Histoire du midi.

Venez partager et détailler les aventures de vos personnages !

Histoire du midi.

Messagepar Alien14 » Jeu Avr 05, 2007 11:46 am

MAJ du 04/05/2008 : Bonjour à tous. Ce qu'il y a en gras, ce sont les nouveautés. La suite bientôt. bonne lecture...

Il y a quelques petites lignes en plus. :p Pas grand chose, certes.. Bonne lecture.

LE TEMPLE

…Une femme étrange, doyenne du monde, marchait dans un immense couloir ou sur un des murs, une fresque gigantesque représentait l’histoire de Zeus et de son combat contre les Titans. Les images de cette immense représentation révélaient le succès mythique de ce Dieu, face à l’anéantissement des Chimères…

…Cinq gardes surveillaient une immense porte massive efficacement verrouillée à l’entrée d’un temple étonnamment imposant. Un lourd secret inconnu de tous, excepter de l’imposante statue de Zeus surplombant une esplanade et l’entrée du temple…

…Un bruit sourd. Puis un autre. Les gardes s’interloquèrent… Et les bruits devenaient plus violents. Ils comprirent. La porte étroitement surveillé se mettait à trembler de l’intérieur. Les coups devenaient de plus en plus fort. L’immense porte tremblait de plus en plus. Les gardes se préparaient au combat… Puis la porte céda. Un monstre en sortis. Ce monstre avait une queue ressemblant à un cocon et un corps de femme orné d’une chevelure de serpent. Le premier garde reçut une flèche et mourut. Le deuxième était frappé, ramassé puis soulevé par cette Ménade pour se voir lancer d’une incroyable force sur le troisième. Le quatrième eut la malchance d’être pétrifié en regardant la Ménade dans les yeux. Le dernier brandit son épée et la transperçait de toutes ces forces. Il continuait à avancer, toujours enfourché dans la Ménade, et ils vinrent tous deux se cogner contre la statue imposante de Zeus. La pointe de l’épée du garde se trouvait même enfoncé dans le pied de son Dieu. L’impact du choc entraînait un ébranlement grandiose, qui fit tomber l’immense statue au sol. La Ménade était morte, mais le soldat expérimenté était désappointé d’avoir abîmé un aussi beau mémorial.

Deux mains ramassèrent la tête en pierre de Zeus. Un spectre vêtu de violet et entouré d’éclair, brisa cette effigie. Le garde tremblait de peur au vu du Telkine.

Le Telkine prononçait d’une voix grave et rauque : « Vos Dieu ne vous sauverons pas ! »


LE REVEIL

J’étais là, debout, au milieu de rien, ou plutôt, si, quelque part dans une contrée que je ne connaissais pas. Il y avait un fleuve derrière moi, avec une barque. Un petit étale sur ma gauche, et un chemin sinueux qui semblait aller vers un village que j’entrapercevais à quelques pas de moi.
Je ne comprenais pas ce que je faisais là. Je ne me rappelais pas qui j’étais, ni ou j’étais.
J’était habillé simplement : une toge bleue, basique, avec une vieille paire de sandales marron à deux sous. J’avais dans ma main droite une torche allumée : On était en plein jour !

J’étais un homme. J’étais musclé. J’étais perdu...
Etais-je arrivé en barque ? Qui pouvait le dire !
Je ne connaissais pas mon nom. Je ne savais même pas quel âge j’avais.
Peut-être le découvrirais-je un jour ?

Mais je n’allais pas me lamenter sur mon sort. Je ne pouvais aller nul part, mis à part suivre cette route rocailleuse. Déambulant dans ce nouveau monde, j’avançais à petit pas, plutôt qu’une marche certaine. Je regardais autour de moi, admirant le paysage, et profitant du soleil qui brillait.
Soudain, je vis un homme qui me fit des signes, il vint à moi en courant, en me demandant de l’aider. Il était maigre avec un air fatigué, sûrement dû à son travail de fermier. Son cheval était attaqué part ce qu’il appelait des Satyres. Et comme j’étais musclé et armé - d’une torche ?!?! – il souhaitait que je lui en débarrasse.
Je me dirigeais donc vers son cheval, je l’entendis hennir et le vis se cabrer sous les coups répétés de ces bêtes. Je m’approchais, m’interposais, et tentais de les dissuader. Mais ils m’assénaient de coups violents. Je m’apercevais très vite, qu’en réalité, leurs coups n’étaient pas là pour me repousser, mais pour me tuer !
Je me trouvais contraint malgré moi, par un instinct de survie que je ne connaissais pas, de combattre jusqu’à la mort.
C’était eux ou moi.

Ces viles créatures étaient vives. Leurs coups étaient précis et blessants. Je réussissais à les tuer, assez facilement je dois dire, mais pas sans blessures. Et le pire, était que ma blessure la plus grave avait été causée par ma propre torche : une brûlure... Leurs épées et leurs gourdins ne m’avaient infligé qu’égratignures.
Je décidais de prendre cela comme un comble.

Je ne fus pas traumatisé par cet affront. Je pensais que tuer m’aurait affaibli moralement, mais au contraire, elle m’avait redonné vigueur. Presque un plaisir. Etait-ce normal ? Etais-je normal ? Etait-ce là ma vocation ? Tuer ces pauvres créatures sans relâche ? Avais-je déjà tué avant cette amnésie ?
Peu importait. Je venais de naître il y a cinq minutes et j’apportais la mort.
Pas le temps de réfléchir. Le fermier accourait à moi, en me remerciant à n’en plus finir. Il me dit d’aller au village, et de parler au chef. Pour me remercier, il m’offrirait le gîte et le couvert si je le désirais.
Pourquoi pas ?

Je me rendais au village comme le fermier me l’avait conseillé. Je vis en tournant sur ma gauche, que d’autres Satyres attaquaient les hommes qui gardaient l’entrée du village. J’accourrais vers eux et décidais de leur donner un coup de main, car ils n’avaient vraiment pas l’air doués pour le combat. Ce fut chose rapide.
Malgré, le peu d’efforts accomplis, les gardes étaient fatigués après cet affrontement et retournèrent comme si rien n’était à leurs postes.

J’en profitais pour faire les poches de ces bêtes. Je pris deux pièces d’or et une petite fiole de santé de couleur rouge sang. Toujours utile pensais-je !
Les gardes me regardaient bizarrement. Comme si toucher ces Satyres était un sacrilège. Effectivement, je vis deux hommes prendre ces monstres avec un harpon, et les jeter dans le fossé. Ils n’ont même pas pris la peine de verser un peu d’eau sur le chemin qui était taché de sang.
Ce n’était pas grave. Coutume du coin, je présume...

Moi, j’avais gagné deux pièces et une potion, et j’étais content. Cela pouvait toujours m’être utile.
Je rangeais mes deux pièces dans une petite bourse, et la fiole à ma ceinture.
Chose faite, j’entrais dans le village à pas lents et feutrés, car j’aimais bien prendre mon temps lorsque j’arrivais dans un endroit inconnu.
Et là, un homme presque aussi fort que moi, d’un point de vue de corpulence, m’interpellait : il disait s’appeler Aeson, et être le Capitaine des gardes. - Pour un Capitaine, il n’avait pas bougé de sa place pour aider ces subalternes, lors de l’attaque des Satyres. - Il me raconta qu’ils n’avaient quasiment plus d’armes pour se défendre. Qu’ils étaient obligés de faire des tours de garde nuit et jour et jour et nuit, pour pouvoir défendre ce village. Les villageois étaient tous désespérés par ces attaques incessantes…
Facile, pensais-je, de dire cela lorsque l’on ne levait pas le moindre petit doigt… Mais bon, je n’étais pas là pour juger et je commençais à avoir la gorge sèche.
Une fois qu’il eût fini de me déblatérer son cœur et son âme à une cause qu’il n’aidait uniquement que grâce à la parole et aux ordres donnés, je continuais mon petit – mais costaud – bonhomme de chemin.

Il y avait une fontaine sur ma gauche, et l’idée de me rafraîchir le gosier était inéluctable. A environ deux mètres cinquante de la fontaine, une étrange lueur vint de ses entrailles pour traverser le ciel sans jamais l’atteindre. De plus, un fait étrange fit que l’eau de la fontaine était montée jusqu’à ras bord mais sans déborder.
La soif était vite partie, et j’avais préféré attendre que le chef du village m’offrît à boire, comme le fermier me l’avait promis - et à manger aussi… - car l’effet magique de cet événement m’avait fait froid dans le dos.
Mais malheureusement, je n’avais pas le temps de penser. En effet, un homme, plutôt balaise, mais surtout au niveau du ventre, se mit à me faire la conversation. Il me dit que la fontaine que je voyais en face de moi, ne se réveillait que pour les Héros.

Un Héros… Moi… Il a du voir jouer Ben-Hur en slip dans un Colisée, c’est pas possible autrement…
Il poursuivait son discours en m’apprenant que si jamais il m’arrivait un échec critique, que je me retrouverais à la dernière fontaine que j’aurais croisée.
Qu’a-t-il voulu dire par échec critique ?! Me retrouver à la dernière fontaine croisée ?! J’avouais ne pas comprendre. Cet homme était-il doué de prescience ?? Je préférais ne pas le savoir…
Il avait néanmoins réussi à me faire peur.

Je m’écartais de lui poliment, car je ne voulais vraiment pas le vexer. On ne sait jamais ! Et puis, ne pas comprendre un traître mot de ce qu’il m’avait exprimé, me donnait des sueurs froides dans le dos…
Mais il me rappelait : il rajoutait pour finir qu’il s’appelait Midias, et qu’il avait les meilleurs sandales au pied de tout le royaume. J’avouais ne pas comprendre encore une fois… Etait-ce de l’humour, où faisait-il peur à tous les étrangers qu’il croisait…
Si c’était de l’humour, je n’ai toujours pas compris. Si c’était de l’effroi, ça avait marché…
Je lui fis au revoir de la main et je poursuivais ma visite, avec un léger haut le cœur, et une soif persistante.
Cette bourgade était très sympathique. Je n’y vivrais pas, même si elle avait un côté campagne qui ravivait le cœur. Pour des vacances, ce doit être un endroit vraiment charmant. Ou bien pour une bonne cure – « Y’aurais pas une échoppe dans le coin ?! »-

Je vis au loin, un homme entouré de peuplades. Dans un coin fort agréable, et légèrement surplombé par rapport au reste du village. « Peut-être est ce lui le chef ? »
Je m’approchais de lui, les deux mains croisées derrière la tête, pour éviter le coup de soleil sur ma nuque. Et en plus, cela faisait ressortir mes biceps. Et puis de voir ces damoiselles me dévisagé de haut en bas, m’émoustillait...
Mais trêve de plaisanterie. J’avais soif.
Une fois au côté de cet homme, il vît que j’étais nouveau dans le coin, et il décida de reprendre toute son histoire dès le début. Il s’appelait Iolus. Et Iolus était conteur. Oh mon dieu, ce n’était pas le chef du village ! Il va me tenir la jambe un bon moment. Je le sentais bien.
Zeus et Héra ont eût un fils : Héraclès. Un Héros digne de ce nom. Il m’avait énuméré un par un les douze exploits qu’il avait réussi.
En plus d’avoir soif, maintenant, j’avais vraiment faim. De plus il m’avait gardé un bon moment. Ils doivent vraiment s’ennuyés dans ce village...

Une fois son histoire contée, je continuais ma visite dans ce tout petit village à la recherche du chef. Je devais bien avouer qu’il était très bien entretenu, et très agréable à l’œil. De jolies vignes serpentaient autour d’une charpente sous lequel la fraîcheur du raisin émoustillait les papilles et la rosée du matin agrémentait une tiédeur fort agréable à la chaleur de la journée flamboyante.

Poursuivant les vielles maisons, décorés de marchands en tous genres et de fleurs épanouies pour la saison, je vis un vieil homme, corpulent lui aussi, en me fixant des yeux avec un sourire plaisant. Je m’approchais de lui, avec l’espérance de trouver quelqu’un d’autre que le chef. Mais enfin ce fut lui. Qu’elle bonheur, j’allais pouvoir me collationner et désaltérer …

Diomède, ancien du village d’Hélos, fut ravi de me rencontrer. Il me remerciait pour la petite aide que je leur avais apportée. Mais il me dit que le village avait encore besoin de mon soutien. Si je le souhaitais, il aurait bien voulu, vu ma force, que je contribue à l’élimination du Chaman Satyre qui sévissait au nord près des fermes du village. C’était à cause de lui que le village ne vivait plus. Il rajoutait qu’en plus de me donner gîte et couvert comme le fermier me l’avait promis, qu’une belle récompense m’attendait en sus.

Après tout, je ne savais qui j’étais, ni ou j’allais. Alors pourquoi pas assister ces pauvres gens si j’en avais la robustesse. Et surtout, si cela m’apportait à manger et à boire, vu que je n’avais aucun argent pour vivre, c’était toujours mieux que de mendier…

J’acceptais donc avec grand plaisir. Il en fut lui aussi ravi.
« Traversez le pont, jeune homme, et défendez nos fermes ! » conclut le chef du village.

Le pont se trouvait juste derrière lui. Les « Terres Arables d’Hélos » étaient magnifiques au premier coup d’œil. Les champs resplendissaient du blé qui allait bientôt être récolté pour la fabrication du pain.
Mais à peine à la sortie du pont, des Satyres se ruaient dans le village. « Vengeance !» criaient ils, car j’avais tués leurs alliés. Quelques gardes m’accompagnaient pour anéantir ces vils scélérats. Ce fut vite réglé.
Ma torche, que j’avais jetée lors du dernier combat - à cause de ma brûlure – je la remplaçais par une toute petite hachette qu’un de ses sbires Satyre avait sur lui. C’était quand même mieux que mes poings. Et vu leur armement, il me fallait de quoi résisté à leurs assauts.

Je visitais donc cette contrée inconnue, mais en gardant à l’esprit que ces monstres pouvaient surgir à n’importe quel moment. Après quelques pas, je me rendis compte que les gardes ne me suivaient pas. Ils étaient restés à l’extrémité du pont, pour le défendre. Après tout, je me sentais peut-être seul face au danger, mais leur état physique n’étant pas, au premier abord, aussi en forme que moi.

Au dédale des champs, je rencontrais des Corneilles Noires, oiseaux de malheur qui se jetaient sur moi pour me piquer avec leur bec. Ces oiseaux n’étant pas intelligents et pas très forts, un simple geste de la main les m’étaient hors d’état de nuire.

Par contre, les Sangliers Féroces étaient bien plus robuste que les Satyres. Il me fallut plusieurs coups de hache pour en venir à bout. Je fus malgré tout blessé à la jambe. Une de leurs cornes m’avait entaillé la cuisse assez profondément, mais sans gravité.

Des cris surgirent. Des fermiers étaient aux prises avec des Satyres. Mon incursion dans leur territoire avait semé le branle bas de combat général. Les Satyres passaient tous à l’offensive. J’arrivais à tant. Les fermiers, brandissant leurs fourches réussissaient à tuer quelques unes de ces bêtes. Ne m’ayant point vu arriver, je tuais un Satyre qui s’apprêtait à égorger l’un des fermiers. Puis je me rabattais sur les deux derniers, qui ne firent pas un pli non plu.

Pandéon, un paysan pensif, m’exprimait que depuis que ces créatures avaient pris possession de ces fermes, que les offrandes à Déméther avaient été malheureusement moins généreuses.
J’ai eu droit là aussi à un couplet mémorable. Ils se plainaient de ces créatures, pleurant sur son sort, revint sur Thimantès qui ne jouait plus de harpe à cause de ces événements, puis exprimait sa désuétude face aux animaux qui se rebellaient contre les humains…

C’était encore pire d’entendre les plaintes d’un homme, plutôt que les histoires affligeantes d’un conteur. Que Zeus me pardonne de penser ainsi. Car malgré tout, j’avais pitié de cet homme. Aussi surprenant que cela puisse paraître, il me redonna du courage.

Je le saluai et partis vers la « Forêt d’Hélos ». J’avais sécurisé la zone des champs, et le Chaman devait se trouver dans cette partie des terres. Mon intuition dû être la bonne, car les Satyres y étaient encore plus présents. Leurs assauts étaient primitifs, se jetant sur moi comme des kamikazes. Je les tuais un par un, mais pas sans blessures. Mon épaule reçut la caresse d’une dague, mon mollet le frôlement d’un gourdin, ma tête la câlinerie d’un bâton… Je commençais à être très mal en point.

Je ne comprenais pas mon geste, mais je ramassais deux fioles et cinq pièces d’or. Je prenais une paire de brassards qu’avait l’un de ces monstres, que j’enfilais. Si le Chaman n’était pas loin, une protection, aussi bénigne qu’elle soit, était la bienvenue. Surtout dans mon état. Je m’approchais d’un petit bosquet, pour me cacher un peu, histoire de récupérer un semblant de forces. Je me baissais et m’accolais à une grande pierre. Au moment ou je m’apprêtais à boire une fiole de vie, mon corps se régénérat …

Qu’elle était donc cet effet magique ? Je me retournais, à quatre pattes sur le sol, pour mieux voir à quoi ressemblait cette pierre, et je m’apercevais qu’il s’agissait en fait, d’un Cairn. Midias m’en avait parlé ! « J’y repense maintenant »… en plus des fontaines étranges, ces Cairns me permettaient d’obtenir certains effets secondaires non négligeables. J’en étais essentiellement heureux. J’avais économisé mes potions, car le Chaman étant le chef de ces Satyres immondes, sa force devait être au moins égale à dix fois celle d’un de ces sbires…

Mais le repos était de courte durée. Plusieurs Satyres arrivaient encore et il me fallait retourner au combat. Je les assénais de coups mortels, et je m’apercevais que mes mouvements étaient plus sereins. Les Satyres réagissaient tous de la même manière, et déjoués leurs heurts devenaient de plus en plus facile.

Des flèches vinrent se planter tout autour de moi, grâce à la mauvaise fabrication artisanale, elles me ratèrent et cette félicité me réjouit. Avant qu’ils aient eu le temps de réarmés leurs arcs, je me précipitais vers eux pour les occirent.

De lourds pas se firent sentir sur ma gauche. Je tournais ma tête et vit un Satyre deux fois plus grand que les autres. Il avait un bâton à la main, et portait sur lui des protections en cuir.
C’était le Chaman…

Il brandissait son bâton, et un éclair violet se dirigeait vers moi. Je n’avais que le temps de me jeter au sol. A peine relevé, que j’évitais un deuxième éclair. Et ainsi de suite. Il avait une cadence formidable. Ce Chaman Satyre excellait dans la magie.
Plus le choix. J’avançais petit à petit vers lui en évitant du mieux possible ses attaques magique. Mais plus je me rapprochais, et plus la cible que j’étais devenait facile pour lui. Mes côtes furent légèrement brûlées, ainsi que ma cuisse, et mon bras. J’esquivais de justesse un éclair se dirigeant droit sur ma tête.
J’étais enfin arrivé sur lui. Je pouvais lui assainir mon premier coup de hache, qui ne lui infligeait qu’une maigre égratignure de l’épaule au ventre.
Il en hoquetait … J’étais rouge de colère. Sa moquerie m’ébranlait, et je le harcelais de coups bien plus forts encore. J’évitais ses effets de bâton avec les brassards que j’avais récupérés. Je prenais quelques coups dans le ventre, mais je réussissais à tenir le choc.

Au moment où il posait un genou à terre, par manque d’équilibre, j’en profitais pour le frapper, mais malgré son manque d’aplomb, il l’évitait et fis un phénoménal tournoiement de bâton que j’esquivais à mon tour. Mais, ce fut sa fin, car mon bras sous l’effet de vouloir l’éviter lui trancha la tête à mon insu. Mon dernier coup, un coup de grâce.

L’occupation du territoire par ces monstres était enfin terminée. Je ramassais les habits du Chaman Satyre pour prouver au village qu’il était bien mort. Je les aurais bien portées pour acquérir une protection supplémentaire à mon corps, mais ces effets étaient surtout destinés à des magiciens. « Or, je suis un guerrier. Un homme aimant le corps à corps, il me faut des cuirasses bien plus solides et protectrices. »

Au fond de cette clairière gisait un coffre, à côté de la tente du Chaman Satyre. Son butin pillé aux villageois. En l’ouvrant, je découvrais de belles cuirasses, mais elles étaient bien trop grandes pour moi. Je les prenais quand même, espérant qu’elles intéresseraient quelqu’un au village. Je prenais aussi deux autres fioles et une dizaine de pièces d’or. Faibles butins, mais toujours utile.

Je rebroussais chemin, et retournais au village dans un bien piètre état.
A mon retour, les gens furent heureux de me voir vainqueur. Diomède me remerciait, m’offrait gîte, couvert et beaucoup de pièces d’or. Ils me célébrèrent toute la soirée. « C’est une grande victoire ! » Clamait Diomède.
Puis au bout de quelques verres, il rajoutait que je devais allez trouver Léonidas, un de ces amis les plus précieux, à Spartes. Qu’il aurait du travail pour moi.

Je décidais de suivre ces conseils. Après tout, qu’avais je d’autre à faire ? Partir à l’aventure était peut-être ma destiné…


Dernière édition par Alien14 le Dim Mai 04, 2008 8:41 pm, édité 10 fois.
Avatar de l’utilisateur
Alien14
Ravageur de Squelettes
 
Messages: 1754
Inscription: Mer Aoû 02, 2006 10:37 am
Localisation: Niort immatriculé 75 !!!

Messagepar StilTeg » Jeu Avr 05, 2007 12:00 pm

Cette histoire me rapelle certains rtuc ;o)
C'est du bon, merci pour ce petit moment ...
Essaie meme si tu as le temps de reprendre ton texte avec quelques corrections ... en particulier certaines conjugaisons, et le plus dur : le respect du temps. C'est toujours difficile de jongler entre le présent, passé composé, imparfait etc... mais avec ces quelques corrections, ca sera encore mieux. Et je sais de quoi j eparle, je reprend mon texte sur la quete 3x au moins avant de le poster, et je me plante meme encore parfois ;o)
Ich yara at-ahdab-hadbat-u
Bashar Miles Teg
Aventure Titan Quest : Contre TyphonTounesol !
Avatar de l’utilisateur
StilTeg
Modérateur
 
Messages: 4833
Inscription: Mer Nov 15, 2006 10:51 am
Localisation: Un non-vaisseau, la-bas au milieu des Dunes d'Arrakis

Messagepar Alien14 » Jeu Avr 05, 2007 12:33 pm

J'ai apporté quelques modifs. Je verrais par la suite. Il faut aussi que je reprenne le jeu, pour reprendre les noms des PNJ, et avoir des descriptions correct. Je reprendrais surement cette première parties par la ssuite, en l'améliorant. Pour l'instant, ce n'est qu'un brouillon que j'ai fait pour le fun.
En tout cas, merci. C'est sympas que celà te plaise. J'espère que ça plaira à d'autre aussi.
Avatar de l’utilisateur
Alien14
Ravageur de Squelettes
 
Messages: 1754
Inscription: Mer Aoû 02, 2006 10:37 am
Localisation: Niort immatriculé 75 !!!

Messagepar StilTeg » Jeu Avr 05, 2007 2:41 pm

tu as une bonne partie des noms dans mon récit (voir ma signature) ;o) ca pourra peut-etre t'aider ;o)
ca me fait penser qu'il faut toujours que j'implémente le code de couleurs dans mon CSS ...
Ich yara at-ahdab-hadbat-u
Bashar Miles Teg
Aventure Titan Quest : Contre TyphonTounesol !
Avatar de l’utilisateur
StilTeg
Modérateur
 
Messages: 4833
Inscription: Mer Nov 15, 2006 10:51 am
Localisation: Un non-vaisseau, la-bas au milieu des Dunes d'Arrakis

Messagepar Ptikon » Jeu Avr 05, 2007 6:12 pm

Jolie petite histoire... On sent le côté quête initiatique que le héros ne peut éviter, j'adore ! :clap: Très bon ça me plaît aussi, et à l'instar de mon ami le bashar je te dirai qu'une relecture attentieuse apportera au texte un plus ! Si tu as besoin d'un coup de main, pas de problème : tu m'envoies en MP la préversion et je te la renvoie corrigé ! ;)

Ciao Ptikon ! :jap:
A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire!
Si vis pacem, para bellum...
L'échoppe de Ptikon ; Le guide du chevalier ambidextre
Avatar de l’utilisateur
Ptikon
Exterminateur de Rats
 
Messages: 448
Inscription: Lun Déc 18, 2006 11:02 pm
Localisation: un bled perdu chez les Hyperboréens

Messagepar Alien14 » Mer Avr 11, 2007 6:57 am

Mise à jour du premier Post. ;)
Avatar de l’utilisateur
Alien14
Ravageur de Squelettes
 
Messages: 1754
Inscription: Mer Aoû 02, 2006 10:37 am
Localisation: Niort immatriculé 75 !!!

Messagepar StilTeg » Mer Avr 11, 2007 7:44 am

Aoutch, la couleur fait mal aux yeux ...
Je relirais ca plus tard et te ferais aussi mes commentaires si tu le permets, mais il va falloir que je l'édite ailleurs parce que je n'arriverais pas à le lire avec le bleu sur le fofo ;o)
Ich yara at-ahdab-hadbat-u
Bashar Miles Teg
Aventure Titan Quest : Contre TyphonTounesol !
Avatar de l’utilisateur
StilTeg
Modérateur
 
Messages: 4833
Inscription: Mer Nov 15, 2006 10:51 am
Localisation: Un non-vaisseau, la-bas au milieu des Dunes d'Arrakis

Messagepar Ctrl-Alt-Suppr » Mer Avr 11, 2007 8:46 am

Image Les RÈGLES du forum stipulent que :
" les messages entièrement en couleur sont réservés aux actes de modération."


Comme on est dans discussions générale, j'ai laissé du bleu (mais moins flash ...)
Avatar de l’utilisateur
Ctrl-Alt-Suppr
Administrateur
 
Messages: 5909
Inscription: Jeu Juin 29, 2006 5:33 pm

Messagepar Alien14 » Mer Avr 11, 2007 8:59 am

Je sais que personne ne vas comprendre, mais c'est entre CAS et moi. ;)

1 / Désolé pour cette oublie. :jap:
2 / Avoue que tu me le réservais exclusivement ce coup là... :p
3 / Et ton avis sur l'histoire ? :roll: Tu as aimé ou détesté ? ;)

:biz: Sans rancune, bien sur. :)
Avatar de l’utilisateur
Alien14
Ravageur de Squelettes
 
Messages: 1754
Inscription: Mer Aoû 02, 2006 10:37 am
Localisation: Niort immatriculé 75 !!!

Messagepar Ctrl-Alt-Suppr » Mer Avr 11, 2007 9:33 am

Sans rancune évidement ; d'ailleurs, c'était de l'humour ...
Même si effectivement ton bleu devait être changé, j'aurais pu le dire autrement.

Mais c'était tellement tentant de te "renvoyer l'ascenseur" de cette façon.
L'histoire de l'arroseur arrosé, en quelque sorte. ;)

En parlant d'histoire, elle est bien sympa, connue, mais sympa.
Généralement, j'apprécie les nouvelles éditions.
Par contre, ça risque d'être un long roman. (... une belle histoire ?)
Avatar de l’utilisateur
Ctrl-Alt-Suppr
Administrateur
 
Messages: 5909
Inscription: Jeu Juin 29, 2006 5:33 pm

Messagepar StilTeg » Mer Avr 11, 2007 10:08 am

ce sera je pense une romance d'aujourd'hui ;)
Ich yara at-ahdab-hadbat-u
Bashar Miles Teg
Aventure Titan Quest : Contre TyphonTounesol !
Avatar de l’utilisateur
StilTeg
Modérateur
 
Messages: 4833
Inscription: Mer Nov 15, 2006 10:51 am
Localisation: Un non-vaisseau, la-bas au milieu des Dunes d'Arrakis

Messagepar Ptikon » Mer Avr 11, 2007 4:15 pm

Correction faite et envoyée en MP, cher Alien14 ! :yeah:
A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire!
Si vis pacem, para bellum...
L'échoppe de Ptikon ; Le guide du chevalier ambidextre
Avatar de l’utilisateur
Ptikon
Exterminateur de Rats
 
Messages: 448
Inscription: Lun Déc 18, 2006 11:02 pm
Localisation: un bled perdu chez les Hyperboréens

Messagepar Alien14 » Mer Avr 11, 2007 4:36 pm

Oui, je l'ai bien reçu, encore merci. :yeah:
simplement, je suis branché, mais pas le temps de posté. :lol:
entre le téléphone, le client et les gars, c'est la folie à tous gérer... :p Mais j'y arrive. :D
Avatar de l’utilisateur
Alien14
Ravageur de Squelettes
 
Messages: 1754
Inscription: Mer Aoû 02, 2006 10:37 am
Localisation: Niort immatriculé 75 !!!

Messagepar Alien14 » Lun Avr 16, 2007 12:03 pm

A y'est !!! :D J'ai enfin mis ta correction @Ptikon] . Faut dire qu'avec les Formules, ça m'as pris tout mon dimanche à taper sur word. :p.
J'essayerais d'avancer dans l'histoire dans la semaine. ;)
Avatar de l’utilisateur
Alien14
Ravageur de Squelettes
 
Messages: 1754
Inscription: Mer Aoû 02, 2006 10:37 am
Localisation: Niort immatriculé 75 !!!

Messagepar StilTeg » Sam Avr 26, 2008 10:08 am

recit déplacé Alien, on attend une suite ?
Ich yara at-ahdab-hadbat-u
Bashar Miles Teg
Aventure Titan Quest : Contre TyphonTounesol !
Avatar de l’utilisateur
StilTeg
Modérateur
 
Messages: 4833
Inscription: Mer Nov 15, 2006 10:51 am
Localisation: Un non-vaisseau, la-bas au milieu des Dunes d'Arrakis

Messagepar Alien14 » Sam Avr 26, 2008 10:12 am

Oui. Donnez moi entre 15 jours et 3 semaines, pour vous pondre une suite digne de ce nom. ;) Et merci à toi, ami virtuel. :merci:
Avatar de l’utilisateur
Alien14
Ravageur de Squelettes
 
Messages: 1754
Inscription: Mer Aoû 02, 2006 10:37 am
Localisation: Niort immatriculé 75 !!!

Messagepar Avatar » Sam Avr 26, 2008 10:34 am

Sympathique récit :) J'aime bien la pointe d'humour que tu as placé derrière par petite touche.

Vivement la suite ;)
Avatar
Chasseur de Rats
 
Messages: 7
Inscription: Jeu Avr 24, 2008 5:01 pm

Messagepar Tan Nimac » Lun Avr 28, 2008 2:01 pm

J’avais dans ma main droite une torche allumée : On était en plein jour !

J'aime beaucoup ce petit décalage...
Avatar de l’utilisateur
Tan Nimac
Tueur de Rats
 
Messages: 148
Inscription: Jeu Jan 03, 2008 8:30 am
Localisation: Un peu plus loin à gauche

Messagepar Alien14 » Dim Mai 04, 2008 8:41 pm

Mise à jour du premier post effectué. En gras, les nouveautés. Quelques modifs seront surement apportés à ce que j''ai fait, d'ici à la semaine prochaine. 2/3 choses me déplaise.

M'enfin, bonne lecture à tous. ;)
Avatar de l’utilisateur
Alien14
Ravageur de Squelettes
 
Messages: 1754
Inscription: Mer Aoû 02, 2006 10:37 am
Localisation: Niort immatriculé 75 !!!

Messagepar StilTeg » Lun Mai 05, 2008 10:15 am

Salut Alien,

Petite déception sur ton récit, s'il est pas trop mal tourné, il faudrait que tu le reprenne dans un correcteur d'orthographe déjà pour plein dee fautes d'accord qui piquent les yeux.
Sinon, une autre remarque : fait gaffe aux temps, le mélange de passé simple, imparfait et passé composé est dangereux. Dans ton récit, on se perd un peu à cause de celà, et personnellement j'ai passé plus de temps à corriger dans ma tête qu'à me régaler des petites pointes d'humour de ci de là.

Je n'ai pas le temps de te faire les corrections, car j'ai une nouvelle histoire en cours que je vais commencer, mais je t'encourage à refaire une passe de correction ;)

EDIT : effectifement JTW, tu as du te régaler avec ce post :tusors:
Dernière édition par Invité le Lun Mai 05, 2008 12:24 pm, édité 2 fois.
Ich yara at-ahdab-hadbat-u
Bashar Miles Teg
Aventure Titan Quest : Contre TyphonTounesol !
Avatar de l’utilisateur
StilTeg
Modérateur
 
Messages: 4833
Inscription: Mer Nov 15, 2006 10:51 am
Localisation: Un non-vaisseau, la-bas au milieu des Dunes d'Arrakis

Messagepar JTW » Lun Mai 05, 2008 11:09 am

Image

Ah bon parce que tu te "régle" des petites pointes d'humour toi...non pas frapper............................................................. :yeah: et puis Image
Corsaire NV65, Ritualiste NV64, Magicien NV60 , Briseuse de Rêve NV60 , Brigand NV59, Rôdeuse NV46, Défenderesse NV56
{Guilde-legit} Venez visiter le nouveau forum du Mont Wusao
Avatar de l’utilisateur
JTW
Annihilateur de Rats
 
Messages: 533
Inscription: Sam Jan 06, 2007 2:07 pm
Localisation: Fourmies la ville qui a donné le 1er mai à la France


Retourner vers Histoires et récits des joueurs

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité