées. Remarquez, les gardiens, ce n'était pas mieux, tous fous comme des lapins.
Je t'ai mis tout ce "beau" monde au pas vite fait, je ne supporte pas les insanités qu'ils me lançaient. Même Toxéus le terrible a dû se faire une raison. Il porte bien son nom, lui, il renvoie les dégâts comme il faut, mais il a une prédilection pour le poison, un vrai professionnel. Je lui avait envoyé une gouttelette de poison ne faisant pas de mal à une mouche, lvl 1, et j'ai vu ma vie fondre comme neige au soleil. Presque 2000 points d'un coup.
Par contre, l'électricité et le froid, c'est pas son truc. Par contre, c'est le mien. Alors, comme il avait zigouillé les copains qui s'étaient trop approchés de la grille de sa prison, j'ai rusé: je me suis approché doucement de la grille, il se précipite pour me faire des chatouilles, je reste un pas en arrière, et hop, rafale et éclair en alternance. Et voilà, il est tout calme, maintenant.

Et puis, dans tout ça, j'ai retrouvé l'équipage de Sindar au fond d'une geôle. S'ils n'ont pas été tués, c'est que Lilith ne doit pas connaitre la route de cette île...
En tout cas, il va falloir que j'y aille...


Résumé: des quêtes de Fulia, Mistol-temple-entrée d'Hudra, avec la prison, et le cœur de la montagne.Lvl 44, toujours 1 Rip, et plein de copains.

Après une bonne nuit de repos, une promesse est une promesse : en route pour l’île de l’œil rouge, à la recherche des ingrédients de la potion de Léopoldina.

Au moins, cette île est ensoleillée, ce n’est pas comme chez Hécate…. Et il n’y a pas l’air d’y avoir des corbeaux de malheurs… mais tout plein de délicieux Karkinos.
Ah, ça, c’est une bonne nouvelle, ils sont assez rares, et tellement bons.
Ouais, cela ne va quand même pas être une partie de plaisir, il y en aussi des gros, et même des très gros, qui en plus nous crachent dessus des tas de choses désagréables.
Enfin, on en a assez pour une bonne soupe ce soir, laissons les autres s’enfuir et se cacher, on n’est pas là pour cela.

Il semblerait qu’on fait quelque chose de répréhensible aux yeux de la population locale, car une bande fort nombreuse de tigrous nous est tombée dessus, avec d’autres karkinos. Et rien à faire pour dissiper le malentendu, il a fallu se battre. Et mes copains en ont pris plein les mirettes. Il a encore une fois fallu que je me fâche très fort pour que tout le monde se calme enfin. Toujours pas d’ingrédients miracles, bien que certains autochtones m’aient suggéré que peut-être, plus loin…

Au fond de l’île, 2 grottes. Allez, au hasard, celle de gauche. Pas de chauve-souris, mais des Empusas de froid. Bof, pas chaleureuses dans leur accueil, mais pas vraiment un obstacle.
A l’autre bout de la grotte, on est tombé sur le royaume légendaire des gorgones. Alors ça, c’est une surprise, j’en avais entendu parlé, il y en avait quelques unes mercenaires au temple, mais aucune n’avait voulu dire où se situait leur royaume. Et voilà que l’on tombe dessus…
Inutile de vous dire que l’on a été bien accueillis, chouchoutés, dorlotés, elles ont été infernales.
Et leur impératrice bien protégée par ses pylônes de régénération magique… Il a fallu commencer par les détruire, ce qui fut assez facile, puisque ses gardes ne protégeaient pas l’arrière de son trône.
Bref, on a quitté cet endroit sans regret, elles ne sont accueillantes, et n’ont aucun ingrédient recherché.
Comme on avait trouvé une grosse souche, et qu’on apercevait une autre île un peu plus loin, on y est allé en radeau.

Quelle drôle d’île, très peu de végétation, quelques très gros karkinos, et tout plein de fourmis géantes. En réalité, toute l’île est une fourmilière, avec des salles, des couloirs dans tous les sens.
Bon, avec un peu d’organisation, on s’y retrouve facilement : en traversant le premier étage, on arrive directement au second. Si on fait un mouvement en U en suivant les couloirs, on arrive à un entresol avec un restpoint et plein de couloirs se distribuant entre les étages.
Bref, des fourmis en veux-tu, en voilà, des petites, des grosses, des très grosses, et on arrive sur une seconde petite île par le second étage.
Là, les chose se corsent. Des super boss fourmis, de vrais durs à cuire dans tous les sens du terme, mais finalement attendrissables au hachoir ou plutôt au grille-pain.
Et deux entrées :
- celle du fond était celle d’un espèce de temple, où j’ai eu le malheur sans doute de déranger une cérémonie ou quelque comme ça, car le nombre de prêtresses était impressionnant. Au fond, la régente gardant un trésor et des œufs. Mais pas d’ingrédient. Cela commence à être lassant.
- l’autre entrée était gardée par des troupes en armes, un général à leur tête. Cet endroit doit être important.
Bien vu, de hauts dignitaires partout, des nurseries, des trésors, et la reine des fourmis. Elle avait un des ingrédients miracle dans ses poches. Ouf, et d’un. Et plus, quelques champignons goûteux dans les recoins….

Maintenant, passons de l’autre côté, par la seconde grotte. Là encore, des empusas de glace.
Au-delà, une jungle, des plantes baladeuses, et encore des karkinos. En contre bas de cet espèce de plateau, de grosses grenouilles. Tiens, des bestioles nouvelles, sans doute peuvent-elles me renseigner ? Et bien non, obtuses, fermées, me jetant des pierres et des flèches, bref, n’aimant pas les étrangers.
Donc, ce soir, cuisses de grenouilles à la bisque de Karkinos parfumée aux herbes de l’île. C’est qu’ils m’agacent, tous ces malpolis, à force, et j’ai tous les ingrédients en poche.
Enfin, j’arrive devant un arbre marcheur géant, qui renvoie d’un coup ou presque tous mes copains à la maison. Et c’est qu’il me poursuit, du moins jusqu’à un virage autour d’une butte. Erreur fatale : la butte me protège un peu de ses sorts, mais il n’est pas à l’abri de mes coups.
Ce fut quand même long, mais il cachait bien son jeu : un second ingrédient.

Alors, maintenant, où est le troisième ? Je n’ai pas encore exploré en haut.
Encore quelques plantes, grenouilles et karkinos, puis une armada d’empusas toutes plus aggresives les unes que les autres. Les copains sont allés préparés le déjeuner pendant que je leur expliquais la vie, ils avaient un peu de mal dans ce feu d’artifice. Et deux reines empusas pour terminer, qui ne m’ont rien données, en tout cas pas d’ingrédient miracle.
Il y a une grotte sous la montagne, qui ne me dit rien qui vaille, je n’aime pas trop cette montagne qui gronde et tremble tout le temps. Donc, après un bon repas, une petite sieste, on y va avec prudence avec tous les copains bien revigorés.
Et j’ai eu raison : des gros bestiaux sans cervelle, mais tout plein de muscles, qui tapent avec des gros marteaux comme le malheur sur le pauvre monde. Et quand ce ne sont pas ces brutes, des chauves-souris suceuses de vie.
Pas très facile, mais on y est arrivé sans perte.
Enfin, on sort de la grotte pour tomber sur des monstres bicéphales qui nous crachent dessus. Ce ne sont vraiment pas des manières, et cela m’ agacé au plus au point.
Et tout en haut, un démon lançant des boules de glace et de je ne sais quoi, qu’il a fallut renvoyer voir Lilith.
Victoire, il avait le dernier ingrédient ! Je ne suis pas fâché de rentrer à Astéria, mission accomplie.

Là, Léopoldina a été guérie et j’ai obtenue un parchemin magique ‘corps’, me boostant la dextérité. Cela valait la peine, finalement, ce parchemin, plus le pique-nique dans cette île !
Ce soir, repos avec les copains, avec spectacle dans l’arène de combat ! J'ai parié sur l'étripeuse noire!


Le lendemain, il nous bien fallut dire au revoir à tous ces gens si sympathiques, car le port d’Hudra nous attend.

Changement de décor, le temps se gâte, on dirait, il pleut. Changement de faune aussi, des tigres et des « lézards terribles ». Et puis, au fond d’un recoin, des araignées géantes. Une porte verrouillée, mais je connaissais la combinaison depuis un moment. Il parait qu’il y a une hydre fantastique derrière.
Et bien non, il y en a deux, et pas du tout commodes.
Alors, tactique habituelle, je les provoque, elles accourent pour me croquer, et je vais me réfugier dans le tunnel d’accès. Elles, pas futées pour 2 sous, patrouillent devant, sans se rendre compte que je peux les atteindre sans sortir. Et hop, l’une après l’autre. Les copains ont applaudi, pour une fois qu’ils ne se faisaient pas taper dessus….

Plus loin, quelques chiens démons. Et un campement de bestioles pas avenantes, se défendant fort bien. Après un nettoyage du pourtour, je m’y risque au sens propre provoquant une sortie en masse qui a imposé une petite retraite stratégique. Les copains ont bien aidé sur ce coup là, mais les centaures ont dû aller à l’infirmerie, cela faisait trop pour eux.
Il reste le camp principal. Je refais le tour pour m’apercevoir qu’il n’y a qu’une seule entrée, et qu’il est plein de chamans. Zut, pas seulement, il y a un boss qui gesticule dès qu’il me voit. Là, moi, quand un mec commence à gesticuler en me voyant, c’est signe qu’il en veut à ma vertu, et je fais demi- tour. Bien m’en a pris, une avalanche de neige à l’endroit où j’étais. Puisque c’est comme ça, on va jouer. Un pas, il arrive, 2 coups de bâtons, je recule, lui aussi. Mais les chamans le soignent, et cela peut durer longtemps comme ça.
Donc, cette fois-ci, élimination des chamans en priorité. Et cela finit par payer, il ne peut plus se faire soigner, et retourne à ses études.
Le reste des chamans n’a pas pu discuter très longtemps, et libération de la prisonnière.

Continuons notre périple : apparemment, les armées de Lilith sont sur le pied de guerre : des chiens démons, des squelettes, et des araignées en nombre.
Il y a une espèce de plateau là haut, j’y verrai sans doute mieux.
J’ai eu raison, la route fait le tour du plateau, et celui-ci dégagé, la position dominante permet des miracles.
Au bout du plateau, une grotte avec des yétis. Ce qu’ils font là, je n’en sais rien, parce qu’il y avait pas grand chose d’intéressant dedans.
Et pas loin, un cercle de Fulia, le dernier. Ah, le beau dragon, très très violent et difficile à toucher, un vrai plaisir. Heureusement, il y a un bosquet pas loin, et ses boules feu ne traversent pas le feuillage, contrairement à mes décharges électriques. Il faut juste se méfier de ses vagues déferlantes assommantes.
Et voilà, Fulia est contente.
Que dire de la suite de la vallée, si ce n’est qu’il y avait du monde, beaucoup de monde.
Et un passage secret donnant vers les caves de la citadelle, et une sortie dérobée aux alentours de Mistol.

Et je suis enfin arrivé au port. Pas de bateau. Et la forteresse envahie !
Il va encore falloir tout nettoyer.
En montant sur les remparts, tout de suite, on s’aperçoit que ce sont des troupes d’élites, des commandos de la mort, rapides et très forts. Il a fallu boire quelques potions, et avancer avec prudence.
Et une super araignée de combat pour garder la porte du schéol.
Celle-là, une fois sa mana épuisée, elle n’a pas été longue à se reposer.

Maintenant, il s’agit d’en finir avec Draken, le général en chef de cette armée qui me bloque ici.
En route pour son antre, le schéol.

Bilan de ces deux journées bien remplies : LVL 49, quelque potions, toujours 1 seul RIP.


Ma maman, Mystéric, m’a toujours dit, depuis que je suis toute petite, qu’il fallait autant faire que se peut, bien noter toutes les difficultés, trucs et astuces, rencontrés au cours d’une aventure. Heureusement, j’ai bénéficié de ses notes pour le Schéol qu’elle a parcouru maintes fois, sinon, je me serai perdue.

Le Schéol:

Quel endroit sinistre ! Que du rouge et du feu ! Ah, non, c’est vrai, il y a un peu de vert, du poison violent. Mais enfin, pas un endroit de vacances.

En arrivant, un héros en difficulté, encore un. Une fois secouru, il me raconte une histoire de famille avec un grand méchant infernal quelque part, une clé à trouver pour ouvrir un coffre contenant un miroir de l'âme permettant de le vaincre, bref, la routine.
En parcourant le Schéol occidental, un gros dragon, le cauchemar du schéol, et hop, une quête en plus ! Rien n'arrête Mostal !
Je nettoie le niveau, passage après quelques boss(es) au suivant, l'Oriental. Les pets sont peu résistants face aux attaques de poison des mères du vomi et consorts, des gerbes de feu des scarabées, et des chocs électriques des autres démons. Bref, je décide de continuer seule, ils fatiguent pour rien, et je me débrouille très bien toute seule.
Je parcours donc l’oriental, et arrivé au bout de celui-ci, retour Windows.
On repart, nettoyage de nouveau du Schéol oriental, prise de la fameuse clé en longeant bien le bord extérieur de la chambre de la mort (merci Alan pour l'astuce), un aller retour à l'asiatique pour activer la fontaine de celui-ci, et retour vers le démon blanc toujours en attente dans son coin. Non seulement il est somnambule, mais en plus, il a des troubles de la mémoire, il ne sait plus où il est. Serait-il un peu gâteux ? En tout cas, il est bien gentil.

A propos de la chambre de la mort, n’y allez jamais avec un pet. Ils font n’importe quoi, vont n’importe où, et appellent immanquablement la Mort. A moins que vous ne vouliez vous suicider….

Juste pas loin, un autre transporteur vers le schéol du nord. Là, nettoyage de la zone accessible, un troisième cauchemar en haut, un passage en trombe à travers la chambre de Sashimi à côté des portes du trésor (il doit être très myope), et hop, activation de la fontaine au fond, à côté du téléporteur vers le schéol occidental. LVL 50.
Retour sur nos pas, et passage au schéol asiatique.

Ce raccourci est bien pratique pour aller plus vite de l'oriental à l'asiatique en faisant d'une pierre 3 coups, le démon blanc, le cauchemar, et la fontaine (merci Maman).


Pour ceux qui connaissent mal Lilith, les fontaines du Schéol s'activent automatiquement la première fois que l'on passe à côté. Après, il faut insister pour qu'elles se réactivent. L'activation de cette fontaine (la dernière) au Schéol du nord permet, lorsqu'on est arrivé au passage du démon, de revenir au schéol occidental valider la quête de Sashimi, et, en relançant le jeu, se retrouver directement au passage sans refaire l'occidental et l'oriental. ;)

Nettoyage en profondeur jusqu'à la demeure du démon blanc, retour par le même chemin par le nord pour chercher le démon blanc et le ramener "at home" tranquillement Et une quête, une. Au passage, 2 cauchemars de plus au tableau de chasse, ce qui fait 5 sur 7.
Une fois le démon en sûreté, poursuite du nettoyage de la partie en bas, en hop encore un cauchemar. Plus qu'un.

Il ne reste plus que la partie supérieur de l'asiatique, après le pont bien gardé par un boss Peng géant. Il doit être en pleine digestion aujourd’hui, car il m’a ignoré superbement, vu que j’étais encore sur le pont.
Ensuite, par la droite, en descendant, puis remontant jusqu'au village où se trouve le coffre du miroir. Comme d’habitude, une orbe fermée par le gardien. Une fois ce village nettoyé et traversé, on tourne encore vers la droite, et hop, le dernier cauchemar. Miam, de l'XP à profusion, et des points d’attribut en pagaille.
Il ne reste plus qu'à nettoyer la petite zone encore inexplorée, et sauter au passage du démon pour activer la fontaine de celui-ci. Voilà, le plus gros est fait.

Un dernier (écueil) boss, Sashimi.

Là, tactique Ferro: en arrivant du schéol asiatique, allez vers la seconde entrée en bas à droite. Sashimi est assez proche, juste de l'autre côté. Faites UN pas à l'intérieur de la chambre (pas deux), déclenchement de l'attaque (fantôme) du monstre (car c'en est un vrai !), vite, demi-tour et aller vous coller le plus prêt possible du pilier de l'entrée, celui du haut. Laisser vos pets se débrouiller seuls, ils servent juste d’appât. Si vous réussissez votre manoeuvre, il vient là, collé contre la clôture en vous lançant un répertoire d'injures intraduisibles. Tout va bien, vous êtes hors de portée, mais pas lui, car il y a un trou dans la clôture.
Et là, c'est long, car il est d'une résistance hors du commun, mais il est perdu! Et SANS le miroir (qui d'ailleurs ne diminue en rien ses résistances, mais renforce considérablement les vôtres). Là encore, merci Maman, elle s'était retrouvée face à un Sashimi déchainé, et le miroir avait épuisé son pouvoir AVANT qu'elle n'ait pu terminer son combat. Donc, elle avait cherché et trouvé comment contourner le problème.

Voilà, voilà ! Reste à collecter les trésors (mais là encore, ‘fermés par le gardien’), à finir la dernière partie du Schéol du Nord, à revenir prendre le téléporteur du haut qui vous ramène à l’occidental, dire « c’est fait ! » à Lord Gudafray, et hop, on relance le jeu pour la suite directe au passage du démon. Propre et rapide.

LVL 51 à la fin de la période, avec tout plein de points à distribuer. Et toujours, grâce au carnet de Maman (je t’aime très fort, tu sais !), toujours un seul RIP.

(A force de la « cuisiner », elle a avoué avoir toujours eu du mal avec RUK elle aussi…)

Bon, comme vous êtes tous gentils avec moi, je vous ai fait un petit film pour bien vous montrer la technique Ferro pour Sashimi. Il est évident que cette astuce est réservée aux jeteurs de sorts et de projectiles divers, et qu’elle ne marche sans doute pas avec les CàC. Quoique, avec le trou dans la clôture, tout est possible.
Pour ne pas fausser le film, j’ai le même équipement, et les 11 points d’attributs non encore redistribués (j’ai oublié de les mettre depuis un moment ;) ). Donc, en dehors du niveau (51 au lieu de 50), le perso est strictement le même. Je suis reparti du passage du démon, refait une partie de l’asiatique, histoire d’ouvrir enfin les orbes verrouillés, et retour au schéol du Nord.
Là appel aux copains, vous verrez pourquoi. Et, « moteur !»

http://www.dedikam.com/telechargement.p ... 3b97d73c29

Time : 1 :16 :32, soit 40 heures et demi. (Cela commence à faire pas mal) à la fin du tournage, en repartant du passage du démon jusqu’au schéol du nord.

Il faut en finir. Je veux rentrer voir ma maman !
Non pas que j’ai peur de l’adversité, mais parce que je ne l’ai pas vue (ni papa non plus, mais il est tellement occupé avec son restaurant, ce qui est une autre histoire) depuis un bon moment. Elle doit tépigner de rage, telle que je la connais, à l’idée que sa fille casse du squelette, et pas elle. Mais bon, je ne pouvais pas quand même rester dans ses jupes (enfin, c’est pas trop son genre) jusqu’à la saint glin-glin.

Bon, en avant pour Draken.
Ah, oui, le passage du démon. Un chouette endroit pour faire monter facilement l’XP, avec toutes ces fontaines à monstres, et aussi pour ramasser du beau matériel en insistant un peu, surtout des arcs. Ce n’est pour moi, mais une amie.

Alors, comme dans les carnets de Maman, d’abord à droite, là où on a la meilleure vue. Il arrive bien un moment où on ne voit plus le sol avec tous ces ossements, ce qui est toujours très satisfaisant pour le moral. Il faut quand même faire attention aux archers, ils font très mal, même s’ils tombent en un coup.
Bon, je nettoie méthodiquement les 4 branches l’une après l’autre.
D’après Maman, le levier de la branche du haut à gauche ne déclenche rien. Et un de fait.
Puis les trois autres, avec à chaque fois un beau boss qui attend au milieu. Avec les copains venus juste pour eux, pas de problème.

Ah, enfin, l’antre de Draken.
Maman a marqué de ne pas activer la fontaine de cet endroit, pour pouvoir revenir facilement dans le passage du démon. Moi, j’écoute, c’est mon premier passage ici, pas de nouveautés.
Bon, 3 branches dans ce trident, Draken le Maléfique au milieu.
Je commence par la gauche, en rasant bien les bords du centre. Un peu d’opposition mais rien de sérieux. Destruction de l’orbe. En revenant, 5 boss minotaures, qui attaquent par paires. Avec de l’antidémon partout, cela va tout seul.
La branche du milieu :
Là, au retour, des dragons. Je n’aime pas ces sales bêtes, parce que quand elles se dressent sur leurs pattes en agitant les ailes, elles sont intouchables. Mais l’une après l’autre, les trois abandonnent. J’ai bien fait attention à ne pas reproduire une erreur de Maman, attaquer bille en tête, pour se retrouver avec les 3 à la fois sur le dos. Elle a encore une cicatrice dans le dos de cette « aventure ».
La branche de droite :
Même topo. En revenant, des telkines. Alors là, facile.

Bon Draken : toujours de bonne humeur à ce que je vois, et que je te crache du rouge, du vert, du blanc, que je te jette des morceaux de plafond sur le tête, bref, un vrai festival rock.
Comme je n’étais pas d’humeur non plus, avec l’anneau impie de vitalité de Maman (ne lui dite pas que je l’ai emprunté, elle va m’arracher les yeux…, je ne vois pourquoi d’ailleurs, je lui ai laissé son impie de feu… pour l’instant), je lui ai vidé sa mana en 4 coups de cuillère à pot, et là, il était tout bête, gesticulant tout seul dans le vide (pas rapide le gus) et hop, retour chez Lilith.

Je vais rentrer chez moi, là là lère, on va se faire une méga fiesta avec les copains, et je suis sûr que papa va nous prêter sa grande salle….

Fin du normal :
LVL 52 tout juste (Draken), I RIP, time:1 :17 :22, 21305 monstres tués.

PS : Il parait que dès que Draken est parti, un nouveau grand général a pris sa place, à Chamoos.
Il va falloir y aller après la fête.

On a bien mangé, bien bu (même que je crois que j’ai été un peu pompette, enfin, comme une queue de pelle, heureusement Maman n’en a rien su, sinon, je vous dis pas l’engu§ù#&e : « non mais à ton âge…, fille indigne, si tu comptes aller au boulot dans cet état…. ».
J’ai mis, enfin, on me l’a raconté, 2 jours à récupérer.

Maintenant que ça va, (je suis un peu barbouillée encore, il y a la bisque de karkinos qui passe mal), allons à Chamoos.
Les copains ont absolument voulu m’accompagner, de peur de… je ne vois pourquoi, je suis une grande fille quand même, et je peux m’occuper de ces bestioles toute seule, quand même.
Ben, à la vérité, ils ont sont doute eu raison. Des moustiques géants, des tempêtes foudroyantes, et tout ça virvoltant dans tous les sens, je n’arrivais pas à les centrer, je tirais dans le vide, les murs, n’importe où, mais pas dans ces bestioles.
Les copains m’ont entrainé, un peu de force je dois dire, dans un coin à l’abri, pour me faire ingurgiter une mixture de je ne sais quoi, il parait que je ne tenais pas bien sur mes jambes. Moi, je suis sûr que c’est la bisque, eux ils me disent que c’est la décoction d’herbes fermentées avec les champignons, bref, c’est vrai que cela n’allait pas bien, je voyais des champignons géants de toutes les couleurs partout. Les copains m’ont dit qu’eux aussi, mais que c’était normal ici à Chamoos.

Ah, la mixture commence à faire effet, je me sens mieux.
Bon, on y retourne. Il y a toujours autant de trucs qui volent partout, mais j’ai remis l’anneau impie de Maman. Et deux par deux maximum, ça le fait.
Une fois débarrassée de ces « volants », les centaures sont rentrés à la maison. Ils avaient des trucs à faire, genre entretenir leur matériel, graisser leur armure, bref, des trucs de centaures.

Alors, j’ai continué avec mon petit brin et la nymphe, et l’impie, plus mon bâton du traître, et il n’y en a pas un qui a résisté.
J’ai même tenu tête à 3 Djinns fantômes à la fois. Bon, je ne les avais pas vu venir, les yeux pas en face des trous peut être, mais j’ai tenu bon.
Quand aux géants bleus, pas doux du tout, eux non plus, à deux, je m’en suis sortie.

A la fin, on arrive à une place ronde. Comme d’habitude, c’est toujours au milieu que cela se passe. Donc, j’ai commencé par en faire le tour, histoire de bien cerner le problème.
Et finalement, le grand boss, le Maître de Chamoos n° 666, comme il dit.
A pas fait un pli. Plus de mana, dodo.

Ouais, je suis la 667° maîtresse de Chamoos, comme Maman! Je pense qu’elle sera contente, même si elle ne me le dira jamais.

Fin de Chamoos en Normal : LVL 54 ¾, 21431 monstres tués (soit 126 pour Chamoos), time : 1 :18 :7, soit 45 minutes pour Chamoos qui se mérite. Toujours un seul RIP.

En route pour l'épique, avec un changement de matériel à la clé.
Les jeunes disent que les vieux sont fous, les vieux savent que les jeunes le sont.

LILITHPEDIA at :
http://ferrovipathe.free.fr
Avatar de l’utilisateur
ferrovipathe
Annihilateur de Rats
 
Messages: 586
Inscription: Jeu Fév 14, 2008 10:12 am
Localisation: Fresnes (94)

Messagepar ferrovipathe » Ven Nov 19, 2010 10:37 pm

Journal intime de Clématix

Epique:


Début de l’épique.

J’ai « emprunté » une vieille parure de Maman : une couronne cérémoniale de Divination (258), des liens de Socrate du griffon (300), et ses vieilles chausses de Pégase de Socrate (252) toutes délavées. Donc, un gros gain d’armure.
Et j’ai puisé dans l’armurerie trois Bâtons du Styx effrayant du traître, un de feu, un de froid et un d’électricité. Comme ça, je suis parée.

Donc, on recommence l’aventure.

Le village et la forêt
Que vous dire de nouveau ? Pas grand-chose. Je suis tombé sur la tortue de Zara au même endroit, et hop, une nouvelle robe toute neuve.
Le reste, la routine.
Les centaures ont commencé à être utiles dès la sortie de la forêt, car les loups y sont féroces.
Idem pour les Licans avant le souterrain, ils les ont bien bloqués.
Une chose remarquable, si les mobs blancs s’expédient en 1 coup, les jaunes demandent 3 à 4 coups, et les boss beaucoup plus. On sent la montée en puissance du jeu.

Alors, le souterrain : RAS.

Les higlands, presque sans histoire. Oh, parfois les centaures ont dû rentrer se soigner, ou appeler une relève, mais ils ont fait un boulot remarquable.
Le debuf (sic Alan, un maître d’armes du continent) fonctionne remarquablement bien, maintenant qu’il y a un peu plus de points dedans. Et les boss n’ont presque pas fait OUF !
Les jumeaux ont été beaucoup trop lents pour m’inquiéter, Brain pareil. Il n’a même pas été capable de me poursuivre jusqu’au restpoint, où mon traquenard habituel l’attendait. Quand à Thurum, le dernier à venir, ce qui est rare, avec l’anneau impie, il a été incapable de faire quoique que soit. Bref, bien moins difficile que les loups de la forêt (j’étais encore partie bille en tête enivrée par la facilité des sangliers). LVL 55 juste avant les boss.

Le passage sombre :
Un endroit que je n’aime pas. Mais, pour une fois, avec de l’antidémon partout (du normal), et le blocage par les centaures, un petit coup de débuf, et hop, retour à Lilith de Welamas.
Kumfales a été traitée de la même façon, avec le même résultat.
Finalement, les plus difficiles ont été, comme toujours, les chauves-souris colorées, qui virvoltent partout, voire font des vols planés en rond autour de nos têtes, histoire de nous perturber.

Le chemin des morts : Pas vu un seul vautour violet. Ce sont les plus dangereux pour un mago, parce que les morts-vivants sont beaucoup trop lents. Combien de fois ai-je dû dire aux centaures de les laisser tranquilles, que je les avais à ma main, rien à faire, ils fonçaient dans le tas, et j’ai passé plus de temps à les secourir que l’inverse ;).
Les seuls boss un peu hardus ont été les Crochar, parce que Vax, pas au niveau, le pauvre.

Le cimetière : Une partie de plaisir, avec de l’anti-mort-vivant comme parfum. Même le squelette oublié n’a pas fait un pli.

Le tombeau :
J’ai préféré en faire la plus grande partie sans les centaures. Ils sont capables de mettre une pagaille monstre ( :) ), et de déclencher des assauts en masse quand il ne le faut pas.

Je les ai juste appelés pour les boss, Kozual et son jumeau pour les bloquer, et Tenar au cas où. Mais avec l’impie, leur mana disparaît comme par enchantement, et ils sont alors tout gentils, même si Tenar avait triché en brandissant « Silence ».

Donc voilà, j’ai les deux morceaux de tablette, LVL 55, 23585 monstres au compteur, time :1 :21 :41. Et toujours un seul RIP (je m’en veux, mais je m’en veux !).

Maintenant que j’ai les deux fagments, il paraît qu’il faut que j’invoque un passeur au milieu d’un trou du néant ( !) au fond des marécages. Comme si un trou de rien pouvait exister.

Donc, on repasse la forêt, les sangliers, les araignées, les loups, enfin, ceux qu’on a vu.

Les marécages :

C’est un endroit pour les centaures. Ils peuvent s’en donner à cœur joie, car vu le nombre de bestioles de toutes écailles qui nous tombent dessus, il vaut mieux faire attention, surtout que le poison, c’est pas mon truc du tout, il faudra que je trouve quelque chose pour améliorer cela.

Alors, je laisse les centaures en faire à leur tête. Dès que quelque chose bouge, ou les attaque, ils foncent dessus, déclenchant des myriades d’attaquants.
Moi, je reste un poil en retrait, canardant tout ce qui passe à portée, mais de loin, parce que cela tape vraiment fort. Une chose qu’ils n’aiment pas du tout, ce sont les fleurs. Des êtres si gentils, ne pas aimer les fleurs. Remarquez, je les comprend, celles-là les canardent méchamment.
Bon, le début ne se passe pas trop mal. Les centaures souffrent comme des damnés, je suis assez souvent obligé d’appeler des remplaçants (avec une seconde broche (merci, Maman), ce qui permet de ne pas trop attendre entre chaque appel.
C’est vraiment un sale coin. A un moment, il y a un étroit chemin montant vers l’endroit où se trouve la statue du pécheur, et paf, deux jets de poison en même temps dans la tronche. Je ne les avais pas vu venir, et j’ai dû picoler un bon coup, car j’ai vu ma vie descendre à une vitesse, mais une vitesse, bien cru que ça y était. Heureusement, avec 3258 de vie, et plus de 82 de régénération (je venais de sertir la robe de Zara avec une pousse de vigne épique), c’est passé à un poil de fourmi, et encore, une normale. Il va falloir faire très attention à ça !
On avance avec prudence, enfin moi, parce que les centaures sont déchainés (au sens propre), je ne les tiens plus. Ils font l’aggro d’une manière remarquable en toute circonstance.

Enfin, on arrive au restpoint. Je nettoie un peu vers la droite, il y a toujours quelques bestioles tapies dans le coin.

(Maman l’avait bien noté en ROUGE dans son carnet, ne JAMAIS revenir par ce restpoint sans avoir dégagé le coin à l’avance, sinon, TOUT ce qui traîne autour vous tombe dessus, et il y a beaucoup de monde, dont pas mal de jaunes. Le RIP est à particulièrement redouter. C’est un piège involontaire ( ?), mais un des deux pièges mortels du jeu, avec le restpoint du monastère du sang dans le Kizur.)

Bon, Maître Lysoda est là, en route pour trouver sa fameuse huile à écailles.
Donc, retour au Cimetière. Tant qu'à faire, faisons toute la route jusqu’à Elendar, histoire d’activer les restpoints, et de collecter quelques plumages infectés.

Retour au cimetière.

Tiens un bonhomme devant un mausolée . Le pauvre, sans nouvelles de son fils perdu dedans. Ben, allons le chercher !
Ah c’était un piège ! La tactique est simple : allez dire bonjour à Ciladon, vite reculer dans le couloir, derrière les centaures. L’autre se fait immanquablement cueillir par ces derniers, et hop, exeat. Glelis était venu aux nouvelles, même médicament.
Les autres étaient restés dans leur coin. Donc, pas trop difficile, ces idiots attaquent les centaures à vue. Le seul que j’ai fait seule, comme une grande (il n’y a aucune raison que seuls les centaures s’amusent, hein !), c’est Adik.
Voilà, c’est fait. L’autre dehors, il a attaqué comme s’il avait une chance ! Le pauvre.

Alors, allons maintenant chercher cette huile. Le carnet de Maman contient plein de renseignements utiles pour ce coin .

Le tombeau de Mnetop
Première salle, vide, OK.
Une porte, une salle vide avec des trésors. Attention, piège.
En effet, plein de gardiens apparaissent, et nous sautent dessus. Retraite vers la porte, ils ne suivent pas au-delà. Puis, un à un, les CaC d’abord, les plus dangereux, puis les lanceurs de sorts.
Une porte sur la droite dans la première salle. Là, faire gaffe très fort, il y a plein de méchants.
En effet, les CaC pullulent et attaquent en nombre. Comme d’habitude, les provoquer à minima, et laisser les centaures d’interposer. Ils en prennent plein les mirettes, mais cela passe.
Second temps, les jeteurs de sorts. Facile.
Donc, une seule porte ouvrable : Là encore, des CàC en première ligne. Une fois celle-ci dégagée, Sycomore arrive, pas content du tout. Avec l’impie de feu (tiens, c’est vrai, je l’avais aussi « emprunté », elle va me tuer….), il a pas fait ouf plus de 3 secondes.
La salle dégagée, en route pour la dernière.
Même topo, c’est un peu lassant, mais sans les centaures, plus que dur pour un mago.
Atoum était au fond de la classe, près du radiateur… Non, c’est une autre histoire.
Là encore, l’impie a fait des merveilles. Ces gros boss n'ont pas le temps de jeter leur sort plus d'une fois, sauf Atoum qui triche: dès qu'on ne le titille pas avec l'impie, il récupère TOUTE sa mana d'un coup. Quel mauvais joueur ! :hin:

Et hop, un flacon d’huile, et une belle pierre bleue en échange.

Retour aux marécages
Bon, l’autre partie pas facile avec le sentier étroit du haut : une grande mare centrale où cela vient de partout, avec les deux Mush au centre. Il faut commencer par vider un peu les alentours, en avançant, provoquant, puis reculant avec les mobs aux trousses. Une fois le terrain un peu plus clean, ce qui peut prendre du temps, car il y a foule, et encore foule, on attaque les Mush. Avec l’impie, une fois leur mana à Zéro, et bloquées par les centaures, c’est presque tranquille. Sinon, cela peut être l’enfer.

Une fois cela terminé, la dernière partie difficile, la descente où on ne voit rien. La moins mauvaise façon de faire est de descendre par la gauche, là où il y a des fleurs. Les centaures attaquent, et tout ce qui traine à portée arrive, et là encore, il y a un trop plein à vider.
Quand l’hémorragie de monstres se tarie, on finit le nettoyage en remontant.

En finissant la descente, d’un seul coup on est entouré de mobs. Donc, retour en arrière, les centaures font l’aggro, et hop, l’horizon se dégage.

Reste le virage, où il y en tout pleins de planqués. Donc, avec prudence, les centaures, et des allers-retours. Une fois le virage franchi, c’est plus facile. On a une belle vue vers la droite, les mobs arrivent à la queue leu leu, et les centaures font leur boulot.

Et le plat de résistance se présente, Sahia. Même topo que d’habitude, les centaures, tout à distance, et hop le grand vide (tiens un petit bout de film au passage, si j’ai le temps).
J’ai quand même consommé (si on peut dire) un grand nombre de centaures dans l’affaire, mais c’est fait. Le passeur est appelé, la route est ouverte. On verra demain, les centaures vont se refaire une santé pendant que j’irai dans doute sans eux, ils ne sont pas taillés pour cela.

Fin LVL 55,87, 24430 monstres, time :1 :23 :33. Toujours un seul Rip, mais cela a bien failli.
Le mod monte en puissance, mais le druide est vraiment un perso attachant !

Si cela se présente bien, je pense que je tournerai TOUS les boss du Légendaire avec ce perso, maintenant que j'ai en plus des conseils avisés de tueurs nés :yeah: :hin:


Le plan des Morts
Allons donc délivrer Mordak, maintenant que le passeur a été appelé.
Les Centaures sont restés à la maison, les squelettes ne les intéressent pas autant que moi. C’est un peu de famille, je me rappelle jouant avec des petits os que me ramenait Maman de ses expéditions. Papa trouvait ça idiot, pas de moelle, pas de viande, rien à cuisiner, juste bon pour les dents des chiens.. Moi, cela m’amusait, des osselets pour faire des tas de choses, des petites poupées, des maisons pour elles, etc. Puis, en grandissant, ils ont finis par devenir des cibles d’entraînement, et le doux bruit sec des os tombants sur le sol a fini par devenir une espèce de calmant, un bruit synonyme de réussite dans mes tirs. Et cela me contente toujours.

Bon, c’est vrai, il n’y a pas que des squelettes dans cet endroit, il y a aussi des esprits frappeurs, mais rien de méchant. C’est en plus un excellent endroit pour faire son marché, avec tout plein d’objets verts.

Le Bois maudit

Le gros morceau du jour. Nous avons révisé nos armures, surtout moi.
J’ai un certain déficit en protection d’estoc, et il faut absolument corriger cela. C’est un endroit qui tape fort, même très fort, et il est illusoire d’y aller sans une bonne protection d’estoc, même si les copains m’affirment qu’ils me protègeront coûte que coûte, puisque c’est moi qui fait le plus de dégâts, mais suis le plus fragile.
C’est bien beau, tout ça, mais quand même, je préfère me protéger.
Coup de chance, j’avais trouvé des Oudjats d’Horus et des ruses du Roi singe dans le plan des morts.
Alors, des rois singes sur les bijoux, un Oudjat sur les armures, et hop, la protection contre l’estoc monte à 70%. J’espère que cela suffira, je ne veux pas recommencer l’exploit des la dernière fois.

Vite fait : le cimetière, route d’Elendar 2, le cimetière, route d’Elendar 1, et le Bois maudit.

Comme toujours, début facile.
Coup de chance, un seul Ruk arrive, bien accompagné il est vrai. Retraite stratégique, interception des centaures, élimination de la piétaille, et débuf sur Ruk plus assaut avec l’impie de feu.
Son mana à zéro, bien bloqué, il n’a rien pu faire.
Je soigne les centaures, et on repart. Second Ruk, même tactique, même résultat, le moral remonte au zénith.
Les choses commencent à devenir sérieuses. Ils attaquent en nombre si on n’y prend pas garde, en particulier dans les endroits presque clos, véritables pièges de Mostal, le grand Maître trappeur de joueurs.

La stratégie que je vous recommande est simple. Un pas en avant, et on attend. On attend le temps qu’il faut, mais il faut vraiment attendre, parce qu’ils viennent parfois de loin, mais ils viennent toujours. Si vous avancez trop vite, ils peuvent vous tomber dessus à plus de dix, ce qui n’est pas raisonnable avec tous les jaunes et violets qui traînent.

Bon, on arrive au second point dur : Stoner, qui patrouille peu après le portail (soin des centaures si besoin).
Ah, les brutes, ils ne sont pas à l’endroit habituel, mais plus loin, et arrivent à deux, et avec une véritable escorte de tueurs.
Une seul manière de faire : ces boss sont assez casaniers, alors, on recule avec la soldatesque aux fesses pour diviser le groupe, puis on s’en occupe.
Ceci fait, les 2 Stoners sont restés au même endroit, soudés, coude à coude, et foncent dans les centaures à vue. Pas le choix, débuf tant qu’on peut, et mitraillage à volonté. Un vrai feu d’artifice, surtout qu’eux aussi récupèrent la mana à vitesse grand V. Les centaures souffrent, « jusqu’à la mort ! » lancent t-ils et l’un tient parole, mais un Stoner est tombé. Le second centaure se bat comme un fauve, continue de bloquer le jumeau, qui finit enfin par lâcher prise.
C’est bien, les gars, on va appeler la relève.

On approche des arènes finales. A chaque fois, bien faire la tactique de Maman, s’arrêter au dernier squelette d’animal sur le sol, et attendre. Ils arrivent les uns derrière les autres, quand on croit qu’il n’y en a plus, cela continue. Deux pas en avant, et revague d’assaut. Et ainsi de suite…Le passeur enfin.
On arrive aux Luxus. Même tactique, laisser venir à soi la piétaille. Ce qui est rigolo, c’est les deux Luxus qui contemplent le spectacle sans réagir. Bon, plus grand monde ne se présente, il est temps d’en finir. Je lâche les fauves, et l’un après l’autre renvoie les luxus voir Lilith.

N.B.: Il faut noter que si on arrive directement du portail SANS avoir combattu les Ruks, ceux-ci se font un plaisir de secourir les Luxus. Donc, pas d’initiatives intempestives, car 2 luxus et 2 Ruks en même temps, cela peut faire très mal.


Dernier passeur : je n’ai pas eu le cœur pur. Cela se voit d’emblée sur la carte. Reste donc une dernière arène à nettoyer, puis à foncer aux falaises.
Une bonne chose de faite, ce n’est pas un endroit pour les magos.

Les falaises

C’est une très grande carte, et le portail est fort loin si on veut tout nettoyer en chemin.

Je commence toujours par longer la falaise à ma droite, pour circonscrire le sinistre, heu, les monstres. Quelques Scorpions géants résistants au froid pondant des oeufs, d’autres résistant au feu, le bâton électrique est parfait. Le truc est de laisser le moins de temps possible aux scorpions géants pour pondre, sinon on a en plus des jaunes résistants au feu qui font mal.
Lorsque la falaise remonte, on est tout à côté du portail. Celui-ci activé, retour en arrière, et nettoyage de la zone non découverte.
Une fois cela fini, on longe cette fois la falaise qui donne vers Astéria jusqu’à une nouvelle falaise qui redescend. On a alors dépassé le vieux bastion.
On revient sur nos pas pour finir la zone, en dégageant le côté nord, puis est de celui-ci.
Quand tout est clair, on peut faire d’emblée le vieux bastion si on veut. Personnellement, je préfère resuivre la falaise du bas pour tout dégager, et arriver au Restpoint de Kolopos. C’est le domaine des scorpus frappeurs en plus des scorpions, les jaunes de tout ce beau monde étant les seuls dangereux en groupe. Je finis alors le nettoyage en revenant au vieux bastion : les portails sont activés, c’est plus simple pour la suite qui est de bon niveau.

Le vieux Bastion
Il n’y a que des morts vivants, qui certes tapent fort, mais résistent très mal à l’anti squelette.
Donc, par la gauche, pour des questions de vision, salles après salles, jusqu’à la salle du bas où se trouve Galloway et la clé. Celui-ci est très rapide, mais ne dépasse jamais le niveau du lampadaire central. Il suffit de nettoyer la partie droite, puis, s’approcher du lampadaire proche de l’entrée. Le boss arrive, technique harcèlement jusqu’à la victoire.
On remonte par l’autre côté et on va aux catacombes.

J’ai pris l’habitude d’aller directement à Gos, par la gauche donc. Il y a un peu d’opposition, il faut faire attention aux retombées neigeuses, mais rien de compliqué.
Gos : Tout au bâton en prenant surtout le soin de ne jamais le viser (son nom apparaît), mais de tirer derrière lui, avec votre outil le moins puissant, car il renvoie les dégâts (potions). Lorsque vous le tenez, videz sa mana. Il renvoie toujours les dégâts, il est toujours difficile à toucher, mais plus de pets, ce qui est déjà un petit bonheur. Les copains se font souvent massacrer pour rien en attaquant Gos, alors ne les réinvoquez pas avant la victoire finale, qui peut être longue. (désolé pour les fanas de vitesse ;) ) L'usage d'un parchemin serait sans doute fatal. Seule une crosse d'Osiris permettrait d'activer un peu les choses. Mais du moment qu'on y arrive...
J'ai abandonné l'idée d'explorer la partie droite des catacombes, il y a très peu de choses à ramasser la plupart du temps, et la clé se trouve ailleurs plus facilement.

Kolopos
Un autre beau morceau.
L’antre est rempli de bestioles de toutes les couleurs. Heureusement, seuls les petits passent les escaliers, les gros restant dans les salles. A un moment, entre les petits, les gros, les œufs éclos, et les corps, le sol n'était plus visible.
La salle de Kolopos : Comme d’habitude, avancer avec prudence. Les jumeaux n’attaquent pas à 2, mais il y a plein de scorpus, et il faut essayer de libérer le terrain.
Kolopos frappe très fort. J’ai remis mes bijoux anti estoc, parce que je connais le bestiau, plus la destinée de Marduk. Il n’empêche qu’il est quand même très violent, et qu’une petite pause de temps à autre dans l’escalier est la bienvenue. Marduk s’est déclenché (à la suite d’une attaque violente de poison, où j’ai un gros défect) avec le premier. Cela fait 2 fois que le poison a failli me tuer, décidement, je suis nulle !
Une fois sa mana à zéro, il devient plus approchable. Mais Marduk diminue les DPS (vitesse) de manière très importante, et il m’a consommé une paire de centaures avant de nous laisser tranquilles.
Le second a été une vraie teigne. Attaque de poison, comme l’autre, fuite dans l’escalier où il m’a poursuivi. Heureusement, les centaures tout neufs ont fait l’agro, ce qui fait que j’ai pu le canarder par derrière, et finalement m’en débarrasser dans l'escalier, où il était un peu coincé. Quelle peste, ce boss, toujours empoisonnant au possible.
Le RIP a été évité grâce à Marduk, mais ce fut très très juste. Sans lui, c’était foutu.
Je sens que je vais mettre l’armure de Maman si cela continue…

Retour dans les falaises
Tobachal
! J’espère qu’ils voudront bien venir un par un, en plus ils sont résistants à l’électricité, cela promet.
Ca y est, ils arrivent, et ensembles. C'est pas mon jour, ici.
Bâton de froid :bof. Pas très probant. Finalement, avec l’électricité, cela marche pas si mal que ça, ce qui est paradoxal. Zut, congelée ! Mais quelles saletés ! Et en plus, ils m’ont ripés les deux centaures ! Et ils me coursent à fond de train. Cela va mal, on dirait, et cela va mal finir, je le sent gros comme une maison, et plus de centaures sous la main pour l'instant. C'est le moment Benny Hill. Heureusement que je cours plus vite qu'eux, sinon...

Heu, vous ne le direz pas à Maman, mais j’ai presque triché : il y a pas loin de là, juste à côté de l'entrée de Kolopos, une plateforme avec un sentier secret permettant d’y monter. Très pratique, une fois en haut, un Tobachal en moins sans effort. L’autre s’en repart, dommage.
Je rappelle les centaures et on y retourne.
Le second a été un peu moins difficile. Les centaures ont été gelés dès qu’ils l’ont vu, mais comme ils se sont dégelés dès qu’il était à côté, il ne s’est pas occupé de moi, ce qui a été bien pratique.

La fin des falaises a été du même tabac : ardue. Cette seconde partie, après Kolopos, est un cran au dessus du début de la carte, et j’avoue avoir souffert.

Le gouffre
Comme d’habitude, les boss restent dans leur salle, ce qui fait que cela prend 5 minutes en tout. Cet endroit est devenu un stand de tir à la cible.

La plage d’Astéria
Je fais simple et utile: j’active le restpoint, et la quête, et je fonce à Astéria.
Petit tour de la ville, activation de toutes les quêtes, et retour sur la plage au restpoint.
Là encore, les centaures commencent à montrer leurs limites. J’ai dû en changer une fois au cours de cette quête.

Chokan En triple exemplaire, deux au premier camp, un au camp principal. J'ai beau le savoir, cela fait toujours quelque chose de voir jaillir un exocet en plein milieu du groupe, avec météores et tout et tout. Surtout quand le tir est doublé dans la seconde, ce qui fait beaucoup pour le moral. Une petite retraite prudente, mais rapide, a été indispensable. La surprise passée, l'avantage a changé de camp, et l'obstacle avalé.

En dehors des CàC contre lesquels pour le moment les bâtons du traître permettent de tenir tête, il suffit bien souvent de rester sous les arbres pour échapper aux météorites de feu des archers et des boss.

Nettoyage terminé, plus facile que la dernière partie des falaises, Kolopos inclus, où cela a été quand même très chaud.

Donc, fin de la journée à Astéria pour un repos bien mérité, LVL 56 ¾, 26142 mobs, time 2 :3 :38. Toujours un seul Rip de justesse.

J’en ai un peu assez de me faire avoir par le poison. Cela fait 2 fois que j’ai frisé le RIP à un cheveu d’ange, et cela ne peut plus durer. Comme maintenant les monstres me sortent des items légendaires, moi aussi.
Pour l’instant, les bottes de Maman en peau de démon vont suffire, je pense, je vais perdre en vitesse, mais gagner en poison et estoc sans recourir à des bijoux particuliers, ce qui va permettre de reprendre les anti-démons et squelettes habituels.
Rien qu’avec ces bottines, je suis maintenant à 80% feu, froid, électricité, 56% poison, 53% estoc, 0 dans le reste sauf énergie 64%, avec une armure de 791.
Cela va me changer d’avant où j’étais, inconsciente du danger, à -14% de poison. Il y a des jours comme cela où on déraille complètement, ce n’était pas raisonnable !

Maintenant, la bataille d’Astéria : des squelettes, des démons, de beaux boss bien solides,

Je reprend ma tactique favorite pour le cas où, elle a déjà sauvée la vie de Maman : le tour des soldats par le bas, puis le côté gauche jusqu’au Restpoint. Là, que des squelettes blancs, une petite mise en bouche.
Une fois que c’est dégagé sur un écran en avant, on est à coté d’un grand palmier incliné sur le bord de la plage. Donc, demi tour pour aller chercher les soldats qui viennent se poster à côté du palmier, et n’en bougent plus. Si Trigath est un peu trop entreprenant, il suffit de le ramener là pour avoir un peu d’aide. C’est d’ailleurs sa limite d’attaque, il va exceptionnellement plus loin.

Les centaures décidément ne sont pas à la fête, il y a trop de lanceurs de sorts ou de flèches pour qu’ils se tiennent tranquilles, et ils vont rapidement aller se reposer.
C’est pas grave, avec tout ce qu’il y a à ramasser, l’avance est assez lente, et surtout prudente.
Il ne faut rien laisser derrière soi, sinon, en cas de repli, il peut y avoir une mauvaise surprise.
Et puis, on est quand même à l’épique, et je ne veux pas de Rip imbécile ;).

Heureusement, les dragonniers sont en blanc. Dans TQIT, ils sont colorés et redoutables pour un mago. Ici, non, seuls les minotaures jaunes demandent attention.
Sorc’ui, le premier boss arrive. Et le brin le stoppe ! Le petit brin l’a stoppé, l’autre est sidéré sur place ! Vite, au dodo ! Il n’a l’air de rien, ce petit brin, mais il fait du bon travail, surtout comme cela, contre un boss.
Le second n’était pas loin derrière, et me balance des météores. Trop lent, on les entend arriver, et hop, esquivés. Après, sorcier contre sorcier, pas une seule chance.
Tiens, je me suis aperçu que je n’ai pas remis l’impie de feu. Je vais corriger cela, sans mana, ils sont plus « malléables ».
Et puis, rezut, j’avais laissé Harmonie (pour les pets). Mais quelle cruche je fais ! Je comprends que cela n’avançait pas ! Reprenons les choses sérieuses, le bon lien de Socrate du Griffon, et tout s’éclaire.
Ah, la différence est plus que sensible. Je me disais aussi, « réveille-toi, ma belle, tu n’avances pas ! »
Bon, ça y est, je suis réveillée et cela va chauffer !
Premier bateau. Comme d’hab., une vague d’assaillants. Je ne m’arrête pas pour ramasser, car j’aperçois Trigath, qui m’a vu aussi.
Donc retour en arrière, rappel des centaures, zut, il a failli me toucher avec ses grandes mains baladeuses. « Tu sais que tu n’est pas du tout mon type ! », je lui lance. Cela ne lui a pas plus du tout, mais pas du tout. Il appelle du renfort, ses serviteurs serviles, et j’en profite pour reculer un peu, histoire de m’éloigner des ses grandes mains (brrr, il est vraiment répugnant, rien qu’à le contempler, j’ai des frissons partout), et je me met en action. Les centaures essaient de la bloquer, mais bernique, c’est moi qu’il veut et personne d’autre. Un véritable enragé. Mais il commence à faire moins le malin, maintenant qu’il n’a plus de mana. Et comme les pets lui expliquent le sens profond de la vie, et que cela l’énerve au plus haut point, il leur entame la conversation. Naturellement, ces histoires d’hommes (heu, pardon la nymphe !), cela ne m’intéresse pas, toujours des plaisanteries un peu grasses, plus que vaguement misogynes, cela me passe largement au dessus de la coucourge. Mais cet indécent impudique lance une réfection à mon sujet particulièrement outrancière, vous savez, du genre, « ta Maman, je la ….. ». Là, il m’a mis en colère, parce qu‘en plus, d’après Maman, elle lui avait botté le train en beauté plusieurs fois, et non l’inverse. Donc, j’ai corrigé l’impertinent, et renvoyé vers Lilith les fesses en sang. Non mais je vous jure, après avoir enquiquiné la mère, il voulait la fille ! Je pense qu’on va bien en rire toutes les deux à la maison, quand je pourrai enfin y rentrer.
Allez, c’est pas tout ça, finissons en, j’ai autre chose à faire que de border ces bestioles.
Et puis, désolé, les soldats, vous vous êtes déplacé pour rien. Enfin, une victoire sans bobos, c’est quand même une victoire, non ?
Ah, les sales bêtes. Ca y est encore, les centaures se sont lancés dans la bagarre sans qu’on leur demande quoi que soit. C’est une manie. Et maintenant, ils m’appellent à l’aide, naturellement. Mais il n’y a qu’eux pour faire des imbécillités pareilles, j’ai beau leur expliquer, rien à faire, ils foncent sur tout ce qui bouge.
Finalement, cela a drôlement accéléré le mouvement. TOUT ce qui traînait dans le coin a rappliqué, et je n’ai plus eu qu’à faire le grand ménage.
Et j’ai trouvé l’ordre de mission de l’amiral, avec encore des trucs à aller chercher. Et puis retourner sur les falaises pour l’instant, bernique. J’ai un mauvais souvenir.

Bilan (il va encore en avoir un pas content ;) ) : 26537 mobs, soit 395 pour le débarquement, time : 2 :4 :18, soit 40 minutes ramassage inclus, et il y a matière.

Retour à Astéria, j’obtiens la gemme d’âme, plus une joute dans l’arène. On verra plus tard, j’ai les statues à ramener à l’autre ricaneur des Higlands. Est-ce que vous rendez compte ? Il doit être un peu beaucoup sénile, l’ermite, à ne plus savoir où il avait perdu ses statues.

Donc, petit tour chez le bonhomme, qui me renvoie vers le chemin des morts et le cimetière. C’est vrai que c’est un peu sur le chemin du manoir, mais quand même.

Le chemin des morts
Je veux juste déposer la poudre au pied de l’arbre, mais ils ne sont pas d’accord. Il a fallut forcer, naturellement.
Allez, direct au cimetière, puis en arrière vers la grotte du trèfle.
Ah, mais cette grotte est complètement envahie par de gros vers. Et il y en a, des troupeaux.
Et les gardiens ne sont pas contents du tout que leur décime leur cheptel.
Heureusement, j’avais quelques parchemins du vampirisme en réserve, cela dégage un peu le terrain. Mais c’est très coloré.
La moins mauvaise position reste l’escalier. Les bestioles sont obligées de venir serrées comme des sardines, et c’est un peu plus facile.
Passage au LVL 57 à la première grotte.
Fin : 26923 mobs, Time :2 :4 :59, 2 potions.

Le bois d’Elendar
Domaine de Morsure Sanguinolante, redoutable boss pour un mago.
Heureusement que j’ai Lilithpédia pour savoir où il est, la sale bête.
Les voilà, les jumeaux mortels.
Les centaures s’en occupent, mais il ne m’en reste plus qu’un rapidement. Retraite stratégique, il y a une morsure qui me poursuiti, me croquant les fesses. Je me retourne, et fait face. Malgré mon équipement, ma vie descend, et peu la sienne. J’ai dû boire une potion, beurk. Finalement, il tombe. Bougrement résistant et mortel.
Le second a été plus facile : le centaure restant l’a bloqué, et je n’ai plus eu qu’à le finir.
Ouf, ce fut chaud.

On avance et on arrive au village de Tanthon :
Une astuce : prenez vers votre droite, c'est-à-dire à gauche de l’écran : avancez jusqu’à des arbres bordant la carte, puis revenez vers le centre tout en descendant. Vous arrivez à un enclos avec un muret de pierres. Le mur vous protège des arbres mobiles, et vous pouvez vous en donnez à cœur joie. Lorsqu’ils comprennent ce que vous faites, ils vous rejoignent. Repassez de l’autre côté, vers la sortie du village, le muret vous protège encore. Et un groupe éliminé sans grand bobo.
Repartez alors vers la droite du village, et faites le tour. Il y a encore d’autres arbres en bas, servez-vous des obstacles naturels, tas de bois par exemple qui les bloque.
Une fois le village au clair, les boss.
Sukoa est toujours derrière la palissade, et ne vous poursuit pas au-delà d’une certaine zone du village, là où il y a un mouton. Technique harcèlement, et dodo. Moi, je lui tenu tête, les yeux dans les rameaux.
Pour Kristina qui est un démon, elle est très statique, mais invoque des arbres, et surtout des fleurs redoutables en estoc de très loin, qu’il faut absolument éliminer dès qu’elles apparaissent. Pour le reste, c’est une question de patience, quoiqu’elle ne soit pas très difficile avec de l’anti démon.

Fin Tanthon : 27002 mobs, time :2 :5 :24, pas une potion, et 240.000 points d’Xp en plus.

La fin du bois
Les choses sérieuses commencent après le dernier virage. Il y a un tronc en travers du sentier, c’est la limite d’action des boss. Avancez un peu, puis reculez de 10 m. Une meute de mobs arrive, éliminez là. Recommencez jusqu’à que seuls les boss arrivent. Technique harcèlement, et hop, out. Ils restent 2 ou 3 mobs vers les coffres, rien de notable.

Le Grand Lac
« Très varié : beaucoup d’estoc, et pas mal de feu. Avancez toujours avec prudence, ils peuvent arriver de loin, et les sauterelles jaunes sont redoutables. Les centaures sont ici plus que précieux, mais ils souffrent beaucoup (ce sont ceux du normal). Servez vous des ponts pour empêcher les mobs d’arriver jusqu’à vous. Les parties descendantes sont terribles, car pas de vue, ils arrivent par surprise, et en nombre (triggers).
Un truc : quand vous voyez un pylône de quelque chose, c’est qu’il y a du monde pas loin. Rien ici n’a été laissé au hasard.
Quand vous arrivez aux Couics, essayez de les diviser. C’est difficile, car elles sont sur un sentier étroit, mais en reculant, c’est possible. Des sales bêtes.
Le dernier passage est un peu plus facile, dans le sens qu’il y a une falaise où on peut éclaircir les rangs des oiseaux.
Si vous arrivez à descendre, puis à longer la falaise, Hyripie est plus facile en remontant, surtout qu’elle est alors moins accompagnée. »


Bon, le carnet de Maman est clair, il faut faire plus que gaffe. Et en effet, c’est plutôt chaud comme ambiance, malgré le rire de la nymphe et la musique. On peut s’en prendre plein la fiole sans rien comprendre.
Premier pont : Il y a deux coins dangereux dans cette île : le premier coin, où des sauterelles jaunes attaquent, et la fin de la descente, où une dizaine de blanches viennent vous titiller.
En remontant vers le second pont, on les voit venir.
Au bout de celui-ci, une bonne pause. Ils arrivent à la suite les uns des autres, il faut se méfier.
De toute façon, tous les coffres et tas d’os sont gardés. On descend, des oiseaux. On remonte vers le troisième pont, des oiseaux et des sauterelles.
Le troisième pont : même tactique, un pas, laissez les venir. Plus d’un à la fois, et on en a dix sur le dos. Maman me l’avait bien dit, on n’écoute jamais assez ses parents !
Ils m’abîment les centaures à une vitesse ! C’est l’enfer, parce que sans eux, c’est moi qui prendrais.
Il faut commencer cette zone, après le dégagement du pont, par descendre, PAS après PAS. En général, 4 à 5 bestioles arrivent, et quand vous avez 2 oiseaux de feu, 2 sauterelles géantes, et un blanc sur vous, vous serrez ce que vous pouvez.
Après en remontant, un pylône sur la droite. Cela va être encore saharien.
Et ça ne manque pas. A croire qu’il y a un élevage dans le coin, et que l’ouverture de la chasse est pour bientôt, parce qu’ils non pas peur du tout de l’homme, et viennent chercher des caresses. Quel enfer, mais quel enfer ! Et ce n’est pas fini ! On dirait une bouteille de pétillant agitée par un fou. Et encore des oiseaux, et encore des sauterelles, allez, venez donc me chercher puisque vous y tenez !
Cela se calme un peu, on dirait. C’est qu’il y a Couic qui attend son heure !
Je ne les vois pas. M.., elles arrivent ensembles et sautent sur les centaures. Fléau, bâton, le grand orchestre… C’est qu’elles sont d’une résistance de granit et qu’elles m’abîment mes pauvres centaures ! Enfin, elles n’ont plus de mana ni l’une ni l’autre. Elles ne lancent plus de sort, mais des grosses baffes. Heureusement, elles ne s’occupent pas de moi, sinon…
Finalement, une abandonne, puis l’autre. Non mais, c’est pas du jeu, regardez un peu dans quel état elles m’ont mis les copains : un petit poil de vie chacun, et de la vie, ils en ont un paquet. Des centaures tout neufs. Saboteuses, assassines, vandales, c’est un vrai scandale.
Il va encore falloir sortir les pansements, et avec eux, je dépense une fortune !
Maman me l’avait dit, c’est un coin pas humain.
Allez les gars, à la maison et renvoyez des collègues. Il y a encore du taf.
On descend la presqu’île, encore un peu de monde, mais des retardataires. Ils doivent avoir eu peur des Couics.
4° pont : Encore une descente sans visibilité, j’adore. Prendre un bord, et si tenir jusqu’en bas.
Une fois là, éclaircir un peu les rangs en contre bas de la falaise. Cela ne manque jamais, il y en a qui montent dire bonjour. Autant de moins pour la suite.

Allez, les gars, foncez et suivez moi. Une fois calée contre la falaise, tout en bas, éliminons l’adversité. Cela se dégage.
On remonte lentement, et Hyripie apparaît, un vrai boss virevoltant, mais reculant dès qu’on sort de sa zone. Out, donc.
Maintenant, encore un pont, et des sauterelles, vite expédiées. On est passé, les gars, et en un seul morceau.
Un petit effort jusqu’au portail, et hop, on va allez boire un coup avant d’y retourner, vous méritez bien cela.
Fin du grand Lac : 27382 mobs, time :2 :6 :21.

Bon, cela vous dirait d’aller au spectacle, j’ai reçu une invitation pour aller voir les gladiateurs dans l’arène ? D’accord, on va, ça va nous changer les idées.
Ah, bon, c’est nous le spectacle ? Ah, ben j’avais pas compris ça, moi. Ah, non, on va pas se défiler, pas vrai les gars, envoyez nous vos sbires là, on est bien chaud , surtout après le bistro!
L’étripeuse noire : ça, pour être noire, elle l’est ! Et elle se pavane, dans son beau costume de scène. Quelle comédienne ! Viens donc voir ici, qu’on compare nos maquillages !
Ouais, ben elle tape sec quand même, et puis elle virevolte sans arrêt. Elle a dû faire de la danse quand elle était petite. Elle m’agace avec ses grands airs, et hop que je te titille, et hop, que je m’en vais. Tout pour le spectacle.
Avec un parchemin du vampirisme, on va voir si tu continues à rire. Hein, c’est tout de suite moins drôle ! Tu peux taper tant que tu veux, tu te tues toi-même ! Bon, elle pleure dans son coin maintenant. Voilà ce qui arrive quand on veut jouer avec des grandes, non mais.
Envoyez le suivant, car pour l’instant, c’est plutôt plan-plan !
Et un gros balouf maintenant ! Que je vais t’en faire du hachis vite fait, moi, ça ne va pas traîner.
Bon, c’est tout ? Ah, bon, encore un troisième inconscient ?
Non, à deux maintenant. Cela ne va pas changer grand-chose au résultat, c’est couru d’avance.
Alors, contente ? Et une quête de plus, une. Ils sont tous fous, ici, toujours perdu quelque chose quelque part.
Mais le Siran, c’est une bonne idée, je manque d’âmes torturées.

On y va les gars, mais faites gaffe, il y aurait des bandits dans le coin.
Ah, ben oui, et un rapide. Et il renvoie les dégâts en plus, mal poli. Coincez le un peu, que lui vide sa mana et que l’on lui explique que ce n’est pas bien d’attaquer les pauvres voyageurs.
Je crois qu’il a compris, il nous laisse son matériel et retourne voir sa maman.

Les mines du Siran
Naturellement, des squatteurs partout. Ces démons n’ont peur de rien, Lilith attaque le coin, et ils s’installent tranquillement. Pas terribles quand même, même les boss à la régulière sont assez faciles. Comme toujours dans les grottes, ce sont les chauves-souris les plus agaçantes.
Et j’ai trouvé plein d’âmes torturées, cela va bien aider.
27941 mobs, Time :2 :7 :39

On y est, le plateau du Siran
On se dépêche, les gars, il y a Mordak qui me tanne pour le manoir.
Il y a encore des boss, pas plus difficiles que les autres.

Et on arrive au tombeau.
Je renvoie les copains pour l’instant, ce n’est pas un coin pour eux, et ils seraient capables de déclencher des pièges.
Pour cet endroit, en dehors de la salle des secrets, l’important est d’avoir une bonne vitesse et des résistances élevées. Un rituel du Tigre avec un ankh d’Isis épique fera parfaitement l’affaire.

Le chemin des douleurs :
C’est miraculeux, je suis passé tellement vite à côté des pièges que pas un ne m’a touché. Les deux Fouets étaient au rendez-vous. Dans leur salle, je passe toujours le long du mur de droite, en évitant soigneusement les cercles blancs. Bilan, aucun bobo.

La voie de l’Humilité :
Là encore, résistance et vitesse ++ pour aller au plus vite activer les leviers, et appeler la poule.

La salle de Torture
J’ai trouvé une méthode permettant de faire cette salle pratiquement sans risque, mais un peu longue.
Cela fait partie des films trucs et astuces :
http://www.dedikam.com/telechargement.p ... fb2f60269b

Si vous préferez la classique, bon courage !

La salle des secrets
Des trois sphères, la moins exposée est celle derrière vous, à droite. Les boss ne la visent pas.
Donc, protéger d’abord celle du haut, puis celle à gauche, enfin celle de droite.

Bilan, le livre retrouvé, LVL 57 9/10°, 28061 mobs, time :2 :8 :18.
Et toujours un seul RIP.

La promenade
La montée a été comme toujours mouvementée. Si je m’accomode assez bien des archers et des magiciens, les CàC sont toujours en nombre redoutables. A un moment, une véritable troupe me tombe dessus, après un virage, et m’enlève les centaures et la nymphe.
A poil, je suis à poil, et si les blancs ne sont pas trop inquiétants, la meute de jaunes elle l’est ! Ma vie descend, je pousse un cri, et pas le choix, potion, rupture du combat, et demi tour, histoire de prendre un peu de champ. Heureusement, je vais plus vite qu’eux !
Un peu de distance, et un coup de bâton, et on repart. A ce petit jeu, je suis presque revenu en bas, mais finalement, plus que trois jaunes. Alors, je fais face, et conclus. Les blancs, plus lents, se sont arrêtés en chemin, et après récupération de mes pets, ne font pas le poids.
La dernière partie, comme d’habitude, mago contre magos, je la fais sans les centaures, capables de déclencher une guerre qu’ils perdraient tout seuls.

Le passage secret
Si les golems sont assez peu difficiles avec les centaures, les deux boss m’ont laissés de cuisants souvenirs tels, que je préfère les avoir par ruse : avec les sorts, derrière le mur, aidé de parchemin du vortex fatal. C’est long, mais sans risque.

Le manoir
En faisant attention aux deux trois passages avec plein de CàC, cela s’est bien passé, avec de la prudence.
Le sous-sol, avec les plantes jaunes, a été un peu difficile dans la partie terminale, peu faite pour les tireurs
Silla, avec l’impie, n’a pas posé de problème. De même que Nashia.
Barroc et Drottuk, les deux boss crocodiles, m’ont bien fait courrir, mais la patience a triomphée.
Les deux boss Djinns ont été assez faciles.
Quand à Hel’gon, une fois coincé derrière le trône, il a été perdu.
Bilan :29422 mobs, time :2 :11 :45 (je n’ai pas été très efficace, mais je tenais à survivre)

Les montagnes interdites
Je commence par Gigia, histoire de ne pas y revenir. Puis, par la droite, en faisant le tour, ce qui donne :
X, le refuge, Surg, toujours aussi compliqué, aussi avec un parchemin du vortex, plus simple, la caverne du recommencement, Oddontrix, le restpoint du monastère, Antéo, Fulia, la clé en bas, le don précieux pour la vie.
Bilan : 30064 mobs, time : 2 :13 :21 (cela s'est accéléré)

Le monastère de la démence
Là, j’ai mis le turbo, et bien failli en payer le prix fort, avec une attaque de poison redoutable. Heureusement que le druide a de la réserve de vie, et que je régénère à 85.
Bilan : 30433 mobs, time :2 :13 :59 (soit 38 minutes, boss inclus). Toujours en EBMI et 1 RIP.

Après avoir récupéré la clef des égouts, en route pour Elendar. Quand il s’agit de squelettes ou de démons, les centaures sont souvant plus encombrants qu’utiles. Donc, à la maison.
Que vous dire d’Elendar ? Rien de bien nouveau.
Aar-Baal : Comme en normal , il a été presque ridicule. Désolé, Maître Mostal, mais soit ce perso est trop puissant (c’est vrai qu’il a de l’aisance), soit ce boss est en dessous. Il faut dire qu’avec de l’anti-démon plus de l’anti-squelettes, il en a pris plein les mirettes, surtout que le brin, comm le première fois, l’a un peu scotché sur place.
Humur a été un peu plus tonique, mais le résultat a été le même.
Je crois avoir utilisé une seule potion de toute la carte, er encore, c’était par sécurité (tirs croisés d’archers).
Bilan : passage au LVL 59 un peu après le début, 31353 mobs, time :2 :15 :51.

Le temple
Au galop, comme toujours, il n’y a que des squelettes magiciens.
31460 mobs, time : 2 :16 :2 (12 minutes)

Les égouts
Là, j’ai rappelé les centaures. C’est comme toujours très violent, avec de tout, de l’estoc, du poison +++. Les centaures ont souffert, moi un peu aussi (5 potions), mais c’est passé.
Comme je connais le chemin par cœur, je suis allé à l’essentiel, restpoint, les coffres en haut à droite et la fontaine de vie.
Rutazar est un beau morceau. Aussi, un parchemin du vortex fatal (épique) pour la route.
Les centaures tout neufs ont fait l’aggro, le boss me tournait le dos, alors, à 1 mètre, parchemin, fléau, et mon meilleur bâton (électrique, bien qu’il y soit résistant ( ?)). Il a tenu moins que le parchemin, ce qui fait peu.
Bilan : 31747 mobs, time : 2 :16 :45.

Le Village :

Grande carte, longue à faire, car on ne peut pas s’enfoncer tout droit sans risquer de se faire encercler. Les centaures, une fois qu’ils ont fini de mettre le bazar partout où ils passent, sont rentrés à la maison.
Donc, nettoyage en règle (et il y a beaucoup de monde), d’abord à droite pour Nibinbor, puis retour au restpoint, un peu le chemin jusqu’au virage, puis en repartant du bas, un lent balayage de gauche à droite pour tout faire. Une fois qu’il ne reste plus que le coin en haut à gauche vers la croisée, retour sur le chemin venant d’Elendar, et Wolfurus, technique harcellement.
Libération des prisonniers, les coffres (il y a énormément de choix), et arrivée à la croisée.
Bilan : 32279 mobs (soit 522 pour cette seule carte !), time : 2 : 17 :56. Passage au LVL 60 au milieu de la carte. Toujours un seul RIP.

Hécate
Une carte courte, intense et dangereuse à souhaits. Seul le kizur a cette intensité de danger permanent, les dégâts d'estoc étant considérables si on n'y prend pas garde.
Mais, cela s'est bien passé, avec 4 potions quand même, et plusieurs paires de centaures, car je n'ai pas voulu traîner.
140 mobs quand même, 16 minutes.

Ensuite, en route pour la citadelle, j'ai un impérieux besoin des centaures de l'épique.
Le passage de la grotte des douleurs a été un peu lent, mais je l'ai entièrement nettoyée, au prix de centaures et de potions (4).

Bilan de la croisée au restpoint du plateau, portion de carte découverte en entier:
32647 mobs (soit 228), time :2:19:3, soit 46 minutes. Même bilan des RIP.

Le plateau de Linlys

Depuis le restpoint, avec tous les pets, malgrés quelques moments un peu chaud avec les bestioles jaunes qui frappent dur, c'est passé. Heureusement que je connais les endroits où certaines apparaissent d'un coup sous nos pieds.

Après, la descente du soleil, pratiquement que des squelettes. Donc, pas dur.
Après le restpoint, les araignées. Les jaunes frappent très dur au contact, qu'il faut donc éviter au possible, d'où potions.
Une fois la zone nettoyée, je suis retourné chercher le bâton de Fulia pour voir, et la justice a donné son artéfact. Elle ne courre pas assez vite pour m'inquiéter, surtout avec la mana à zéro.
A l'assaut de la citadelle::
Ben, plus rien à voir avec le normal. les archers sont une vraie plaie à éliminer en priorité. Les centaures et la nymphe ont rapidement abandonnés, je les ai donc laissé à la maison, car les centaures me mettent une pagaille d'enfer. Finalement, le brin est le plus utile. Il attaque les machines infernales, et résiste parfaitement aux jets de feu. De plus, le nombre d'arbres dans le parc permet de se servir du feuillage pour ne pas trop se faire brûler (de toute façon, avec 80% de résistance au feu + plus de 4000 de vie + plus 80 de régénération, je ne crains pas grand chose de ce côté là !)
Les deux boss invocateurs ont été plus difficiles, mais ils ont eu la bonne idée de se séparer, et finalement sont repartis dans l'autre monde.
J'ai été beaucoup plus prudent qu'en normal, car cela a été très intense, le jeu est monté encore d'un cran, et il y a vraiment beaucoup de monde. Le légendaire va promettre !
La preuve, je n'ai pas pu sauver Bohort, manque de temps. Donc, après les nouveaux centaures, dans l'aile gauche, je n'ai pris aucun risque. Dès le badaboum, j'ai foncé au milieu de la pièce, et un parchemin de la destruction. Pas question de perdre l'xp, elle monte trop lentement. C'est un des endroits où ils sont indispensables.

Les boss: finalement, Chillar s'est tué lui même. En me frappant, il a déclenché rage élémentaire, et hop, au revoir.

Darth-Blade, avec les nouveaux centaures, n'a pas non plus tenu très longtemps, trop préoccupé à essayer de les tuer, sans s'occuper de moi.

Un petit tour au village de Linlys, et quête finie.

Bilan: beaucoup plus de potions qu'avant, 33828 mobs (1181) dont 6 boss, time : 2:21:49 (2 h 46), preuve que cela devient corsé. Toujours un seul Rip, mais un foultitude de centaures consommés. Enfin, les nouveaux tiennent beaucoup plus longtemps.

Mistol:
Assez facile, un peu plus proportionnellement qu'en Normal où je n'avais pas les centaures.
J'en ai profité pour faire les reliques et Vlad la prudence. Avec un parchemin du vortex et les centaures, c'est un peu plus facile. Mais il faut bien rester à distance pour un mago, car à chaque coup, voile d'ombre, même mana à zéro, ce qui est de la triche. Bien résistant le bougre.
La seconde partie a été négociée en "douceur", dégager un peu le terrain pour se placer derrière la haie. Et là Drago est accessible assez facilement, surtout quand il a plus de mana, moment où il ne renvoie les dégâts, comme Gos. Si je me souviens bien, Jonas et Toxéus continuent de renvoyer les dégats, mana à zéro.

Le passage du pénitent
Il suffit d'attendre un peu de temps en temps et de zapper les golems blancs qui approchent. Les jaunes, il faut vraiment les provoquer pour qu'ils viennent.

Le coeur de la montagne: anecdotique. Je n'ai pas encore la clé de la fin, ce sera pour plus tard.

Les jardins
Ah, les jardins... Galère usuelle. Bon je nettoie tous les pengs, passage au LVL 61 (timing parfait), puis j'ai fais une grosse grosse bétise :cry: Je suis retourné vider mes emplettes. Et quand je reviens, attaque du gardien, qui ne prend que 50 de dégâts à chaque fois. Inutile de dire que je lui touche même pas le maquillage à ce régime là. Je me réfugie dans l'escalier venant de la montagne, il m'y suis, un peu coincé entre les parois. Je ne risque plus grand chose, lui non plus. Mais que se passe t' il ? Je me mets sur pause et paf, je me cogne la tête contre les murs :mur: :mur: Mais que je suis bête, mais bête à manger du foin...

J'ai oublié le bug des jardins, ce n'est pas faute de l'avoir écrit N fois dans le forum, en partant des jardins, la quête s'est désactivée! Mais quelle cruche! Il faut tout recommencer!

Donc, sortie du jeu, et rebelote, de nouveau les pengs. Bon, un seul côté nettoyé suffira cette fois-ci. Et là, le gardien est enfin accessible: impie, parchemin du vortex, et un gardien en moins.
Je vérifie en fonçant à la porte parce que les centaures étaient là en appui, elle s'ouvre, c'est bon. Naturellement, les golems m'ont vu et c'est retraite fissa fissa à l'abri sous un déluge de sorts de derrière les fagots.
Ces golems, mais quelle engeance. Et dire que je fais partie des joueurs qui les ont réclamés à Maître Mostal à une époque... Ils sont méchants, hargneux, résistants (normal pour de la pierre), lancent des éclairs à répétitions ou des boules de neige, tapent comme des fous, bref, le gardien était presque un tendre à côté.
A l'usure, je les ai eu à l'usure, mais quels morceaux !
Je m'en souviendrai.
Bilan Mistol-Jardins 34808 mobs (980 dont 8 boss), time: 2:23:52 (1 heure 59 !)

Le temple
Il n'y a pas le choix, on ne peut pas s'arrêter avant le Restpoint du temple qui est encore loin, sinon, il faut tout refaire, les pengs, le gardien, les golems etc.A moins de réussir à passer entre les jambes du gardien en évitant les golems, puisque la porte est déverrouillée :hin: Pour ceux que cela tente.... Et je ne suis pas sûr le gardien ne nous poursuive alors à l'intérieur du temple.... Situation intéressante, qu'en dites vous ?

C'est comme toujours assez chaud au sens propre, varié et très coloré. Arrivé au Restpoint, passage secret pour l'xp et les coffres.
Et puis tant qu'à faire, hop, Xenoflex. Ouais, ben il virevolte comme un fou, ses empusas canardent à qui mieux mieux, pas plus facile que les autres.
Finalement, force en poche, on va aller se faire un petit frichti à la maison, les émotions ça creuse.
Bilan: 35166 mobs (358, dont 5 boss), time: 3:0:30 (38 minutes)
Et toujours un seul rip, et quelques potions (pengs jaunes et le gardien).

Seconde partie du temple.
Une grande pièce remplie de méduses avec 2 boss. Méthodiquement, et la clé de la fin en prime.
Et enfin, le cœur du temple, là où siège le grand Maître démoniaque.
J’ai fais au plus vite, sans m’occuper des détails. Alors qu’il m’arrive souvent de musarder à côtés des pylônes démoniaques générant des squelettes, pour faire facilement monter l’xp, là, non. Du rentre dedans en règle.
La pièce dégagée, bonjour au grand Maître, qui se transforme en trois liches.
Les unes après les autres, elles sont bien résistantes. Naturellement, c’est celle du poison qui demande des potions, mon équipement actuel ayant une résistance limitée dans ce domaine.
Quand même, je trouve le combat long. Et ce n’est qu’une fois terminé que je m’aperçois que je n’avais pas remis mon parfum favori, de l’anti-morts-vivants nappé d’antidémon. Pas étonnant que cela ait un peu duré, c’est de ma faute.
Ramassage du butin, et hop, au pas de course vers le portail de la cour sans se préoccuper de l’entourage, car il me faut la clé de la chapelle pour aller jusqu’au prochain restpoint, puis revenir faire la prison dans la même séance.
Bilan : 35380 mobs (214 mobs dont 5 boss), time : 3 :1 :1 (31 minutes).

La cour
Retour dans la cour pour tomber sur les boss directement. Bonne bagarre, surtout qu’ils étaient accompagnés.
Nettoyage de la cour.
Bilan : 35460 mobs, time : 3 :1 :12 (11 min)

La chapelle
Ce sont des Morts-vivants rapides et pugnaces.
Mais cela ne fait rien, je sais comment les vaincre.
Activation de la quête de la sœur, nettoyage en règle, et les deux boss pour finir, ensembles (ce sont les centaures qui les intéressent !)
Et on galope jusqu’au restpoint 1 de l’asile.
Bilan : 35532 mobs, time : 3 :1 :22 (10 min)

La prison
Beaucoup de boss ( 8 ), l’équipage à délivrer. Là encore, remarquable travail des centaures.
Nettoyage complet en 23 minutes, à l’exception de Toxéus.
Et là, j’ai essayé tous les débufs, 2 parchemins (vortex et vampirisme), il renvoie une telle quantité de dégâts, même mana à zéro, qu’une seul de mes coups très mesuré me fait perdre environ 2000 points de vie, sans que la sienne ne bouge d’un poil. Bref, j’ai abandonné au bout de 10 minutes, car en persistant, c’était l’autoRIP assuré.

Bilan : 35623 mobs ,time total : 3 :1 :55 soit 33 minutes dont 10 à essayer vainement de vaincre Toxéus à la loyale.

J’ai l’impression qu’en plus de renvoyer les dégâts, il vampirise ses victimes, car si quand sa vie descendait un poil, elle remontait instantanément lorsqu’il frappait un centaure. La seule autre manière que je connaisse et qui marche pour un mago est de lui lancer des sorts derrière les barreaux, ce qui est très long, mais imparable, le délai entre chaque lancement de sort permettant de récupérer de la vie. A moins de lancer un autre monstre comme les sorcières de tempêtes, etc. Mais je n’avais pas de parchemin sous la main, manque de préparation.
Je verrai plus tard éventuellement, je ne vais pas mourir pour Toxéus qui n’est là que pour ça.
Les jeunes disent que les vieux sont fous, les vieux savent que les jeunes le sont.

LILITHPEDIA at :
http://ferrovipathe.free.fr
Avatar de l’utilisateur
ferrovipathe
Annihilateur de Rats
 
Messages: 586
Inscription: Jeu Fév 14, 2008 10:12 am
Localisation: Fresnes (94)

Messagepar ferrovipathe » Ven Nov 19, 2010 10:43 pm

Journal intime de Clématix

On va commencer aujourd’hui par aller chercher les vertues manquantes accessibles :

Les Highlands
Là, c’est une superbe sauterelle très rapide, très vulnérante, qui se moque complétement de mes pets. Résultat, pas mal de potions, le bâton du traître ne suffisant pas. Heureusement, elle reste sur son îlot, ce qui permet de récupérer.

Le chemin des morts
Il faut déjà y arriver, au rond point ! Et l’opposition n’a plus rien à voir avec le normal.
On y est ! La bestiole, c’est du genre démon, d’ailleurs beaucoup plus sensible au froid qu’à l’électricité.
Et quand on croit en avoir fini, une seconde couche encore plus affreuse, et très rapide. Mais on y arrive.

La promenade
Il faut encore y arriver, au rond point. Pourrait pas être à coté de restpoint, non, ce serait trop facile ! Les centaures comme d’habitude, se jettent sur tout ce qui bouge, et finissent très abimés. Je dois encore appeler du renfort pour la vertue.
Là, Maman m’a prévenue, pas rapide, mais encore de l’estoc, toujours de l’estoc et de la résistance. Aussi, un petit parchemin du vortex est le bienvenu.
2-3 potions, de l’esquive, et hop, 3° vertu de la journée.

Bilan : 35784 mobs (161 mobs, quand je vous disais qu’il y avait à nettoyer !), time :3 :2 :17 (22 minutes).

Avant d’aller à l’île de l’œil rouge, je préfère traverser l’asile, pour aller directement à la vallée d’Hudra par la suite. Il y a toujours de belles choses à y collecter, et c’est quand même assez long.

L’asile
Grâce au carnet de Maman, je ne m’y perds plus. Compte tenu qu’un des centaures est armée d’une masse légendaire congelant les mobs, il va falloir s’occuper de leur santé régulièrement, parce qu’il est doublement utile dans ce cas.
Alors, c’est long d’en faire le tour, regarder dans toutes les pièces garnies de coffres, d’orbes, et de bestioles sur 3 étages, et de repasser régulièrement au village pour les pansements des pets
D’abord, le sous-sol accessible d’emblée, pour ne pas l’oublier.
Puis, le rez-de chaussée, où une collection de cyclopes m’abime mes pets à la vitesse grand V avec leurs cris, avant le second restpoint et l’étage.
Paradoxalement, ce ne sont pas eux les plus redoutables. A un moment, je me suis retrouvé coincé dans un coin (  ! ) par des telkines. Ne me demandez pas comment j’ai été assez bête pour en arriver là, je ne sais pas, mais ce n’était vraiment pas malin ! Et résultat, d’un coup, TOUS mes pets qui se retournent contre moi. Et là, j’ai dû faire face avec l’énergie du désespoir, car 2 centaures déchainés, un brin, une nymphe plus 5 telkines à la fois, cela commençait à sentir la résine de sapin.
Vous m’avez cru morte , hein, et bien faux espoir ! J’ai commencé par riper les centaures qui ne voulaient plus me laisser passer, et pu enfin me dégager de ce piège mortel à coups d’épaules dans le reste des assaillants. (J’ai eu un bon entrainement à ce jeu avec mes frères, mais c’est une autre histoire !)
Retraite à fond dans un couloir dégagé, et seul le brin m’y rejoint. La nymphe, pas vue dans la bagarre, un dommage collatéral involontaire. Les telkine arrivent, et n’ont pas eu le temps de me refaire le coup du père François, je te leur ai expliqué la vie, éparpillés ux 4 coins de la pièce façon puzzle !
Et crotte, j’ai perdu mes centaures gelants ! Une vraie perte !
Je mesure mes abatis, tout est là, en un seul morceau, et une seule potion consommée dans la bagarre. Finalement, je suis assez fière de m’en être sortie, car les centaures sont loin d’être des mauviettes, surtout armés de légendaires !
Je rappelle des centaures, et on y repart après une bonne leçon de morale, genre pas de coup fourré, sinon, « z’avez vus vos copains, comment je traite les traîtres déserteurs ? » J’en connais qui regardaient leur sabots !
Et quand d’autres telkines me refont le même coup, vite en arrière pour attendre que les pets reviennent avec moi, gentils comme ils doivent toujours être. A ma botte, sinon gare!
En bref, en dehors de ce malheureux épisode, plein de mobs, d’or, des items épiques et légendaires, la routine.
Et Gobbosh était à l’étage, et non au sous-sol. (700.000 xp)
Arrivée au portail de la vallée d’Hudra.
Bilan : 36089 mobs (305 mobs), time : 3 :3 :23 ( 66 minutes sans se perdre).
En fonçant au plus court, l’asile est parcourable en moins de 10 minutes en tenant compte de l’opposition, sans rien ramasser ni chercher les boss(es).
Les jeunes disent que les vieux sont fous, les vieux savent que les jeunes le sont.

LILITHPEDIA at :
http://ferrovipathe.free.fr
Avatar de l’utilisateur
ferrovipathe
Annihilateur de Rats
 
Messages: 586
Inscription: Jeu Fév 14, 2008 10:12 am
Localisation: Fresnes (94)

Messagepar Ctrl-Alt-Suppr » Ven Nov 19, 2010 11:48 pm

Bien vu le regroupement dans ces colonnes ^^

Par rapport aux nouvelles, rien de spécial à dire, si ce n'est que tu deviens très précis sur les durées et que je suis toujours aussi impressionné par la faible consommation de potions de cette classe ...
Avatar de l’utilisateur
Ctrl-Alt-Suppr
Administrateur
 
Messages: 5908
Inscription: Jeu Juin 29, 2006 5:33 pm

Messagepar ferrovipathe » Sam Nov 20, 2010 10:44 am

Alors, quelques précisions:
J'ai toujours la robe de Zara sur moi, avec une pousse de vigne épique option + 50% de régénération de vie. Ce qui donne, avec cœur de chêne activé, 4267 points de vie et une régénération à 86,63, ce qui est très confortable.
Par contre, c'est vrai qu'avec "seulement" 1142 d'armure, 80% résistance au feu et au froid, 53% à l'électricité, 56% au poison, 79% à l'estoc, il y a encore des faiblesses pour le kizur. Mais pour l'instant, je reste comme cela, surtout avec la couronne cérémoniale de divination qui me permet d'atteindre 778 d'intelligence (plus 28%) et plus 10% d'expérience.
Avec les bâtons du traître qui vont bien ( effrayants du traître sertis d'incarnation du froid du tartare) donnant au minimum 2800 dps pour le plus puissant (cela dépend des anneaux, volcaniques et artiques de la chouette, impie de feu ou de vitalité, sertis de matière spectrale ou d'âme torturée épiques), je souffre moins que les centaures, c'est sûr, et je peux même les riper si besoin (bon, ils étaient d'occasion, mais quand même). Alors, les potions, seulement pour les coups très durs, et seulement les plus grosses.

J'attends cœur après l'île de l'oeil rouge pour éventuellement changer d'armure.
Les jeunes disent que les vieux sont fous, les vieux savent que les jeunes le sont.

LILITHPEDIA at :
http://ferrovipathe.free.fr
Avatar de l’utilisateur
ferrovipathe
Annihilateur de Rats
 
Messages: 586
Inscription: Jeu Fév 14, 2008 10:12 am
Localisation: Fresnes (94)

Messagepar ferrovipathe » Sam Nov 20, 2010 7:24 pm

Journal intime de Clématix

Avant d’aller à l’île de l’œil rouge, débarrassons nous du cœur de la montagne.

Le commencement
Je n’ai pas regardé dans le carnet de Maman, et je l’ai tout de suite regretté : mauvais choix des anneaux (c’est un insectoïde, pas un magique), de l’arme (résistant à l’électricité), plus rapide que moi, et me causant autant de dégâts que moi je lui inflige, même mana à zéro. Et, pas de repos possible, il poursuit sans arrêt. Donc, fléau, quelques coups, retraite-potion, et on recommence. Comme le bâton de froid est moins puissant, je lui fais à peine 20% de plus de bobos, et lui m’enlève plus de 1100 de vie à chaque fois, ce qui veut dire qu’il fait plus de 2200 de dégâts, résistances déduites. En plus, il pompe la mana de tout le monde. Moi, j’ai ce qui faut, mais pas les copains. Bref, un monstre…
Total, merci coeur de chêne, « seulement » 10 potions. Et cela a été chaud, très chaud, pets ou non, car il s’en est moqué comme l’an 40. (Tu vois Ctrl-Alt-Suppr, les potions, j’utilise !)
Cela a quand même pris 7 minutes du village à la fin du combat, ce qui fait presque 5 pour lui seul.

Pas encore bien réveillée, on a pris un petit déjeuné trop copieux, et pas assez de café, à mon avis, car même pas pensé à lancer un parchemin du vortex… Il faut dire qu’il m’a prise par surprise, ce devait être moi son p’tit dej., car les centaures, pas eu envie.

Il va donc falloir être plus professionnelle. Le carnet dit que celui qui n’a pas de nom est un mort vivant. Il est donc plus abordable à priori avec le parfum adéquat.

La fin
Ah, un boss normal ! Après une petite bombe soigneusement évitée, les centaures attaquent, et moi je fais le reste. Exeat l’anonyme, exploration des coffres, retour à la maison, pansements pour les centaures qui ont perdus chacun 18.000 de vie. Heureusement qu’ils étaient là pour encaisser, car moi, je n’aurai pas tenu de près. Il faut dire qu’on était du même niveau, 61.

Bilan de cette excursion matinale :
36103 mobs (14 dont 2 boss), time total 3 :3 :33 (10 minutes dont 5 intenses).

Petit parcours de transit Village-Astéria-marchand-Hamon (150.000 xp)-Sindar-île : 3 minutes.

L’île de l’œil rouge
Très belle quête, l’une des plus longues et belles du mod, avec 10 zones de difficultés et d’ambiances différentes, à gérer convenablement sous peine de gros chagrin.

La plage
Que des karkinos de toute taille, avec 3 boss. De l’estoc, du poison, des météorites, des bestioles sous les pieds, que du bonheur.
Je commence toujours par la gauche, plus facile.
Puis par la droite, avec plein de crabes cachés sous le sable.
Et pour finir, le boss du milieu.
Ces trois boss sont assez faciles, une fois leur premier sort évité, et leur mana à zéro.
Total : 36180 mobs (77), time depuis le village : 3 :3 :45 (12 minutes).Zéro potion.

La zone des tigrous
En plus, il y a des karkinos qu’on voit mal, plein d’arbres, des tigres blancs archers et CàC, des jaunes adeptes des arts martiaux genre katana, deux boss superbes, et des renforts réguliers de centaures à prévoir vu le nombre de CàC.
Prudence, retraite « élastique », sont les deux clés de la victoire finale : on attaque un archer, et on attend la piétaille qui rapplique de loin.
Une fois terminée, on est au premier restpoint, et une partie difficile faite.

Il est possible d’aller directement au restpoint, comme je l’ai fais aujourd’hui, en faisant le tour par le bas et la droite, ce qui permet d’y arriver sans affronter les boss si on veut (6 minutes).

Après le restpoint activé, retour par le même chemin, et poursuite du balayage.
Fin du nettoyage, ramassage de ce qui est tombé (verts rares, un légendaire, or, tas d’os), Village- soins - marchand.
Bilan : 36416 mobs (226 ), time : 3 :4 :9, dont 5 de ramassage, soit 19 minutes de combat. Une seule paire de centaures consommée. Pas de potion, les pets gardent jalousement les coups les plus sérieux pour eux.

PS : Qu’est ce que j’ai pu prendre comme valises ici, que dis-je, de malles, avec certains de mes autres persos ! Vive le duide !

Les passages
Juste pour mémoire, avec des empusas de froid qui laissent parfois du beau matériel.

La presqu’île des gorgones.
Je garde les centaures au début, puis quand ils en ont assez, je les laisse tranquilles. Il y a tout plein de gorgones de feu qui ne font que les abimer pour rien, je préfère nettement les faire une à une, c’est plus facile. Ils sont surtout utiles pour le premier boss, bien planqué en bas, et bien entouré. Après Iolanthe, ils sont presque inutiles.

Je nettoie le bas de l’île, en faisant presque le tour du temple de l’impératrice, puis je m’attaque aux pylônes de régénération de celle-ci à distance. La seule chose à retenir de ceux-ci est qu’ils s’entrerégénèrent, en plus de l’impératrice. Donc, il faut les finir en priorité.
Un pylône éliminé et paf, plantage général. Plus qu’à tout recommencer depuis le village.
Donc 11 minutes à enlever.

Retour et rebelote. De nouveau l’impératrice et ses pylônes.
En général, l’impératrice sur son trône ne bouge pas, majesté oblige. Puis, élimination de la garde rapprochée par un mouvement tournant par le bas et la droite, et hop, elle est seule, et pas très difficile à gérer. => orbe +++
Mais cette fois-ci, soyons fous. Élimination de la garde, ok. Puis, je fonce entre les jambes de l’impératrice, et hop, à l’intérieur du temple, les trois pylônes directement. Puis, retraite, car elle n’est pas du tout contente, mais du tout du tout, crie au lèse majesté et appelle la garde.
Maintenant, c’est du classique. Plus de mana, plus de garde, et les yeux dans les yeux, on va voir qui va botter les fesse de l'autre. C’est elle qui les présente la première. Pas eu besoin de potion, les centaures ont eu peur pour moi, et m’ont régénéré ma vie. Tiens, la nymphe est allée faire la sieste. Tant pis, elle manque le meilleur.
Enfin, le reste de la carte, en remontant du bas vers le haut par balayages successifs, comme Maman l’a noté.
Le dernier boss est alors accessible, bien visible, avec une zone d’attaque bien délimitée, donc RAS.
Bilan : 36626 mobs (210 dont 4 boss), time avec le premier passage et le ramassage des armures des créatures pétrifiantes et des couronnes de Sthéno: 3 :4 :45 dont 11 minutes pour la première fois, ce qui fait en réalité 25 minutes ramassage compris. 4 formules mystiques, 5 uniques dont 2 légendaires, bonne collecte pour le Vault.

La fourmilière
Là encore, tout est fait pour perdre le joueur. 6 cartes interconnectées et bien emberlificotées, 6 boss bien comme il faut, de l’estoc, des sorts, difficile sans les centaures.
Après l’extérieur, où le LVL 62 est le bienvenu, il y a deux entrées pour la même salle. Je prends toujours celle la plus proche de l’arrivée. Après, c’est tout droit pour aller en bas à gauche, où se trouve le premier passage menant à la seconde carte.
Une fois le passage découvert, et la seconde carte un peu éclairée, retour en arrière, et parcours de la première carte en diagonale vers le coin sup droit, où nous attend le passage vers le restpoint. Celui-ci activé, je retourne dans la première salle pour tout explorer.
La seconde salle est accessible depuis le restpoint. Le seul passage vertical depuis celui-ci est un des mes préférés, tout de suite dans le bain de la seconde salle, avec une orbe très proche.
Cette salle nettoyée à son tour, on sort dans la seconde partie de l’île. Très proche, pas loin d’une autre entrée, un gros boss bien chitineux. Une fois celui-ci out, il faut poursuivre dehors, explorer les recoins (boss crabe et coffre) et aller à une troisième entrée. Là, c’est la fête nationale, des fourmis lanceuses de sorts, plus quelque CàC bien comme il faut.
Et la Régente, super boss. Elle est plus facile pour un mago depuis l’escalier. Mais elle est bien accompagnée par les CàC jaunes dont il faut s’occuper d’abord.
Et une bonne omelette d’œufs tout frais pour le déjeuné de midi, car la journée s'avance.
Une fois cette salle finie, retour dehors, et abord de la dernière salle, celle de la Reine.
Tout suite après l’entrée, un autre Boss CàC : Les centaures devant , s’il vous plait, il est tout à vous.Inutile de dire que des parchemins du vortex sont plus qu’utiles dans ces moments là.
Pour ne pas se faire piéger, il faut, 1) attendre devant l’entrée que le jeu se stabilise, 2) serrer au maximum contre la paroi de droite.Le boss arrive de suite, et chope les centaures. Il lance des boules de feu alentour aussi. Bref, un plaisir. Le plus important est donc de laisser faire les centaures et de rester à distance, car il y a aussi une demi-douzaine de gros jaunes dans la salle qui ne rêvent que de participer au combat. C’est sans doute l’endroit le plus dangereux de la fourmilière pour un mago.
Enfin, salle après salle, œufs après œufs, la salle de la Reine : Commencez par en bas, pour éliminer les prêtresses, la reine n'y vient pas. Puis, assaut final avec tous les moyens à sa disposition, car en haut il y a encore du monde dont la Reine.
Ouf, fini !
Bilan : 37557 mobs( 931 dont 6 boss), time : 3 :6 :7 (1h :22 min !). C’est très long !

On repart : village soins- Astéria – restpoint –second passage. Quand je vous disais qu’il y avait des verts intéressants là dedans, un corselet de maîtresse de nuit de Socrate de protection => Vault.

Île de l’œil rouge
Des plantes, des crabes encore et toujours, et deux zones distinctes, celle des grenouilles, et celle des empusas.
Il faut commencer par nettoyer le plateau d’arrivée (1 boss), puis descendre le long d’une liane (Tarzan a habité là?)

Le bas de l’île (ou les grenouilles)
De la bagarre, de l’opposition, des plantes, des flèches, de tout, bref la routine, tout pour les centaures. La première zone nettoyée, on passe dans la seconde où une nouvelle escouade de grenouilles avec un boss nous attend. Après ce petit plateau, de nouveau des crabes, et enfin la zone finale avec Boru, l’arbre ténébreux qui lance des vagues mangeuses de vie.
Bilan : 37893 mobs (336 dont 2 boss), time : 3 :6 :40 (33min)

Une fois le « petit » problème réglé, on retourne vers le grand plateau, vers la zone aux empusas.
Excellent zone pour le marché, détestable pour les centaures qui se font couper en rondelles rapidement. Moi, ça va, ces bestioles démons, c’est mon domaine.
Le boss final est double, c'est-à-dire, un puis un second. Seul le premier m’a fait des misères, demandant 3 potions (il me pompait la vie planqué en hauteur, et je n’arrivais pas à l’atteindre).
Et comme toujours dans cette zone, j’ai fini tout seul, les autres étaient rentrés faire la sieste.
Bilan : 37978 mobs (85 dont 2 boss), time : 3 :3 :49 (9 min).

Le marché fini, les entrailles
Là, ce n’est pas une rigolade. Que des grosses brutes poilues, et des solides. Et des chauves-souris suceuses de vie. Tout pour les centaures, quoi, au premier rang, moi en retrait.
Costaux les bougres, bien solides, et ils tapent fort, assommant n’importe qui .
Mais on y arrive.
1 boss, le restpoint, un second boss,la seconde moitié, la salle finale, le troisième boss qui se coince tout seul, à moins que ce ne soit le brin.

Et on arrive au volcan
Très court, mais intense. Des monstres bicéphales, 2 boss bicéphales crachant le premier du feu, dont je me moque, le second du poison, j’évite.
Et le boss final, un démon. Vite, le parfum adéquat, et en avant.
Toujours extrêmement difficile à toucher. Lui, par contre ne se gène pas. Il me lance de la neige, et un autre truc explosif qui ne me plait pas du tout. J’ai dû boire 2 potions, c’est vous dire. Et lancer un parchemin du vortex, ça, au moins, cela doit lui faire quelque chose. Oui, cela l’a énervé, et il était encore moins content qu’avant. Et que je te lance des sorts, des boules, des machins, une vraie scène de ménage. Et moi, je virevolte entre ses pieds, avec le vortex, l’alimentant avec fléau histoire de poursuivre la conversation. Impossible à calmer, une furie.
A un moment, il a dû faire une erreur quelque part, car je l’ai touché. Oui, j’ai réussi à le toucher. Paf, plus de mana, c’est bien fait. Mais comme toujours, quand ils ont plus de mana, ce genre de boss attaque en force.
Et là, seconde erreur de sa part, alors qu’il avait pratiquement toute sa vie, fléau, vortex et 2 coups de bâton, et paf, il explose ! Comme un ballon ! Une grosse baudruche quoi.

Merci les pets, si si, félicitation pour votre aide, j’ai encore dû me débrouiller toute seule face à celui-là, vous ne l’avez même pas égratigné.

Bon, c’est pas grave, on a nos trois ingrédients, on rentre à Astéria.

Bilan Entrailles-Volcan : 38201 mobs (223 dont 6 boss), time : 3 :7 :34 (45 minutes).

Et 1.000.000 xp pour les ingrédients en rentrant. Et en plus, cœur. Maintenant, j’ai 111,47 de régénération.

Total général de cette quête en Épique: 2098 mobs, 20 boss, 4 heures 1min, 1.000.000 XP, et cœur.
Les jeunes disent que les vieux sont fous, les vieux savent que les jeunes le sont.

LILITHPEDIA at :
http://ferrovipathe.free.fr
Avatar de l’utilisateur
ferrovipathe
Annihilateur de Rats
 
Messages: 586
Inscription: Jeu Fév 14, 2008 10:12 am
Localisation: Fresnes (94)

Messagepar ferrovipathe » Lun Nov 22, 2010 9:32 pm

Journal intime de Clématix

La vallée d’Hudra
Plusieurs parties dans cette vallée, dont le parcours total est assez long et de préférence à faire au cours de la même séance.

On va commencer par l’Hydre, immédiatement accessible.
Départ du village à 3 :7 :43. Cœur, puis des essais d’armures, etc., ont utilisés un peu de temps.

Arrivée dans la vallée, à gauche toute. Quelques tigres, raptors, et les deux Xéna, et on y est.

La première hydre a eu la gentillesse de me tourner le dos pour s’occuper des pets. Donc, un peu long, mais difficile.
La seconde n’a pas du tout fait le même choix, et a décidé de me pourchasser. Un parchemin du vortex ne l’a pas du tout calmée, au contraire, mais c’est toujours ça de pris.
Donc, on est parti pour un parcours je te tiens, tu me tiens…., fléau, 2 ou 3 coups, et hop, on esquive. A un moment, elle a réussi à me choper par les basques, et j’ai dû boire une potion.
Comme elle se faisait de plus en plus insistante, seconde tactique, le tunnel. Elle n’y pénètre pas, et reste souvent à patrouiller devant l’entrée. Par contre, un pas en retrait de la sortie, mes tirs l’atteignent quand elle est dans l’axe. Bref, je l’ai achevée comme cela, car à force de courrir, un mauvais coup est toujours possible, et le RIP pas loin.
Bilan : 38223 mobs (22 dont 4 boss), time :3 :7 :53 (10 min) 95.166xp par hydre, mais surtout des uniques.

Seconde quête à faire dans la foulée, la femme de Nibinbor
On commence par éliminer encore quelques tigres et raptors, puis quelques chiens démons avant d’arriver au camp des ravisseurs.
Il y a toujours une belle opposition à l’entrée.
Une fois le premier barrage franchi, nettoyage du pourtour avant de revenir à l’entrée de la seconde enceinte. Un boss virulent (Blek), les centaures en action.
Une fois dans la place, continuer le nettoyage du pourtour, le camp principal avec son boss infernal (Barmanu) et son escorte de chamans lui régénérant la vie demandant toute notre attention. Inutile de se faire canarder en plus par quelque retardataire.
En faisant le tour, Bramanu a décidé de faire une sortie pour attaquer les centaures. Et pendant qu’il s’occupe d’eux, moi je m’occupe de lui. Plus qu’un centaure avec un tout petit trait rouge, cela va être juste.
Bon, Barmanu out !
Le reste est alors simple, que des chamans dans le camp, qui se régénèrent mutuellement. Donc, l’un après l’autre.
Et libération de la femme de Nibinbor (500.000 XP)
Bilan : 38378 mobs ( 155 dont 2 boss), time :3 :8 :17 (24 min)

De puis cet endroit, il est facile de remonter directement vers le plateau central dont la route principale fait le tour. Il faut repasser par l’entrée du camp, revenir sur la route, et au premier croisement sur la droite tourner. On y trouve essentiellement des bêtes, la caverne des Yétis, et la dernière quête de Fulia. L’autre avantage est de pouvoir faire un peu le ménage sur la route en contre-bas qui en fait le tour. On peut presque sans risque y éliminer jusqu’à 3 boss, toujours cela de fait. Les 2 filles du cataclysme sont toujours accessibles, Froz pas toujours, cela dépend de son humeur.
Pour Wromthrax, il faut du champ. Donc, bien dégager autour des oreilles (heu, non, autour du rond-point) car il ne faut pas de mauvaises surprises. Heureusement, il y a des arbres et des rochers pour se protéger un peu, mais il est très très toxique.
Plan défini, plan appliqué.
Après un retour au village pour chercher le bâton (vous ne croyez tout de même pas que je me balade avec un truc aussi dangereux sur moi à cet endroit !), on y va :
Time : 3 :8 :32.

Très très difficile. Sa vie descend très lentement, sa mana pas du tout malgré l’impie et il lance des sorts de sang redoutables qui vide ma vie comme jamais, genre sang d’Ares. Inutile de vous dire qu’il faut rompre à grande vitesse, et boire immédiatement. Ce boss est une horreur. En plus, pratiquement intouchable, avec des dégâts encaissés ridicules.A un moment, j’y étais presque, et paf, RIP avec son sort de sang, pas eu le temps de me sortir de la zone.
Il va falloir tout recommencer, car je le connais, il récupère toute sa vie si on quitte la zone.
Time : 3 :8 :55 (23 minutes pour rien)
On y retourne. Même tactique, essai du parchemin du vampirisme histoire de le fatiguer un peu.
Et repaf, il m’a encore eu avec son sort de sang d’Ares contre lequel je suis rapidement dépassé. Time 3 :9 :8 (13 minutes)
2° Rip avec lui, c’est trop.
Tant pis, aux grands maux les grands remèdes.
Je commence par le chatouiller un peu, mais ses sorts de sang reviennent de plus en plus souvent, et cela suffit. Fléau, plus parchemin de la destruction = -16.000 de vie à vue de nez.
Je continue à le harceler, mais sa vie ne bouge pas neaucoup, un tressaillement à peine.
Et de nouveau, je cours comme une folle pour m’éloigner le plus possible de lui, ma vie en dépend. Et ce sort de zone est largement plus étendu que ce que l’on voit !
Allez, de nouveau fléau et parchemin de la destruction = même résultat.
A force de tourner autour de lui, en passant près de lui, les centaures l’ont attaqués. Enfin, je suis dans son dos, et il ne s’occupe pas de moi.Et j’ai pu le canarder 1 minute, avec un peu de vie enlevée. Naturellement, ce genre de situation avec lui ne peut durer éternellement, car il relance un sort de sang sur les centaures.Et je suis éclaboussée, donc obligée de fuir.
Vu ce qui lui reste de vie, je dois être bon. Fléau, dernier parchemin de la destruction et il est enfin à terre.

Il y a tout de même un problème avec ce boss, un peu comme Ruk en normal. C’est de loin le plus difficile du mod, et sans astuce possible pour le vaincre. Il parait plus solide que Sashimi, pratiquement intouchable avec un bâton, avec des résistances démesurées, et des sorts de zone dévastateurs. Le seul autre dans ce genre est le symbiote, mais c’est au Kizur, et il est touchable, lui.
Bilan : 3 :9 :14, soit 42 minutes, 2 RIP, et 3 parchemins de la destruction.

Aller, vite, un petit tour au village, puis Fulia.
Et Oddontrix en passant, en plus du boss du bois.
Augmentation des résistances foudre-saignement.

Ceci fait, on y retourne. Enfin, le jeu a planté.
Donc, on va repartir du village. Vérification des résistances : saignement 0%, vitalité 120%, qui est retombée à zéro par la suite. Je ne comprends pas.

Retour dans la vallée de malheur.
Cette fois-ci, on va faire classique, le plateau par en haut directement en ne faisant pas de quartier. Et on refait les filles du cataclysme, et cette fois-ci, Froz est là.

La grotte du yéti
Parce qu’il faut la faire, pour les boss.
Début : 38551 mobs, time 3 :9 :36
Fin : 38601 mobs (50), time 3 :9 :46 (10 min)

La suite du plateau, on redescend sur la route en dégageant le passage, et on arrive au restpoint
38809 mobs, time 3 :10 :6
2 boss, Kriss sur le chemin, et la mère de la décomposition en contrebas, juste au passage secret.
38864 mobs, time 3 :10 :12
5 boss plus tard, et des coffres explorés, on repart ;
38969 mobs, 3 :10 :30 (18 min)

La suite, je n’ai rien négocié. Fâchée depuis Wromthrax, cela a été pas de quartier, on regarde juste par terre de temps en temps, et on avance. Dorm a été tout surpris de cette attitude, un a attaqué presque dans le haut des vignes, l’autre était à sa place.

Bref, arrivée au portail :
39244 mobs, time 3 :10 :49

Total de la vallée seule sans l’hydre, ni la quète de Nikky, ni Wromthrax :
850 mobs dont 9 boss, 1 heure 35 min.

***************************************

« Ce n’est pas possible d’être aussi têtue, pire que ta mère ! »

Oh, non, ce n’est pas vrai, il m’a retrouvée !

« Que t’ai-je donc appris durant toutes ces années, est-ce ainsi que tu appliques mes enseignements ? Tu me fais honte ! Tu es indigne d’être un druide ! Je ne sais pas ce qui me retiens de…. »

Oulàlà, il va me tuer, il est plutôt pas content du tout…

« Mais qu’est ce que j’ai encore fait ? », osais-je lancer, en me demandant quelle punition il allait m’infliger et surtout pourquoi.

« Je t’ai dis cent fois d’utiliser ton coffre, avec tout ce qu’il contient, surtout face à ce genre de monstre tout droit sorti des enfers. Et bien non, tu y va comme ça, tranquillement, sans garde robe digne de ce nom, et pan, 2 RIP. Et bien, ma petite, c’est bien fait. On ne veut pas écouter son vieux Merlin, et voilà le résultat. Et en plus, utiliser tous tes parchemins d’extrême urgence, pour un petit monstre de rien du tout, mais c’est du gâchis. T u crois peut-être que la suite va être rose-bonbon, hein ? Allez réponds, triple buse, ingrate, après tout ce que j’ai fais pour toi, qu’est-ce qu’il t’a pris ? »

« Heu, j’étais enrhumée, et la tête pas très claire… »

« C’est l’excuse la plus mauvaise que tu ais jamais inventée, un rhume, pfuit, un rhume.J’aurais tout entendu… »

« Mais c’est vrai, même qu’il est à peine fini… »

« Rhume ou pas, tu es une idiote. Et je ne veux pas d’un travail comme ça, ni fait, ni à faire. Et en plus, tu n’as rien récolté en allant voir Fulia ! »

« Mais le jeu a planté, j’y peux rien, moi, c’est pas moi ! »

« C’est ça, c’est l’autre maintenant, c’est l’autre qui est mort 2 fois, a utilisé plusieurs paires de centaures et 3 parchemins de la destruction, a bu de dizaines de potions, et n’a finalement rien ramené. Tu es LA MEN TA BLE !»

« Mais qu’est-ce que je pouvais faire, moi, j’ai toujours eu horreur des dragons, et celui-là, tout noir… »

« Une seule chose, tu recommences. Et depuis le début.
GRANDE GAIA, écoutes ton serviteur, écoutes sa prière pour une pauvre écervelée qui n’en fait qu’à sa tête (qu’elle n’a pas bien sur les épaules d’ailleurs), renvoie la refaire son parcours d’initiation qu’elle a lamentablement loupé si elle le mérite, toi qui sait tout Oh GRANDE GAIA !, exhausse ton serviteur !»


J’ai eu comme un vertige, tout s’est brouillé autour de moi, et je me suis retrouvée au village.
Le portail de la forteresse est de nouveau inaccessible, et d’après Kavon, on est hier.
Toujours aussi bon, mon vieux mentor, il m’a renvoyé un jour en arrière..

Bon, voyons voir ce qu’il y a dans le coffre, oui, ça ira bien, et ça aussi, et puis ces bijoux là.
Je les mets de côté pour le monstre, je garde le reste de l’équipement pour l'instant, il allait très bien.

Allez, on rappelle les copains, et on y va.

Départ 38201 mobs, time :3 :7 :42.

La vallée
Tout est noir. Il faut tout refaire.

L’Hydre
Après le petit nettoyage en rêgle de la zone, on arrive dans l’antre de l’hydre.
La première attaque les centaures, j’en profite. Et d’une.
La seconde, c’est une habitude, me vise moi. Donc, le tunnel, et hop, bien à l’abri, une hydre grillée.
Ramassage.
Fin : 38233 mobs (dont 4 boss), time :3 :7 :52 (10 min)

Allons délivrer Nikky.

On prend la route, quelques chiens démons, et à droite toute.

Le Camp
Pas de détail. Je ne veux pas décevoir Merlin, maintenant que je sais qu’il me surveille.
L’entrée, le tour du camp, la seconde entrée, Blek qui saute sur les centaures, et il ne reste plus que le centre.
Je m’approche, Barmanu arrive, et gesticule. Attention, danger, avalanche.
Une fois celle-ci passée, j’y retourne. Barmanu ressort, je recule un peu derrière les centaures auxquels il s’attaque. Moi, tranquille, je l’envoie outre.
Le problème avec les centaures, c’est qu’ils foncent toujours dans le tas, et moi, j’ai toujours un peu de mal à les suivre.

Nikky sauvée, 38377 mobs dont 2 boss, time :3 :8 :10 (18 min)

On ressort du camp, on revient vers la route, on la suit sur 20 m, quelques squelettes, et on tourne de nouveau à droite.

Que des bestioles, des tigres et des raptors.

Une fois le coin tranquille (et 2 filles du cataclysme en moins), on retourne se préparer au village :

Le beau casque de Maman: un bouclier d’Hypnos, des bracelets d’archimage pour accélérer le mouvement, une marque du seigneur et une bague de MuRong aux doigts, et voilà, je suis parée, du moins je l’espère.
Et 6 points dans la dextérité, cela faisait un moment que je les avais.

Total : 80 % de résistance partout, 127% au saignement, 61% à la vitalité, 111 % de protection d’énergie, 66% à l’étourdissement, 65 % aux perturbations.
Et 448 de capacité offensive, et 813 de défensive.
Avec 5551 de vie et une régénération de 146,30, cela devrait aller.

Heu, je me demande quand même si je n’y suis pas allé un peu fort avec tout ça. Mais Merlin m’a bien dit d’utiliser ce qu’il y avait dans le coffre, alors….

Arrivée à Wromthrax 38421 mobs, time :3 :8 :22.
Je l’invoque, et prend immédiatement du champ, car je me méfie, j’ai de très mauvais souvenirs à effacer.
Il est là, je me lance, et recule dès que les centaures l’attaquent, les braves.
ET alors là, Wromthrax lance une boule de feu, puis voile d’ombre, chaos élémentaire, larmes de sang d’Ares, en continu. Ma vie ne descend pratiquement pas, à peine un tressaillement, juste un chaos élémentaire à un moment. Je peux enfin le canarder, et je ne m’en prive pas.
Les centaures en prennent plein les mirettes, les pattes, la tête, mais tiennent bon. Ils se régénèrent mutuellement et résistent vaillamment, un vrai plaisir.
Et finalement, malgré mes DPS devenus presque ridicules, RIP du monstre.
Je regarde le temps, et n’en crois pas mes yeux : 3 :8 :24 ! 2 minutes, il n’a tenu que deux minutes, et ni potion, ni centaures.
Mission accomplie, j’en connais un qui va être content, même s’il ne me le dira jamais.

Donc, toujours un seul RIP maintenant, et toujours mes trois parchemins de la destruction.
Les jeunes disent que les vieux sont fous, les vieux savent que les jeunes le sont.

LILITHPEDIA at :
http://ferrovipathe.free.fr
Avatar de l’utilisateur
ferrovipathe
Annihilateur de Rats
 
Messages: 586
Inscription: Jeu Fév 14, 2008 10:12 am
Localisation: Fresnes (94)

Messagepar ferrovipathe » Mar Nov 23, 2010 9:05 pm

Journal intime de Clématix

Allons donc voir Fulia, après avoir repris l’ équipement d’origine, sinon ce ne serait pas drôle.
Comme toujours, un peu d’opposition en chemin, et pourquoi pas de nouveau Oddontrix
Cette fois-ci, Fulia me donne bien +20% électricité et +20 % saignement.

Nous repartons à la conquête de la vallée d’Hudra.
Je vais résumer sobrement : le plateau d’abord, par le fond.
Départ : 38435 mobs, time 3 :8 :41

La grotte du Yéti
Départ : 38558 mobs, time :3 :8 :44
Arrivée : 38586 mobs, time :3 :8 :54

Suite du plateau, puis la route en éliminant tout jusqu’au Restpoint :
38810 mobs, time 3 :9 :13

Le passage secret
Départ : 38863 mobs, time :3 :9 :22
Arrivée : 38964 mobs, time :3 :9 :38

Poursuite et fin de la vallée jusqu’au portail :
39219 mobs, time :3 :10 :3

Donc la vallée, avec yétis et passage de l’ancien monde, de portail à portail :
774 mobs (dont 9 boss), time : 1h 22 min. Et 4-5 potions, les 2 boss yétis ayant attaqué cette fois-ci ensemble, ce qui rendu le combat un peu plus compliqué.
Les jeunes disent que les vieux sont fous, les vieux savent que les jeunes le sont.

LILITHPEDIA at :
http://ferrovipathe.free.fr
Avatar de l’utilisateur
ferrovipathe
Annihilateur de Rats
 
Messages: 586
Inscription: Jeu Fév 14, 2008 10:12 am
Localisation: Fresnes (94)

Messagepar ferrovipathe » Mer Nov 24, 2010 9:03 pm

Journal intime de Clématix

La forteresse
Bilan, puisqu’il n’y a pas grand-chose à raconter, sinon prudence et avance assez lente vu le nombre de mobs apparaissant sous nos pieds au niveau des remparts.
Bilan :
Départ : 39219 mobs, time : 3 :10 : 5
Restpoint : 39359 mobs, time : 3 :10 :24
Fin : 39419 mobs, time : 3 :10 :32 avec les 2 boss.(27 min)

Arrivée au Schéol à 3 :10 :36. Les 2 protecteurs planqués sous le chemin, je n’ai pas essayé de les avoir à coups d’éclair plus d'une fois ou deux.

LeSchéol occidental : RAS. Parcours linéaire et obligatoire.
Fin : 39599 mobs, time : 3 :11 :3 (31 min)

Le Schéol oriental :
J'ai quitté le jeu à l'arrivée, puis l'ai relancé. Cela permet de valider l'éclairage de la première carte en cas de plantage, et il n'y a plus rien à faire dans celle-là, en dehors de revenir voir Lord Gudafray à la fin, ce qui est full safe.

On remonte directement vers le village, passage au LVL 63 et La chambre de la Mort :
39676 mobs, time 3 :11 :19 (1 minute) (merci encore Alan pour le truc de passer le long du mur de droite).
Passage du pont le plus en bas, nettoyage de la zone, aller retour à l’asiatique pour activer la fontaine, et retour à l’oriental.
Retour windows brutal à l’approche du pont du haut. (Pourtant, j'étais prévenu !)

On redémarre de l’asiatique, et moment très chaud, car attaque massive, sans pets, sans activation des améliorations. Dieu merci, le perso est assez solide pour supporter le choc, mais une potion quand même. Il faut dire que 4 scarabées, 3 pengs, et 5 vers, tous jaunes, cela fait beaucoup beaucoup, car on finit par ne plus savoir où donner du bâton. Heureusement que celui-ci est du traître, ce qui a permis de compenser les dégâts subis en attaquant tout le temps.

On se réarme, bonjour les pets, et retour à l’oriental, où j’évite soigneusement le pont du haut, une fois suffit
Naturellement, toute la carte est noire. Donc, rebelote, la zone au-delà du pont, puis tout le reste en traversant le village au pas de course, puis en éclairant tout jusqu’au démon blanc. Pas la peine de refaire ce qui a été déjà fait.
Fin de l’Oriental : 39676 mobs, time 3 :11 :38 (37 min)

Passage directement au Schéol du Nord
On remonte, activation des fontaines au passage, et un cauchemar.
Puis, directement Sashimi technique Ferro, histoire d'avancer. Il ne prend que 10% des dégâts envoyés (ce qui veut dire 80% de résistance sur tout).
Une fois ce monstre éliminé, on finit de nettoyer toute cette carte, activation de la dernière fontaine, et on retourne vers l’asiatique.
Bilan : 39872 mobs, time :3 :11 :55 (17 min)

Le schéol asiatique
Je connais par cœur : on remonte depuis l’arrivée jusqu’au pont, puis on descend sans visibilité jusqu’aux cauchemars, et on finit par tout nettoyer en remontant jusqu'à la demeure du Démon blanc.
Retour à l’oriental par le nord, et on ramène le démon blanc at home par le même chemin.
39940 mobs, time : 3 :12 :7, 800.000 xp, et le parchemin.
Retour sur nos pas, et nettoyage de la zone du bas, avec un cauchemar.
Cela finit, passage du pont gardé par Arch Bork assez facile, et on passe par la droite pour arriver au village. On prend le miroir de l’âme dont on n’a plus besoin (collection), puis à droite, vers le dernier cauchemar :
950.000 XP, 2.000.000 or, 4 pts d’attribut, 5 pts de compétence.
On finit par le haut de la carte, jusqu’au passage du démon, pour activer la fontaine.
40101 mobs, time : 3 :12 :32
Retour à l’asiatique pour finir la carte.
Bilan : 40136 mobs, time :3 :12 :36 (41 min)

Et pour finir le Schéol, on repasse au Nord, et direct l’occidental pour Lord Gudafray.
Bilan : 40136 mobs, time 3 :12 :37, 1.500.000 XP, Avant-bras d’Ordu.

Total du Schéol : 717 mobs dont une majorité très large de jaunes( 3 boss), time :2 heures 1 min avec le retour windows.

Le prochain départ du jeu se fera donc directement du Passage du Démon LVL 63,5, toujours 1 RIP, toujours en EBMI.
Les jeunes disent que les vieux sont fous, les vieux savent que les jeunes le sont.

LILITHPEDIA at :
http://ferrovipathe.free.fr
Avatar de l’utilisateur
ferrovipathe
Annihilateur de Rats
 
Messages: 586
Inscription: Jeu Fév 14, 2008 10:12 am
Localisation: Fresnes (94)

Messagepar Ctrl-Alt-Suppr » Mer Nov 24, 2010 9:35 pm

Eh beh ... t'avances vite.
Pour ton perso à 115 de regen que tu passes à 145 pour certains boss ... hum, je crois que d'ici ce genre de situations, va falloir que j'emploie les grands moyens. Parce que j'suis presque toujours en mode kamikaze ... je risque de prendre cher ^^

Par contre à lire tout ça (enfin vite fait, j'essaye de pas trop découvrir par écrit) j'ai l'impression d'en être à 12 % de l'aventure :D
Et je comprends mieux pourquoi personne c'était vraiment lancé dans un récap complet ...

Longue vie à LiLith ... et à Clématix !
(mais mort aux vaches, au renvoi de dégâts et au sort d'Arès)
Avatar de l’utilisateur
Ctrl-Alt-Suppr
Administrateur
 
Messages: 5908
Inscription: Jeu Juin 29, 2006 5:33 pm

Messagepar ferrovipathe » Mer Nov 24, 2010 10:37 pm

Tu commences à comprendre pourquoi ce mod est réellement exceptionnel, long, difficile, passionnant,demandant toujours de l'attention, bref, un véritable must.
Bien que le connaissant maintenant pratiquement par cœur, nul n'y est jamais à l'abri d'un faux pas fatal, et au bout de n persos au fil des versions, c'est toujours avec autant de plaisir que l'on cherche comment faire pour avoir le moins mauvais résultat final.

Il faut néanmoins dire que le druide est exceptionnellement adapté à l'EBMI, ce qui est loin le cas de bien d'autres combinaisons.

Le Kizur, Chamoos, puis le légendaire vont être passionnants.

Bon jeu !
Les jeunes disent que les vieux sont fous, les vieux savent que les jeunes le sont.

LILITHPEDIA at :
http://ferrovipathe.free.fr
Avatar de l’utilisateur
ferrovipathe
Annihilateur de Rats
 
Messages: 586
Inscription: Jeu Fév 14, 2008 10:12 am
Localisation: Fresnes (94)

Messagepar StilTeg » Jeu Nov 25, 2010 4:18 pm

Excellent, merci Ferro d'avoir copié ici ;o)))
Ich yara at-ahdab-hadbat-u
Bashar Miles Teg
Aventure Titan Quest : Contre TyphonTounesol !
Avatar de l’utilisateur
StilTeg
Modérateur
 
Messages: 4833
Inscription: Mer Nov 15, 2006 10:51 am
Localisation: Un non-vaisseau, la-bas au milieu des Dunes d'Arrakis

Messagepar ouisticoincoin » Jeu Nov 25, 2010 7:10 pm

Josépha Garcimorine
Hotel Beau Rivage
Astéria


Chére Clématix,


Sans nouvelles depuis ton démenagement précipité, je me faisais du soucis, je t'envoi donc une petite carte postale d'Astéria où je compte bien prendre un peu de bon temps.

Les gens sont charmants, le soleil brille et la mer belle, je pense même m'autoriser bientôt une petite promenade, on me conseille la plage Ouest, il parait que c'est un endroit calme et bucolique, je verrai bien.

Sinon Wromthrax m'a aussi fait des misères en épique, un quart d'heure à le taper lâchement par derrière puis prendre mes jambes à mon cou.

Mais à chaque chose malheur est bon, j'ai perdu 40 potions, 10 kilos et maintenant que j'ai la ligne, je fais des scéances shooting pour la célèbre agence de mannequin CAS !

Ah oui, méfie-toi des Cavernes Sulfuriques au Kizur, trés lent et trés piégeux pour moi
, je n'ai pas trouvé de solutions équipements/tactiques satifaisantes, donc à revoir en légendaire.

Bon maintenant que je sais où tu loges, à bientôt et surtout bonnes vacances à la neige!

Ps: Il paraitrai qu'un lieutenant de Lilith se cacherai parmi les modos du forum, on aura tout vu !
Diviser pour mieux régner, elle ne recule vraiment devant rien cette grande manipulatrice, prend bien soin de toi !


Garcimorine.
Avatar de l’utilisateur
ouisticoincoin
Annihilateur de Rats
 
Messages: 628
Inscription: Mar Oct 19, 2010 5:06 pm
Localisation: Montpellier

Messagepar ferrovipathe » Jeu Nov 25, 2010 8:45 pm

Chère Garcimorine,

merci de ta gentille lettre, j'espère que tu te plais autant que moi dans la merveilleuse ville d'Astéria. Tu as eu raison de choisir cet hôtel, il est juste à côté de la plage, à deux pas du marché et de l'arène pour les fêtes endiablées des GO du coin. Il est vrai qu'il est très bien coté à la fois dans le guide du soudard et dans le carnet de ma chère Maman.

Et je ne peut aussi que te recommander la plage ouest pour de longues séances de jogging, elle s'y prête à merveille. Bon air marin, sable fin, de l'ombre sous les arbres, très longue ligne droite pour un sprint, tout pour plaire. Son seul inconvénient est qu'à certaines heures, le nombre de promeneurs est tel qu'il est bien difficile de courir en ligne droite. Il faut donc bien choisir son horaire, ce qui devient difficile vu le nombre croissant de touristes ces dernières années. Mais, il n'y a pas mieux dans tout Jalavia.

Wromthrax aussi m'a bien causé des soucis, mais grâce à mon mentor qui me surveille de loin, j'ai pu recommencer cette discussion, qui a été réglée en 2 minutes grâce aux tréfonds de mon coffre. Je ne peux que te recommander un équipement adapté pour aller le voir, sinon, très à cheval sur l'étiquette, il nous snobe royalement. Mais la seconde fois, mes arguments et lettres d'introduction ont été suffisants pour vaincre ses réticences bien mal fondées. Et j'ai pu, enfin, aller voir Fulia avec succès.

Amuses toi bien, Astéria est un endroit où on a toujours plaisir à revenir pour se reposer, restaurer ou s'amuser à l'arène.

Pour le suppôt de Lilith, rien ne m'étonne plus dans ce monde corrompu, tous à la quête d'un pouvoir qui ne peut que leur monter à la tête jusqu'à la faire éclater, comme ce pauvre Draken, déjà si peu gâté par la nature !

Bon, avec les copains, tu as bien devinée, on va aller faire un petit peu de luge dans les montagnes, la neige y est, parait-il merveilleuse en cette saison.

A bientôt, j'espère.

Clématix
Dernière édition par ferrovipathe le Jeu Nov 25, 2010 8:53 pm, édité 1 fois.
Les jeunes disent que les vieux sont fous, les vieux savent que les jeunes le sont.

LILITHPEDIA at :
http://ferrovipathe.free.fr
Avatar de l’utilisateur
ferrovipathe
Annihilateur de Rats
 
Messages: 586
Inscription: Jeu Fév 14, 2008 10:12 am
Localisation: Fresnes (94)

Messagepar ferrovipathe » Jeu Nov 25, 2010 8:50 pm

Journal intime de Clématix

Le passage du Démon

Redémarrage comme prévu directement ici.
Je le fais au plus vite, bien que ce soit un endroit où on puisse faire de l’Xp facilement.
Le premier bras de droite, et Ephilates. Comme il s’acharne sur les centaures, facile.
Le premier de gauche, et Thalos. Petite bêtise de ma part, voulant aller plus vite que la musique, je l’arrête au cours de son attaque des centaures par un coup de fléau. Naturellement, il me poursuit maintenant exclusivement, et réussi à me frapper. Bon, une fois, cela suffit, je reste à distance, en tournant autour de lui. Très résistant, il demande plus de temps.
Second bras à droite, et Yao, le rueur. C’est un démon, donc rapide à vaincre.
Le dernier bras de gauche n’appelle pas de monstre, donc, passage fini.
Début : 40136 mobs, time :3 :12 :37
Fin : 40182 mobs ( 3 boss), time : 3 :12 :47 (10 min)

L’antre de Draken

Je rassemble les pets, et en route, par la gauche.
L’orbe détruite, un petit tour au village pour vider les poches, soigner les centaures et enlever les rochers sur le sol. Au retour, 5 seigneurs minotaures arrivant par paire, puis le dernier.
La branche du milieu, avec trois seigneurs dragons, affrontés 1 par un. Difficile à toucher, mais avec de l’antidémon partout, quand cela touche, cela 10.000 de dégâts. :yeah:
La dernière branche, et les trois seigneurs démons au retour, qui ont la bonne idée de ne pas venir ensembles.
Et enfin, retour dans le manche du trident pour Draken. Celui-ci décide de s’occuper des centaures, et finalement résiste assez peu.
2-3 mobs qui trainent enore, et hop, terminé.
Bilan : 40312 mobs (12 boss et que des jaunes), time : 3 :13 :7 (20 minutes)
Ramassage, orbes , coffres, 5 minutes (plusieurs légendaires, dont l’impérator et son cri de la carotte qui tue, dont je n’ai pas l’usage.

Retour à la forteresse, et port d’hudra, validation de la quête de Draken, passage aux grandes terres jusqu’au portail de fin.
Bilan : 40314 mobs, 3 :13 :14

Reste le Kizur pour finir l’épique. ;)
Les jeunes disent que les vieux sont fous, les vieux savent que les jeunes le sont.

LILITHPEDIA at :
http://ferrovipathe.free.fr
Avatar de l’utilisateur
ferrovipathe
Annihilateur de Rats
 
Messages: 586
Inscription: Jeu Fév 14, 2008 10:12 am
Localisation: Fresnes (94)

Messagepar ferrovipathe » Sam Nov 27, 2010 6:09 pm

Journal intime de Clématix

Le Kizur
« Ah, le Kizur, ses neiges éternelles peuplées de Gentils Organisateurs organisant des feux de camp, des démonstrations de feu de St Elme, et de longues courses et glissades dans la neige. »
Le guide donné à Astéria est alléchant. Un petit tour à la montagne nous fera à tous le plus grand bien, à respirer à pleins poumons le bon air vivifiant des sommets, ce qui nous changera un peu de l’air méphitique du Schéol.
Pouah ! Rien que penser à l’haleine de Draken, j’ai encore un haut le cœur. Beurk, il doit avoir une sinusite ou quelque chose comme ça, il devrait consulter un rebouteux.

Allez, les copains, remuez-vous ! Non, la pizza, c’est fini, il n’y en a plus, du dessert non plus. Allez, on se bouge, non mais, vous allez engraisser à ce régime là ! Et puis mettez un pull, un bonnet, il fait froid là haut. Moi, je mets mon Bouclier d’Hypnos sur la tête, d’abord il est fun avec toutes ses petites bandes vertes qui s’agitent dans le vent, et en plus, il me protège bien les oreilles.

Certains matins, c’est plutôt dur avec eux, ont pas envie.

Une demi-heure plus tard (la nymphe avait encore des problèmes de maquillage), on est reparti.

Les falaises
départ 40314 mobs, time 3 :13 :18
Il suffit de partir du restpoint de Kolopos, aller sur la droite jusqu’à la falaise, et remonter vers les balises au sol. C’est une sorte de contrat avec les bestioles du coin, personne n’attaque.
Activation de l’entrée, et un centaure, encore un, se chope une bestiole pour jouer. Naturellement, d’autres rappliquent, puisque le contrat est rompu, et le second s’y met aussi, puis tout le monde. Mais qu’est-ce qu’ils ont dans la tête, on a le droit de passer, pas la peine de leur taper dessus. Ah, je vois, vous n'êtes pas content de sortir de bon matin du lit, et il faut que vous passiez vos nerfs sur quelqu'un.:oops:
Bon, personne ne veut m’écouter, j’y vais aussi pour dissiper le malentendu.
Bernique, barrière de la langue, ils sont tous fâchés, et les kozuals arrivent.
Et voilà comment on gagne une bagarre gratuite avec ces loustics.
Finalement, je lève le quiproquo, un peu tard pour certains comme les kozuals, tout aplatis.

Pour une fois, ce n’est pas de ma faute, j’ai tout fait pour qu’ils n’attaquent pas, mais ils ont rien voulu entendre. Moi, j’y suis pour rien. :ange:

Ca y est ? Vous êtes calmés ? On peut y aller ? Je vous jure, pire que des gamins de temps en temps, toujours prêts pour une bêtise.
Et puis, c’est malin, 2 minutes d’inattention et hop, la trousse à pharmacie. Et puis félicitation, tu as encore troué ton justaucorps. J’en ai assez de passer mes soirées à repriser les affaires de Monsieur.
Tu vas rester comme ça pour la peine, tans pis pour toi. Et pas la peine de chouiner!

On finit donc par entrer dans la grotte des aiguilles
40344 mobs, time :3 :13 :27
Ben, on croyait être tranquille pour ces vacances, mais avec le raffut devant l’entrée, toutes les chauves souris étaient réveillées. Et une chauve souris réveillée au milieu de son sommeil, c’est de méchante humeur.

Arrivée au Restpoint de l’ascension du Kizur :
40390 mobs, time :3 :13 :27
Flûte, en cette saison, le gibier est rare, et les loups affamés.
Cela réchauffe quand même, un peu d’exercice dans cette neige.

Les Marches du Kizur
40458 mobs, time 3 :13 :32

Et on arrive aux pistes de ski, la fontaine du col de Doiran
40498 mobs, time :3 :13 :38
Les GO sont là, ils nous attendaient pour commencer les jeux. Et ils y mettent beaucoup d’ardeur.
Les curties sont les spécialistes des feux de camp, et aussi à l’occasion, de renvoie de dégâts. Tiens, je ne m’en souvenais pas, pas écrit dans le guide, c’est sans doute une nouveauté. (1 potion)
La fête bat son plein, et augmente encore d’intensité lorsqu’on a pris le remonte-pente : des éclairs, des gerbes de feu, de tout en pagaille.
Un seul problème, ce sont quand même des amateurs, les centaures se sont retrouvés en slip, les habits tout brûlés. Plus de problème de reprisage maintenant, mais il faut leur racheter une tenue complète. C’est coûteux au possible, les vacances d’hiver, un piège à touristes.
Tiens, le responsable des festivités, je vais lui en toucher un mot, moi, des tenues presque neuves, il ne faut pas exagérer.
Le ton est monté, il est très soupe-au-lait. Mais finalement, il m’a donné une belle pierre en dédommagement.
Un peu plus haut, un second responsable, sans doute financier, pas d’accord avec la transaction. Là, c’est moi qui me suis fâchée : « si c’est comme ça que vous accueillez les touristes, attendez de voir la publicité que je vais vous faire quand je vais rentrer à la maison en parler à ma mère …»
Je ne savais pas qu’elle avait une telle influence après toutes ces années, car non seulement, il m’a donné une autre pierre, mais aussi le contenu de plusieurs coffres.
La négociation il n’y a que ça de vrai, me dit toujours papa, l’important n’est pas de vendre, mais de bien savoir acheter. Comme toujours, il a raison.
Une bande de petits scouts a voulu jouer un peu avec nous, mais pas longtemps. Ils fatiguent vite.
Et on est arrivé au restpoint du col, avec la dernière fontaine du jeu :
40661 mobs (2 boss), time :3 :14 :6 (28 min)

Il parait qu’il faut aller demander au responsable du syndicat d’initiative la suite des festivités du jour.
Mais quel sale caractère ! Visiblement, on le dérangeait ! Il nous envoie promener, mais pas au sens propre. Non, mais j’ai payé les entrées, moi, je veux pouvoir aller là où on s’amuse !
Rien à faire, « plutôt me passer sur le corps », et il appelle un videur, déclenche l’alarme incendie, tape du poing sur la table à tout faire trembler. Et oh, il va falloir se calmer, mon gars, je suis patiente, mais il y a des limites, et on ne parle pas ainsi aux clients.
Rien à faire, têtu comme un âne, et encore, avec une carotte, avec celui-là, on peut y arriver.
Finalement, il a décrété un mal de tête, et nous a envoyé sa secrétaire. Une harpie, elle a claqué mes pets, « sales morveux, allez au lit » et a commencé à vouloir m’arracher mon bonnet, « c’est pas le genre de maison, une tenue décente ma petite, et mettez au moins une jupe qui couvre votre nudité ».
Ma tenue ne la regarde pas, je m’habille comme je veux : « Vous êtes pas ma mère, rien à cirer… »
Je ne vous répèterai pas les noms de volatiles divers et variés que nous nous somme adressés, mais elle avait un langage plutôt fleuri.
Et on en est venu aux mains. Elle a complètement pété les plombs, et a voulu m’arracher les yeux, et le reste, et me "débarbouiller la figure, gourgandine dévergondée".
Comme j’étais toute dépenaillée, et décoiffée, je suis allé me refaire une beauté un peu plus loin, et rappelé les copains.
Jamais été traitée comme cela, mais elle se prend pour qui, celle-là.:ranting:
Un parchemin du vortex, les centaures qui la ceinture, et hop, elle m’a remboursée les places, non mais.
40690 mobs, time :3 :14 :18 (12 minutes)

Il y avait un dépliant sur le comptoir, des tickets de jeux pour les pets, un spécial pour moi, et deux pour tout le monde.

Ces jeunes, impatients comme toujours. Alors, on a fait la caverne blanche
Des gros nounours tout poilus, et de beaux oiseaux tout blancs, ils ont été ravis, un peu frigorifiés par moment, mais ravis.
Au fond de la caverne, un restpoint
40736 mobs, time :3 :14 :28.

Ces gamins, ils ne s’en lassaient pas, et ils ont voulu tout faire.
Fin de la caverne blanche :
40780 mobs, time : 3 :14 :41 (23 minutes)

Et le clou de l’attraction, un yéti géant. Une minute, cela a suffit.

Bon, vous vous êtes bien amusés, maintenant, allez donc goûter à Astéria. Mais si, je peux me débrouiller toute seule, c’est pour moi. Bon d’accord, venez si vous voulez, mais vous allez vous ennuyer, c'est pour les grands...

La caverne sulfurique
Restpoint : 40800 mobs, time :3 :14 :46
C’est un endroit pour les magos. Des gars sympas qui vous jettent des sceaux d’eau à la figure, ou des boules puantes depuis des passerelles, que des trucs marrants.
J’en étais sûr, au bout de 3 minutes, les pets sont rentrés pour un bon gueuleton.
Moi, cela m’amuse. Je suis restée très enfant (mais ne le dites pas), cet endroit m’inspire. Il y en a qui le détestent, moi, c’est le contraire. On a toute la place qu’il faut pour pouvoir s’exprimer. Et je sais être artiste à mes heures.:p

Tous les clowns étaient repartis dans les coulisses avant que je ne monte sur les passerelles, à l'exception de quelques retardataires.

Arrivée au restpoint du champ de pierres à 3 :15 :18 (32 min)
Je rappelle les pets, c’est un jeu familial, avec de drôles de petits bonshommes apparaissant d’un coup. Pas très solides, ni très virulents, je résiste seule à 5 jaunes à la fois, c’est dire.

Arrivée à l’abbaye du sang :
41015 mobs, time :3 :15 :27
On arrive dans les choses sérieuses. D’ailleurs, la nymphe est rapidement rentrée à la maison.
La spécialité du coin, c’est le joueur au sang, avec ou sans pomme dans la bouche. Il ne faut pratiquement jamais rester en place, car 4 jets de sang en même temps = plus qu’un cheveu de vie. J’ai dû reprendre mes boissons, et sans modération, car des moines jaunes, il y en a un paquet, pouvant attaquer en meute d’une petite dizaine si on n’y prend pas garde.
Arrivée au Restpoint :
41069 mobs, time :3 :15 :41.
C’est un des endroits les plus mortels du jeu, car il est gardé en EBMI par 6 à 8 moines.

Finalement, on a pu entrer dans la crypte.
On souffle un peu, des barres chocolatées pour tout le monde.
41091 mobs, time :3 :15 :45
Dans la pièce suivante, l’Alfe Noir.
J’ai remis l’impie de feu, car il est du genre costaud, et surtout susceptible au possible.
Même avec sa mana à zéro, il continue à balancer des roches en fusion. Vieux, mais pas chenu.
On peut se mettre dans l’encoignure de la porte si on veut pour limiter les dégâts, mais là, cela me chatouillait à peine.
Et finalement, la dernière pierre, et l’anneau de Gate.
41097 mobs, time 3 :15 :49

Reste la dernière attraction, le grand huit, euh non, le Kurgan.
Départ : 41097 mobs, time :3 :15 :52
Activation des pylônes d’aide avant toute chose, puis aller saluer l’adversaire. Il n'y a pas de raison de ne pas être poli. :jap:
Revenir entre les pylônes, et attendre l’attaque.
On y est, le manège démarre dans une gerbe d'étincelles, ils font bien les choses.
Attention, tant que sa mana n’est pas à zéro, le Kurgan renvoie les dégâts.
Après, il est tout mignon, coincé par les centaures.
Arrivée : 41098 mobs, time :3 :15 :54 (2 min, c'est trop court), plus 20% de CO.

Fin de l’épique
, pas loin du LVL 64.

PS : Il parait qu’un autre Grand Maître démoniaque déambule vers le plan des morts.
C’est intolérable.
Il faut l’en chasser, Jalavia ne pourrai pas supporter encore d’avantages de dégâts.

Chamoos

Départ à :
41098 mobs, time 3 :15 :57, lvl 63,96%
Long, difficile, que des boss de niveau élevé, de nombreuses paires de centaures, et plusieurs potions de santé.
Un constat relativement nouveau pour moi, le grand Maître ne devient réellement sensible aux dégâts qu’on lui envoie que lorsque sa mana est à zéro (impie tout du long, c’est plus long, mais plus sûr ;) ) ce qui est classique, ET lorsque ses familiers surmontés d’un éclair noir ont été éliminés. Avant cela, il conserve son bouclier.
Il y a un lien entre eux et le Grand Maître, et on entend nettement tomber un bijou invisible lorsqu’on les élimine.
En tout cas, lorsqu’il est seul et sa mana à zéro, son bouclier disparaît et il est enfin vulnérable, un peu long à faire, mais vulnérable. Et il arrête de lâcher ses chiens qui viennent nous mordiller les mollets sans arrêt.

Clématix est donc devenue la nouvelle maîtresse de Chamoos en Epique.
41223 mobs ( plus de 120 boss), time : 3 :17 :0, soit 1 heure 3 minutes, LVL 64,61% :yeah:
Les jeunes disent que les vieux sont fous, les vieux savent que les jeunes le sont.

LILITHPEDIA at :
http://ferrovipathe.free.fr
Avatar de l’utilisateur
ferrovipathe
Annihilateur de Rats
 
Messages: 586
Inscription: Jeu Fév 14, 2008 10:12 am
Localisation: Fresnes (94)

Messagepar ouisticoincoin » Dim Nov 28, 2010 3:13 pm

:miaw: Bravo Clématix, champagne et petis fours ! :beer: :clap:

A ta santé et surtout pleins de bonnes choses pour le légendaire ! :yeah:
Avatar de l’utilisateur
ouisticoincoin
Annihilateur de Rats
 
Messages: 628
Inscription: Mar Oct 19, 2010 5:06 pm
Localisation: Montpellier

Messagepar ferrovipathe » Lun Déc 13, 2010 8:30 pm

Journal de Clématix.

Légendaire




Ah, les vacances ont été bonnes. J’étais partie dans un petit village en Grèce pour me reposer des affres de Jalavia, et patatras, des monstres qui commencent à tout saccager.
Naturellement, j’ai prêté un petit coup de main, et me voilà embarquée à travers le pays, puis la Crète, puis l’Egypte. C’est pas croyable ce que ces monstres ont pu faire comme dégâts, heureusement les pyramides étaient presque intactes.
Le tour opérator m’avait réservé une surprise, les jardins suspendus de Babylone. Certes, encore des bestioles partout, mais qu’ils étaient beaux, jusqu’à ce qu’un voleur éventre un des temple et s’enfuit avec son larcin. Naturellement, il a fallut le poursuivre jusqu’en Chine !!!
Et comme si cela ne suffisait pas, de gros vilains s’étaient échappés de prison. Encore du boulot pour moi !
Je croyais être tranquille en revenant en Grèce, et bien non, un mafioso avait lâché ses sbires pour essayer de renverser le gouvernement. Jusqu’au bout du monde il a fallu que j’aille le chercher pour lui tirer les oreilles jusqu’à terre. Bref, je me suis bien amusée.

De retour à la maison, il paraît que Lilith a remis cela !

Elle n’est pas tenable, à peine tancée de belle manière, elle recommence ses turpitudes !

Et voilà, les vacances sont bien finies. Mais cette fois-ci, c’est la bonne. Lilith ne recommencera plus, j’y mets un point d’honneur.

Départ village, équipement revu à la hausse.
41223 mobs, time 3 :17 :4 .

La Grèce, c’était vraiment des vacances. Ici, cela cogne plus que dur, rien que le fracas des charges de sangliers jaunes dans l’armure annonce la couleur. Mais je tiens bon, les centaures aussi.
La forêt se fait assez vite. Seuls les jaunes sont vraiment costauds, de vrais durs dans tous les sens du terme.
Alors que les boss en Grèce sont presque passés inaperçus, ici, ils se font bien remarquer.
Arrivée au premier restpoint à 3 :17 :38, 41538 mobs.
Dans le souterrain sinistre, des araignées violettes ! Je ne me rappelai pas qu’il y en avait là !
Mais tout va bien, on avance tranquillement, seuls les centaures sont parti un peu avant la fin.
Fin du souterrain :
41910 mobs, 3 :18 :12.

(Ps: je me suis faite arnaquée d'une caméra par un vendeur ambulant pendant les vacances ! Les films des boss vont venir !)
Les jeunes disent que les vieux sont fous, les vieux savent que les jeunes le sont.

LILITHPEDIA at :
http://ferrovipathe.free.fr
Avatar de l’utilisateur
ferrovipathe
Annihilateur de Rats
 
Messages: 586
Inscription: Jeu Fév 14, 2008 10:12 am
Localisation: Fresnes (94)

Messagepar Kurohito » Lun Déc 13, 2010 8:38 pm

Tes aventures, toujours racontées avec humour, m'avaient manquées :yeah:
Avatar de l’utilisateur
Kurohito
Chasseur de Gobelins
 
Messages: 722
Inscription: Ven Juin 27, 2008 8:50 am
Localisation: Tours

Messagepar ferrovipathe » Jeu Déc 30, 2010 9:42 am

Journal de Clématix

Départ : 41910 mobs; time :3 :18 :17
La conquête des highlands :
On pense généralement que les vacances servent à se ressourcer, que nenni ! Si je me suis bien amusée pendant mon séjour en Grèce et ailleurs, le retour à Jalavia est un peu difficile. Les muscles ont perdu leur endurance et fatiguent plus vite, l’esprit n’est plus aussi affûté, à cause des « mauvaises » habitudes méditerranéennes (sieste à cause de la chaleur, soirées festives et tardives au bord de l’eau, nourriture à base de fruits, légumes, poissons, volailles, fromages, arrosée d’huile d’olive et de vin), bref, je me suis ramollie. Maman me l’a toujours dit, pour être forte, il faut manger de la « vraie » viande, de la sauterelle pour les jambes et surtout les cuisses, de l’homme-bête pour les bras, de l’oiseau (sauvage !) pour la vitesse et l’entretien d’une vue perçante, du saurien pour la puissance, du démon pour affuter son esprit. Sans compter sur les recettes de papa, pas celles de la Belle Poularde, non celles qu’il a inventées pour maman : le consommé de squelettes qui renforce l’ossature, l’huile essentielle de peau de crocodile et de harpies qui durcit la peau tout en la maintenant souple et douce (celle-là, il la vend très cher, surtout aromatisée à l’huile d’olive que je lui ai ramenée de mes vacances), et la décoction d’écailles de dragon, mauvaise au goût, mais qui renforce l’agilité et la souplesse.
Bref, rien de ce que j’ai mangé pendant ce voyage.
En dehors de l’huile d’olive, mon seul souvenir est un magnifique bâton effrayant du traître niveau 47 trouvé sur les rives du Styx, ce qui n’est pas la porte à côté, ni un endroit de villégiature.

Donc, il faut que je me réentraine, car ici, tout est plus dur, rapide, violent.
Rien que les oiseaux, tiens, rien que les oiseaux, ils te dépèceraient vivants en un rien de temps s’ils pouvaient. Le seul intérêt des corbeaux est que, consommés régulièrement, mais avec modération, on profite un peu de leur longévité. Sinon, avec leurs habitudes alimentaires, leur viande est médiocre, même aromatisée aux herbes des marais.
Je n’arrive d’ailleurs pas à comprendre comment ce vieux fou arrive à s’en accomoder, de ces bestioles. Il est de tout façon un peu gâteux, il perd la mémoire, rit tout seul. Accueillant quand même, mais j’ai assez de potions pour l’instant.

La tribu des hauts plateaux ne l’était pas, elle. De vrais sauvages, surtout les peinturlurés en violet (quelle idée ! Je me demande si cela brille la nuit !). Cela n’a pas été trop difficile, même contre leurs champions. Le grand prêtre, je lui ai vidé sa mana vite fait, il en était tout bête sans ses petits compagnons. Quand au grand chef, méprisant comme toujours, il n’a daigné bouger qu’en dernier, et comme les centaures l’ont interceptés (ils sont bien, mes gardes du corps), il m’a laissé sa couronne.
Fin Highlands : 42096 mobs (186), time : 3 :18 :41 (24mn)

Maintenant, il faut aller au cimetière, en passant par le passage sombre.
Des chauves souris assoiffées de sang, des vers à la morsure dangereuse, et des démons. En plus, on n’y voit rien, que quelques torches par ci par là.
Il faut avancer avec prudence, car si les chauves souris sont déplaisantes, les hordes de vers dont la peau durcie avec l’âge, passant du blanc au jaune, puis au violet, leur permet de glisser plus vite sur le sol, peuvent rapidement vous encercler. Quand aux démons, on ne les voit qu’au dernier moment, et tapent dur.
Leur chef, je l’avais repéré dans son coin, en train de méditer. Vite, de l’anti-démon ! Pas de chance, une patrouille de vers nous demande nos papiers, et les explications ont trainées.
Naturellement, le chef est venu se méler à la conversation, mais il s’en ai pris aux centaures (délit de sale gueule ?). Cela m’a arrangé, il est reparti dans son bureau.

Le chef des chauves souris a été plus difficile à trouver, tout au fond de sa grotte. Mais, même traitement de faveur.
Fin souterrain ou passage : 42490 mobs (394), time : 3 :19 :37 (56 mn)

Le chemin des morts :
On change de registre. Plus de démons, mais des morts vivants, heureusement pas très rapides, des oiseaux, et des araignées. Et des grosses qui nous bombardent à une distance supérieure à la mienne.
Une fois le chemin dégagé, les deux boss, heureusement que j’arrive à séparer. Très résistants et mauvais comme des teignes.
Après le restpoint, encore des insectoïdes, puis, que des oiseaux et des morts-vivants. Cela simplifie un peu le problème, mais pas totalement, Vax restant bien solide, manque d’anti morts-vivants oblige.
Arrivée cimetière : 42934 mobs (444), time : 3 :20 :29 (52mn)

Ah, le cimetière ! Que des squelettes, je commençait à manquer de consommé. Les copains ont voulu m’accompagner, je n’ai pas eu le cœur à les contrarier.
Cela a été assez rapide, avec une bonne récolte d’ossements, et enfin un troisième sac d’inventaire
Fin cimetière : 42996 mobs (62), time : 3 :20 :43 (14mn)

Pour le tombeau, j’ai renvoyé les centaures, je peux me débrouiller toute seule comme une grande. Une seule sorte de monstres, cela facilite la vie, et j’adore cet endroit, toujours quelque chose à ramasser pour les magos.
Une petite potion par ci, par là, et hop, le second fragment de tablette est dans la poche.
Fin tombeau : 43435 mobs (439), time : 3 :21 :26 (43mn)

Maintenant, il faut traverser les marécages, des bêtes et des plantes.
Les copains m’attendaient au village, bien ragaillardis par un bon repas chaud.
Comme toujours, des assaillants partout. On peut se retrouver encercler facilement à la croisée des cartes, avant d'aller à gauche.
Une fois le grand carrefour dégagé, c’est un peu plus simple, plus de mauvaise surprise dans notre dos.
La Grande Crado est, comme d’habitude, très surprenante. Elle fait des bonds d’une dizaine de mêtres, nous tombant dessus avec une facilité déconcertante. La première m’a même tellement surprise que j’en ai lâché ma caméra, que je n’ai récupérée que vers la fin du combat. La seconde a été encore plus aggressive, lançant des boules puantes partout, manquant de m’écraser de son énorme ventre en me tombant dessus, que du bonheur. J’ai dû rompre plusieurs fois, boire quelques potions, et défendre chèrement ma peau si douce. Mais j’ai deux descentes de lit violettes maintenant.
Et une statue au passage.

La seconde partie n’a pas été plus facile. Les bestioles arrivent en rangs serrés, la progression se fait pas à pas.
Au restpoint, petite visite à l’hermite du coin, et une petite quête en passant.

Début Mnentop : 43772 mobs (337), time :3 :22 :10 (44 min)
Ce tombeau impose de la prudence, il y a plein de guerriers agressifs et rapides, et il vaut mieux laisser les centaures s’en occuper avant de les attaquer. Tactique harcellement, pour les faire venir à l’écart séparément.
Les boss, avec l’impie, pas de problème majeur. Sans, ils peuvent être de vraies pestes, mais sans mana, ce sont presque des petits chatons.
Fin : 43824 mobs (52), time : 3 :22 :24 (14mn)

Retour aux marécages, avec une belle pierre bleue. La dangerosité de ce restpoint est connue de longue date, il y a une circulation intense dans ce coin, et y arriver directement sans avoir fait le ménage avant est mortel. J’y installerait bien un panneau danger de mort, moi.

Donc, une fois commencés, les marécages doivent être parcourus en entier, y compris l’exploration du tombeau, sous peine de très très gros ennuis en arrivant par les restpoint, cernée par une vingtaine de mobs arrivant de tous côtés.

Cette seconde partie est difficile. Tout plein de mobs venant de loin, pas de visibilité, deux boss hyper résistants bloquant le passage au milieu, pas facile donc.

Après la partie descendante et le dernier virage, les choses sont bien plus simples. Il ne reste plus que Sahia et ses sbires, redoutables certes, surtout avec les centaures repartis au mauvais moment, mais je sens l’entrainement revenir, j’ai tenu tête fièrement, et veni, vidi, vici.

Fin marécages : 44142 mobs , time : 3 :23 :0 (36 mn). Total des marécages seuls: 655 mobs, 1 heure 20. Je reste sur le rythme d’environ une petite dizaine de mobs à la minute, tout compris.

Le plan des morts :

Sans les centaures, avec un garde honoraire du tigre, et l’impie qui va bien, plus de l’anti morts-vivants.
Au trot, que dis-je, au galop. J’ai tout filmé depuis le début.depuis l’appel du passeur.

Pour les indigènes, pas de quartier. Ils ne font pas ouf très longtemps. De temps en temps, devant une dizaine à la fois, il faut bien reculer un peu, mais rien de bien méchant.
Les boss, pas très forts non plus.
Un peu après le restpoint, hop, passage au niveau suivant (65).
Je continue sans m’arrêter, quand le fer est chaud, il faut le battre !
Arrivée à la prison de Mordak, et là, si les sbires sont justes notables, le boss mérite le respect. Il balance une espèce de sort de zone, genre vampirisme, qui pompe la vie à une vitesse vertigineuse, ce qui impose de sortir de cette zone à la vitesse grand V.
Bref, la seule tactique, pénétrer dans la Plaine du malheur, commencer par se débarrasser des différents esprits qui gardent l’entrée, puis foncer vers la gauche en éliminant l’opposition et faire de la place pour manœuvrer, et tourner autour de ce boss, en ne restant jamais au même endroit très longtemps pour éviter son sort dévastateur.
Le piège dans lequel je suis naturellement tombée est de retourner vers l’entrée. Très mauvais réflexe! Et là, Bith Darr m’a coincé avec son sort en plein milieu de l’entrée. Quelle cruche, il va régénérer sa mana. Donc, une seule solution, compter sur ma vie, les potions et la régénération d’enfer donnée par la robe et cœur en traversant la zone à la course. Risqué, très risqué même, mais cela a marché. L’autre n’en est pas revenu, et hop, je le finis presque tranquillement. J’ai bien dit presque, car ce n'est pas le genre de gus à négliger.
Finalement, un très beau boss plus difficile que les autres morts vivants, imposant plusieurs potions. Et heureusement que j’avais le Tigre pour la vitesse.
(Il fait partie de l'amicale des boss anti persos par excellence, les lanceurs de sorts de zone (Wromthrax, le symbiote,...), les renvoyeurs de dégâts (Gos, Toxéus, et Drago), et les anti magos CaC sans étiquette particulière très difficiles sans les centaures.)
Une fois ce Boss abattu, surprise, c’était le dernier ! J’avais tout éliminé au passage.
Mordak m’attendait sagement dans son coin, apparemment soulagé.

Fin : 44493 mobs (351 ), time 3:23 :25 : ( 25 mn) +13 minutes complémentaires de ramassage (film oblige, je n'avais presque rien ramassé).
Les jeunes disent que les vieux sont fous, les vieux savent que les jeunes le sont.

LILITHPEDIA at :
http://ferrovipathe.free.fr
Avatar de l’utilisateur
ferrovipathe
Annihilateur de Rats
 
Messages: 586
Inscription: Jeu Fév 14, 2008 10:12 am
Localisation: Fresnes (94)

Messagepar ferrovipathe » Jeu Déc 30, 2010 10:33 am

Journal de Clématix

Mordak, tout content d’être délivré nous a raconté une histoire pas croyable de démons surgis des enfers, des armées de Lilith, de Grand Maître démoniaque à occire, tout un beau foutoir en perspective. Comme c’était un peu long, on a profité pour faire un banquet de victoire, histoire de prendre un peu de repos, et de bien manger. Important, l’alimentation, il ne faut pas croire, cela restaure les forces, aiguise l’esprit, et en plus cela fait plaisir, du moins quand c’est Papa qui fait la cuisine. Ils ne sont pas très doués, ici, dans ce petit village, mais j’ai prêté la main un peu, pour tout rendre plus acceptable. C’est mon côté popote, je le tiens de Papa.

Le lendemain, il a fallu y retourner.
Départ : 44493 mobs, time : 3 :23 :38
Le cimetière, la route d’Elendar, et le drôle de bonhomme devant un mausolée demandant de l’aide. Déjà là hier, il pleurniche de plus belle, son fils n’est toujours pas revenu de son exploration.
« Calmez vous, on va y aller, nous, le chercher. Attendez nous là ! »
Un regard pas net ce gars, tout en biais.
J’avais raison de me méfier, c’était un piège : des malandrins, une porte qui se referme derrière nous, et les gus qui nous sautent dessus. Pas de chance, la discussion a été courte, mais sévère pour eux. Et l’autre, dehors, qui a voulu nous faire la peau avec un canif. Totalement inconscient !

C’est pas tout ça, en toute pour Elendar
Premier restpoint : 44530 mobs, time : 3 :23 :52
Second restpoint : 44561 mobs, time : 3 :23 :55

Et la porte d’Elendar était fermée, il a fallu passer par le bois maudit.
Time : 3 : 23 : 59 (21 min)

Pas grand-chose à raconter. Oh, il y avait du monde, des soldats, des araignées, des oiseaux, des boss, tout ce qu’il faut. Mais je n’ai définitivement pas eu le cœur pur, et j'ai le cœur gros. C’est Maman qui ne va être contente, elle qui l’a. C’est sans doute le Rip contre Ruk la première fois qui m’empêche d’avoir le cœur pur. Je hais cet endroit, pas le cœur pur, ce n'est pas juste. Je préfère oublier cet endroit.
Fin : 44975 mobs (414), time : 4 : 0 : 44 (49 min)

Les Falaises.
Que des insectoïdes, résistants comme pas deux, et nombreux.
J’ai suivi les instructions de Maman, longer la falaise du bas jusqu’à ce qu’elle remonte au portail pour l’activer.
45054 mobs (79) , time : 4 :0 :52 (8 min)
Bien m’en a pris, plantage du jeu juste là. Sans doute une interférence avec Fraps, car au retour, le compteur avait tourné de 4 minutes tout seul (magie noire de Lilith?)

Et bien, je suis bonne à refaire toute la carte.
Départ du portail à 4 :0 :56, et arrivée au restpoint à 4 :01 :34 (38 min), 45387 mobs (333).

C’est le moment d’explorer le vieux bastion. Un bon coup d’anti morts-vivants, et en avant.
Des super tankers violets, super gros, super lents et super fragiles. Les jaunes sont bien plus rapides, et solides.
On récupère la clé, on fini de nettoyer, et en route pour les catacombes :
45497 mobs (110) , time : 4 :01 :53 (19 min).

Ah, les catacombes !
Je vais toujours à l'essentiel ici, à gauche, au plus court. Le reste est assez peu intéressant, long, avec la clé de commencement aléatoire au bout. Donc abstention.

Gos au bout, et les deux parchemins de la destruction à récupérer !

Pour ce faire, révision du matériel à la baisse, un petit bâton du Druide suffira. Mais comme il revoit les dégâts de manière colossale, sur la broche d’alliance, une anch d’Isis rajoutant 615 de vie (6549), et boostant la régénération à des sommets indécents (229,5). Et j'ai drôlement bien fait, car dans mon enthousiasme, j'ai oublié d'enlever l'icône de Zeus! Et il s'est naturellement déclenché au moment où il ne fallait pas. Ce qui veut dire que j'ai encore une fois failli me tuer moi-même.
J l'ai conservé quand même, il est assez long à se redéclencher, et je risque d'oublier de le remettre ensuite.
Ce Gos me rendra folle. Non seulement il renvoie les dégâts, mais aussi les sorts dans leur intégralité. Même rafale ! Ce qui fait que je n'arrivais plus à le viser correctement !
Déjà qu'il est difficile à atteindre, si en plus je m'empêche toute seule de le viser correctement, où va t'on ? Comment faire ? Ben au bâton, ma fille, au bâton, parce que les épées, elles sont à la maison, andouille ! Et Maman te l'a toujours dit, entraine toi à l'épée, cela peut toujours servir. Facile à dire pour une évocatrice, mais pour une druidesse.... Donc, au bâton, pas le choix
Et cela a été long, au bâton, en visant derrière lui, sans les centaures (ils se seraient faits massacrer pour rien). Mais j’ai mes deux parchemins.
45648 mobs (51), time : 4 :02 :25 (32 min)

On reprend le matériel classique, mais en changeant le sertissage du bâton, pour un sang de Furie visant la vitalité et accélérant les DPS. Cela ne sert à rien de taper fort et lentement contre des bestioles résistantes et virulentes au possible, il vaut mieux taper un peu moins fort à chaque coup, mais plus vite.

La tanière de Kolopos.
Un véritable nid de scorpions de toutes tailles et de couleurs.
Et Kolopos lui-même, toujours aussi peu accorde. Pas facile, la négociation n’a pas été simple, surtout le premier.
Fin : 45755 mobs (107), time : 4 :02 :42 (17 min).

Bon, il faut arriver à Astéria. Et, deux obstacles de taille, Tobachal.
Coup de chance, un seul à la fois.
Ben même seul, il est redoutable, car il ignore les centaures, congèle à tour de bras, frappe fort, invoque des scorpions jaunes, que du bonheur. Un accueil chaleureux, je ne vous dis que cela ! Et il m'a bien fait courir !

Finalement, on arrive au gouffre.
Je remets une amulette du Tigre, et hop, les 6 boss à la file.
Bon, je suis souvent resté un peu en retrait sur le pas de leur salle, il ne faut exagérer en termes de témérité en MIEB et Légendaire quand même, mais c’est passé !

Fin du Gouffre : 45892 mobs (137 dont 8 boss depuis Kolopos) , time : 4 :03 :13 (31 min depuis le restpoint)

Allez, on fonce à Astéria en longeant la plage, (45958 mobs, time : 4 :03 :19 (6 min)) on découvre la carte, initialise les quêtes, ouvre le portail, et on retourne voir le père de Willy au restpoint.
45960 mobs, time : 4 :3 :26.

La plage Est :
3 boss, 3 Chokan. L’attaque ensembles des jumeaux au premier camp m’a défoncé les centaures. Il a fallu que j’en prenne une nouvelle paire pour délivrer Willy.
Retour à Astéria pour un repos bien mérité :
46094 mobs (202), time 4 :3 :48 (28 min pour l'ensemble de la plage Est).
Les jeunes disent que les vieux sont fous, les vieux savent que les jeunes le sont.

LILITHPEDIA at :
http://ferrovipathe.free.fr
Avatar de l’utilisateur
ferrovipathe
Annihilateur de Rats
 
Messages: 586
Inscription: Jeu Fév 14, 2008 10:12 am
Localisation: Fresnes (94)

Messagepar ferrovipathe » Jeu Déc 30, 2010 7:18 pm

Journal de Clématix

Aujourd’hui, un gros morceau, le débarquement de la plage Ouest.
C’est long, plein de squelettes et de démons accompagnés de bêtes.
Donc, équipement en conséquence :
Impie de vitalité et arctique de la chouette avec âmes torturées anti-démons ET morts-vivants (+100% de dégâts, c’est toujours bon à prendre), toujours la broche de l’alliance avec le roi singe pour les résistances aux éléments et à l’estoc, et les armes du traître serties d'un froid du tartare et d'un sang de harpie pour la fricassée de monstres.

Départ du village à 46097 mobs, time : 4 : 03 : 49.
Appel des copains, vérification de l’équipement, et en route pour Astéria.
Visite au potentat local, déclenchement de la quête, et en avant.

Comme d’habitude pour moi, en prévision du mauvais coup du sort, je commence par faire le tour des soldats par le bas puis la gauche de la plage. Comme ça, ils forment une troupe de renfort suffisante pour un agro éventuel.
Arrivée au restpoint.
Tout de suite, la bagarre démarre, et les centaures s’en donnent en cœur joie, jusqu’à plus soif et finalement lassitude.
Cela permet de dégager un peu le départ où les squelettes sont nombreux et viennent à foison au contact.

Une fois cette première partie dégagée, je continue avec mes deux pets, plus lentement, mais plus sûrement, en gardant les centaures, pour l’instant inaccessibles, pour les gros méchants de la suite.

Une rangée d’archers avec quelques démons, puis on n’avance pas trop vite, des groupes de squelettes CàC avec des violets viennent tout seuls de loin.

Première rangée de mages jaunes, avec des troupes à l’affut derrière. Dès que l’on approche un peu trop près des mages, rafale de CàC. Il faut se méfier des mages, ils reculent dès qu’on les attaquent, et si on les poursuit, surprise, des fantassins en nombre. Il faut donc laisser l’abcès se vider à son rythme.
Le seul problème avec les squelettes est que la récupération de vie est faible, puisqu’ils n’en ont pratiquement pas. Il faut aussi penser à balayer toute la largeur de la plage, sous peine de laisser des bestioles derrière soit, ce qui est le meilleur moyen de se faire prendre à revers.

Premier gros rocher sur le bord de la plage après le restpoint : seconde vague, des bêtes et des démons, et des jaunes.
Là, retraite rapide, appel des centaures, et on fait face.
Partie moins facile : des mages, des bêtes, des démons, des squelettes, un vrai bestiaire. Les centaures font leur boulot, c'est-à-dire l’agro jusqu’à épuisement.
Une rangée d’archers, quelques bêtes, et Sorc’ui apparaît. Bonne idée, un seul à la fois. Vite réglé, il ne fait pas le poids. Un peu plus loin, des mages, quelques bêtes jaunes, et le second Sorc’ui. Pas de chance, un minotaure jaune veut me piquer la robe de Zara pendant que le boss veut me faire frire. Se planquer derrière le minotaure, lui régler son compte, puis Sorc’ui..
Après, élimination des mages.
Derrière, une rangée d’archers de siège bleus, démons peu résistants. Leur boss, double lui aussi (je suis gâtée), ne fait non plus le poids.
Du coin de l’œil, je surveille la jauge des centaures, car il y a des choses bien plus terribles plus loin.
Premier bateau et le palmier au milieu de la plage : les choses se précisent : des minotaures à foison, je les expédie un par un, pouvant résister à 2 jaunes à la fois, mais sans doute pas trois.
Quelques squelettes autour du palmier, je sens l’odeur des monstres à venir. La jauge est bonne, timing parfait.
Second bateau : ça y est, Balthazar le terrible, un amoureux inconditionnel de Maman, malheureusement adorant l’ail, et donc très très fâché d’avoir été éconduit par elle. Et comme il a juré de se venger, il veux ma peau en tapisserie. Il a l'habitude de taper, de taper, de taper, rien d'autre ne l'intéresse sauf courir et manger de l'ail. Je n'ai pas envie du tout de m'y frotter à ce grand cornu, il fait partie de la bande des méchants poilus, terreur du quartier des esprits frappeurs, sauf que lui n'en a pas, d'esprit.

Repli stratégique, heu on peut dire fuite éperdue pour prendre du champ, et appel des centaures. Ils te le chopent par le col, et lui m’en oublie. Je vous l'ai dit, un gros crâne avec un tout petit cerveau.
J’en profite pour reprendre mon souffle, avant de lui réaffirmer que Maman, c’est toujours non !
Nous, on n'a pas fini. Il faut continuer et comme d'habitude, les centaures foncent dans le tas, ce qui est malsain pour leur santé. Hé, les gars, doucement, il y a le petit frère de Balthazar un peu plus loin, économisez vous ! Et le petit frère nous attendait au palmier.
On commence à s'en occuper quand, d'un seul coup, il décide de laisser les centaures pour venir me voir avec des intentions coupables. Cela doit tenir de famille!
Alors là, pas d'accord, mais pas d'accord du tout. Il va plus vite que moi, mais marque une pause en cherchant à me frapper. Les centaures accourent, mais bernique, l'autre est toujours à mes basques, et distance les centaures. Une seule solution, un mouvement tournant pour le ramener à portée de mes potes. Et cela a marché. Il reprend la conversation avec ceux-ci, et moi, j'appuie leurs arguments. Il retourne voir son frère.
Pendant ce temps là, il y avait quelque chose qui me piquait dans le cou, un squelette, et un petit. Une pichenette, et il est reparti voir sa mère.
Allez, les gars, courage, on arrive au second bateau. Zut, Triggath. Crotte et recrotte, le big boss him self aussi vite. Je ne suis pas prête, les centaures non plus, mais l'autre est déchainé.
Bon, on recule loin des sbires encore debout, un centaure abandonne, mais le second tient le coup. J’en profite, sinon, cela va être encore du Benny Hill !
Ouf, Exeat le grand méchant !.
Mes pauvres pets sont bien fatigués, sauf le brin. Naturellement, dès le premier accroc, le dernier centaure s’éclipse.
Je vais donc devoir finir sans eux. Pas très compliqué, derrière le chef, que de l’intendance à majorité blanche, presque qu’une formalité.

Finalement, pas eu besoin des soldats. Suis trop forte!

Fin de l’aventure :46499 mobs (302 dont 7 boss), time : 4 : 04 : 21 (32 min) plus dix pour le ramassage. 8 potions.
Les jeunes disent que les vieux sont fous, les vieux savent que les jeunes le sont.

LILITHPEDIA at :
http://ferrovipathe.free.fr
Avatar de l’utilisateur
ferrovipathe
Annihilateur de Rats
 
Messages: 586
Inscription: Jeu Fév 14, 2008 10:12 am
Localisation: Fresnes (94)


Retourner vers Histoires et récits des joueurs

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité